« Bienvenue à la Croix-Rousse » disait la chanson*... Oui, bienvenue à toi... mais le tourisme de masse on n’en veut pas !

2681 visites
6 compléments

La Fête des Lumières vantée par la Ville de Lyon est un exemple parmi d’autres évènements municipaux construits non plus pour les lyonnaisES mais pour les touristes. 4 millions de touristes en 4 jours sont attendus [1] ! Une déferlante qui amène destruction de la vie de nos quartiers, pollution (voitures, autocars...), nettoyage massif, présence policière massive...

La Croix Rousse n’est pas un musée !

Si vous habitez les Pentes ou le plateau de la Croix Rousse vous avez déjà certainement croisé ces touristes en groupe par 20, 30 ou 40, ces mêmes touristes moutons qui à la queue leuleu visitent les traboules avec unE guide répétant semaine après semaine les même histoires folkloriques du quartier. Même l’histoire des Canuts est écornée et ramenée à une simple bande de joyeux révoltés. On pourrait rire de ces groupes qui doivent faire des pauses place Colbert, en attendant que le groupe qui les précèdent ait quitté la cour des voraces avant de s’y engouffrer à leur tour. Mais cela ne nous fait plus rire. Ni les habitants du lieux qui en ont marre de voir leur espace de vie accaparé par les touristes qui jouent à faire résonner l’écho dans la cour, des tournages de films et des fêtes de quartier qui n’en sont plus.
Ce tourisme de masse initié par Michel Noir et développé par Gérard Collomb n’apporte rien de bon aux habitants du quartier. A part les emmerdes et la répression.

Murs blancs = Peuple muet

Les polices municipale et nationale sont de plus en plus présentes. Surveillance et contrôle sont notre lot quotidien. Le 1er arrondissement de Lyon comme d’autres quartiers a vu la présence policière croitre. Le tourisme y ajoute une couche supplémentaire.
Notre quotidien un combat ! Nous ne pouvons plus vivre notre quartier librement. Des jeunes sur un banc sont contrôlés, fouillés comme des terroristes, un pique-nique entre amiEs avec une bouteille de bière peut vous amener contrôle et amende, les lumières des places s’éteignent le soir pour chasser les habitants...Toute l’année nous subissons ce harcèlement mais pendant 4 jours les touristes, eux, ont tous les droits.
Ce sont les habitants qui supportent les effets des hordes de poivrots qui viennent du jeudi au samedi vomir en bas de chez nous et du tourisme massif. Les galeries d’art de plus en plus nombreuses sur les Pentes ont déjà provoqué un changement notable [2]. Il suffit de voir comment certaines rues voient leurs commerces se transformer pour s’adapter à ces nouveaux consommateurs [3]. Les prix s’envolent, rien à voir avec le commerce de proximité.
L’affichage libre devient un casse-tête, c’est le jeu du chat et de la souris avec les flics. Les rues, 3 jours avant la fête des lumières, sont nettoyées, passées au karcher. Ce sont de litres de peinture qui recouvrent nos murs en quelques heures. Tout ça au nom du développement du tourisme et de la manne financière qu’elle doit amener. Mais c’est surtout le capitalisme qui est gagnant !

La rue est à nous !

Alors oui bienvenue à toi qui prend le temps de bavarder avec nous, bienvenue à toi si tu ranges ton plan gracieusement offert par l’office du tourisme pour te balader librement, bienvenue à toi si tu comprends que l’affichage libre fait parti de la vie de notre quartier...
Pour tous les autres, qui allez vite comprendre que le quartier n’a rien de spectaculaire (et oui ! les immeubles canut sont des immeubles de travailleurs, ni dorures, ni tape à l’oeil) nous vous offrons ces messages qui ont rapidement repris leur place et recouverts ces horribles murs blancs.
Organisons-nous dans nos quartiers pour lutter contre le nettoyage systématique qui soit disant embellit nos rues mais qui ne fait que favoriser l’augmentation des prix du logement et des commerces. Organisons nous dans nos quartiers pour faire front contre la présence policière... Organisons nous pour lutter contre la dégradation de notre vie de quartier.

Reprenons ce qui nous appartient ! Organisons-nous car seule la lutte collective paiera !
La Croix-Rousse a résisté, elle résiste et elle résistera ! Qu’on se le dise !

* « La Croix-Rousse » du groupe Bistanclaque.

Quelques photos de pochoirs qu’on pouvait trouvé samedi matin sur les Pentes…

JPEG - 128.2 ko
JPEG - 51 ko
JPEG - 159.2 ko
JPEG - 165.2 ko

Et quelques autres piquées (amicalement) au joli blog de photos de Mimmo de l’Atelier de Création Libertaire, sur lequel on peut en retrouver d’autres

JPEG - 49.3 ko
JPEG - 32.4 ko
JPEG - 52.3 ko
JPEG - 32.1 ko
JPEG - 48.4 ko
JPEG - 26.3 ko

Notes

[1Pour en savoir plus sur la marchandisation du 8 décembre émission du 12 novembre 09 http://audioblog.arteradio.com/canut-infos-jeudi/

[210 galeries/centres d’art rien que dans la rue Burdeau.

