Bentham aurait-il soutenu le cop-watching ?

870 visites

ou
« Du risque, à cause des moyens modernes d’enregistrement vidéo, d’intégration du cop-watching dans le magma panoptique. »

La critique la plus évidente de cette pratique dans l’air du temps, porte sur le double tranchant de l’image. Ainsi la vidéo implique autant l’agresseur que l’agressé. Mais si les artifices de montage n’évacuent pas complétement le problème, ils permettent moyennant un travail minutieux de rendre le risque acceptable.

Bien sûr, si on peut espérer tirer partie des gadgets technologiques, mieux vaut s’en servir. Il faut toutefois garder à l’esprit que la société du spectacle finit toujours par contrôler les phénomènes médiatiques qui deviennent massifs.

Des critiques quelque peu justifiées pourraient émerger concernant l’apparent paradoxe entre le fait de vouloir détruire les cameras de vidéo-surveillance d’une main et de filmer les flics de l’autre.
En fait, le plus grand risque vient de la continuité entre les deux démarches : nous ne gagnerons jamais dans le domaine de l’image, le rapport de force est trop inégal. Ce dernier est tel que, pour l’instant, nous avons un intérêt commun dans ce domaine avec la police, celui de maintenir une « basse intensité », de demeurer dans la « guérilla » car nous ne pourrions soutenir une « guerre ouverte » d’ailleurs peu probable vu notre capacité de nuisance dérisoire.

Il faut aussi se souvenir de l’aspect puissamment inégalitaire du panoptique : nous avons des millions de longueurs de retard sur les forces de surveillance et de répression, privées comme publiques, nationales comme internationales. Ces dernières ont accès à divers fichiers légaux et extra-légaux mis en forme ainsi qu’en réseau. Elles ont une longue histoire, une longue pratique du fichage comme de son utilisation.

Enfin, il ne faut pas perdre de vue qu’il ne s’agit que de surveillance d’individuEs et qu’en mettant en lumière ces dernierÈREs, nous ne nuisons aucunement aux institutions et organisations dont IeLles font partie. Au mieux égratignons-nous le vernis des unes ou faisons-nous la publicité des autres. À titre d’exemple « Le Must » serait dans ce cadre de révéler l’appartenance de certainEs policieÈrEs à des organisations secrètes mais cela nous mettrait dans une position de « chasseurs de scoop » et nous exposerait probablement à des risques que peu sont prêts à courir.

Ainsi, ce qui demeure le plus probablement efficace c’est la présence physique. La vidéo n’est qu’accessoire même si elle peut servir de motif.
Le bénéfice le plus important de cette présence ne serait pas son impact sur la violence policière, bien qu’en ce domaine toute amélioration soit bonne à prendre, mais les pratiques et l’organisation
que nous serions obligés de mettre en place pour l’assurer.
Il faudrait donc organiser des « tours de gardes » (aucune référence au torchon des témoins de Jéhovah).

Ce serait faire insulte au pragmatisme des individuEs susceptibles de participer à ces « conseils de cop-watching » (le terme de cellules fait trop PCMLF) que de penser qu’IeLles se prennent pour une séquelle des Black-Panthers.

En conséquence et compte tenu du fait que nous n’aurons pas de fusils mitrailleurs, l’accent devra vraisemblablement être mis sur les techniques évasives, sur la redondance ainsi que sur l’anonymat des moyens de prise d’image et de son.

Il est probable que pour des raisons de confort et pour assurer la pérennité de cette activité il faille prendre des précautions paranoïaques quant à la publication des rapports d’activité des « conseils de cop-watching ».

Aux fins de propagande, l’idéal serait une production propre, de belles images, des musiques adaptées et libres de droits, bref, un accent mis sur le côté artistique et sa pertinence politique.
On peut même envisager des formes de « happening » compatibles avec la conservation de la possibilité de s’échapper.

P.-S.

BAC et identitaires, un savoureux mélange : Avertissement pour les événements à venir

Copwatch : communiqué de presse lillois : Que 1000 Indymédia-Paris naissent

Cop-watching : Surveillons ceux qui nous répriment

1000 copwatching et sites d’information... et bien plus encore

Sur la notion de panoptique

A propos de Jeremy Bentham

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Vie des quartiers - urbanisme - initiatives » :

>[Dijon] Pourquoi les Lentillères ne sont pas une Zone À Urbaniser

Le nouveau Plan Local d’Urbanisme Intercommunal proposé à l’enquête publique continue de définir le Quartier des Lentillères comme une Zone À Urbaniser, au mépris des évidences environnementales et urbanistiques. Nous avons cru nécessaire de rappeler aux urbanistes en quoi le Quartier des Lentillères...

› Tous les articles "Vie des quartiers - urbanisme - initiatives"