Popouri n°07 - décembre 2003

La vie du popouri est pleine d’embûches et de rebondissements. Ainsi, nous ne savons pas encore si ce numéro sortira à temps pour le départ du tour d’horizon lyonnais que nous vous proposons tous les mois (ou presque !). Mais les faux départs ne nous gênent pas, donc allons-y ! Et ce mois-ci, même s’il commence à faire super froid, on veut tout le monde dehors. Le popouri se prononce définitivement pour les expulsions. Le popouri aurait-il changé de ligne politique ? ou en aurait-il enfin trouver une, diraient certain-e-s ? Non, non, les expulsions dont il est ici question sont
celles qui nous permettent de nous échapper de toutes les prisons de notre société : celles de la société de consommation contre laquelle nous avons manifestivé le 29/11 lors de la journée sans-achat (page 3), les prisons comme St Paul et St Joseph, miroirs de notre société d’enfermement (pages 4 et 5), mais aussi les prisons de la domination masculine et des genres masculins et féminins qui nous imposent telle ou telle
identité selon notre sexe (pages 6 et 7), les prisons spéciales que sont les centres de rétention, zones de non-droit maximale pour ceux et celles que la république française estime avoir le droit de juger indésirables (sans-papier, double-peine, victimes économiques et politiques du capitalisme et du racis-
me…pages 10 et 11), et enfin la prison intellectuelle de l’université, en lutte contre sa privatisation (pages 8 et 9).
Avec la métaphore de la prison, la liste pourrait être longue. Donc on continuera avec quelques brèves (page 12), la crèche de Noël (ambiance, page 13), et une petite chronique de brochure pour l’égalité animale (page 14), pour finir comme d’hab avec l’agenda.
Pas beaucoup de pages « culturelles » dans ce numéro, promis, on se rattrapera le mois prochain. Au fait, le mois prochain, ce sera en février, par décision unanime du collectif-rédacteur, qui a grand besoin d’injections financières ! ben oui, on n’a plus de sous, mais alors plus rien. C’est pourquoi nous prévoyons de faire une fête de soutien sympa vers la fin janvier, tenez-vous au courant ! En attendant vous pouvez toujours : laisser quelques pièces ou billets dans les caisses de soutien (à la librairie la gryffe ou à la fac de lyon 2), nous envoyer des infos, des chroniques, des articles, photos, images, idées, critiques (mais pas trop quand même ou alors faites votre propre bulletin !)…ou participer à la fabrication du pop en prenant contact avec nous. Et savourez tranquillement ce numéro, d’ici février.
Bonne lecture !

Petit guide lyonnais Écologie / Anti-productivisme

Corrida

Corrida d’Ernest Coeurderoy, édition de l’Atelier de Création Libertaire
Cette brochure est l’une des dernières publications de l’ACL, maison d’édition associative des pentes de la Croix-Rousse. Elle se compose d’un texte issu de Jours d’exil, ceux d’Ernest Coeurderoy, révolutionnaire anarchiste du 19e siècle, plus connu pour un autre de ses ouvrages : Hurrah !!!! ou la révolution par les cosaques.
Après avoir combattu sur les barricades en 1848, l’auteur prend le chemin de l’exil en 1851 après le coup (...)

Petit guide lyonnais Écologie / Anti-productivisme

Homards ébouillantés

Les homards peuvent vivre plus d’un siècle et ont une vie sociale complexe. Leur système nerveux sophistiqué les rend sensibles à la douleur : les nœuds neuraux sont dispersés sur tout le corps et ne sont pas centralisés dans le cerveau, ce qui signifie qu’ils sont condamnés à souffrir jusqu’à ce que leur système nerveux soit complètement détruit.
Séparer la moelle épinière et le cerveau en coupant l’animal en deux fait même sentir la douleur à chacune des parties encore vivante ! De plus, le homard ne (...)

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info