[3La rue des Pierres Plantées est une bonne illustration de cette transformation

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 7 janvier 2010 à 22:09

    pour info il y avait aussi des autocollants avec plus de texte que de simple slogans taggés

    ceci dit les touristes sont , individuellement, bien accueillis dans le quartier. Là il faut plutôt voir l’idée d’essayer de pourrir le 8 décembre de Gérard Collomb.

    il y a de nombreuses années que des habitant discutent, agissent et se plaignent du tourisme de masse qui détruit les pentes de la croix rousse mais l’enjeu économique pour la ville de Lyon est tel que les décideurs s’en foutent. Il suffit de voir à quoi ressemble la rue Burdeau aujourd’hui (l’avenue des galerie d’art) pour comprendre que c’est un combat qui n’est pas gagné (pour info les galeries d’art arrivent même à faire fermer certains locaux associatifs le jours de leur fêtes .... pour que leurs clients bourgeois ne croisent pas une partie de la vraie vie du quartier !)

    et aujourd’hui il faut arriver à résister pour empêcher le pentes de devenir un musée (comme l’est devenu le vieux Lyon)

    pour cela il faut entre autre lutter contre le nettoyage ultra-régulier des murs (en taggant un max, en affichant), il faut continuer d’organiser des repas de quartier, se réapproprier les places et rues ...

    .... et pour l’instant et malgré des centaines d’initiatives .... le quartier se mu .... petit à petit ... en musée

    .. mais la résistance continue !

  • Le 7 janvier 2010 à 20:08

    « il faut lire l’article et ne pas s’arrêter aux seuls tags »

    Et comment font les passants, venus en solitaires ou en troupeaux, pour découvrir que sous l’insulte se trouve peut-être un message ?
    Je rejoins le commentaire précédent, il y a sans doute d’autres moyens pour remettre en cause ce tourisme là, en allant à la rencontre et non en tournant le dos.

    Les habitants n’ont rien eu a dire ? As tu essayé ? Je ne connais pas la situation de la X Rousse, mais j’ai vu que dans le 7e ou le 8e des projets avaient été mis en place avec les habitants.
    Mais participer c’est sans doute collaborer ... dommage car cela peut aussi être l’occasion de créer.

  • Le 19 décembre 2009 à 14:49

    il faut lire l’article et ne pas s’arrêter aux seuls tags

    globalement cela signifie que les quartiers doivent être gérés par les habitants ..... pour les habitants

    et avant et pendant le 8 décembre les habitants n’ont rien eu à dire !

    et le quartier reste un quartier métissé et ouvert mais moi j’assume totalement l’idée de rejeter certaines évolutions (comme les bourgeois qui se réinstallent en masse dans le quartier, les galeries d’arts qui obligent au nettoyage du quartier)

    résister c’est créer ....

  • Le 18 décembre 2009 à 16:44, par DF

    « Touriste dégage » « Tourist go away » Il n’y a rien en espagnol ou en italien ? c’est dommage de s’arrêter en si bon chemin !

    ah c’est intellectuel comme slogans !!!

    Vu la connotation du graf il y a des chances pour que des petits malins change le touriste en Arabe ou en sans pap ou en ce que l’on veut !
    C’est quoi ce délire poujadiste ? c’est anar ça ? « la croix Rousse est à nous » à nous qui ? aux croix-roussiens en béret basque avec baguette sous le bras ? au croix roussiens qui ont hérité de ce titre de part leur longue lignée familiale ? aux croix-roussiens inscrit au syndicat « les vrais de vrais des pentes » à ne pas confondre avec les révisionistes social-traites de « croix-roussien un jour, croix-roussien toujours » ?
    Pourquoi pas des postes frontières avec des préposés chargé d’interdire l’entrée aux touristes soit sur présentation de papiers soit au vu de leur faciès si particulier ?

    Bien sur que le tourisme de masse pose des tas de problèmes surtout durant les alentours du 8 décembre c’est une raison de sortir ce genre de connerie ?
    La Croix Rousse est riche de son histoire et de son présent alors pourquoi ne pas réfléchir à organiser des visites alternatives pour que les touristes ne tourisment pas idiots ? raconter l’histoire des pentes et de ses luttes , son évolution etc...
    Ce serait moins réacs que ce genre de tags débiles !

    Apprenti- anar encore un effort

  • Le 9 décembre 2009 à 14:12, par Rico

    Quel est le collectif en question ?

  • Le 6 décembre 2009 à 09:31, par acl

    Pour compléter ce billet, le blog Ma Croix-Rousse (alternative), qui offre plus de 6000 photos en ligne, a publié hier justement un petit billet agrémenté d’une galerie de photo, pour « fêter » le début de la fête des lumières :

    Donc les lumières, la fête, l’afflux d’une masse de touristes venant goûter aux lumières de la ville et autres « cochonneries »… il semble qu’il y ait consensus là-dessus de la part des politiques, des commerçants et de la masse des badauds et leurs appareils photo numériques.

    Mais il y a toujours des résistances, comme nos graffeurs croix-roussiens… dont je vous apporte le témoignage que j’ai pu recueillir avant l’arrivée précipitée des Pénélopes de jour !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info