Contre-sommet de Vichy : photoreportage

1177 visites
Vichy 2008

14h. Angélisme ou bon sens, peu importe : on est quelques un.e.s à être déjà brassé.e.s par la présence des flics au départ des cars lyonnais.

JPEG - 82.3 ko

Avant même d’être parti.e.s, c’est la première provocation : contrôles d’identité, fouilles et chantage au départ. Au bout d’une bonne heure, ils s’en vont, et on peut partir sans avoir tou.te.s donné nos identités. Arrivé.e.s à Vichy, le cortège se bouge, et déjà des jolis fumigènes égaient la nuit tombée. À peine deux avenues et trente minutes plus tard, le temps de s’étonner de la présence ostentatoire du parti qui affrétait des charters il n’y a pas si longtemps ; et d’admirer des artistes muraux s’exprimer, et des lacrymos sifflent déjà au dessus de nos têtes.

JPEG - 86.6 ko
manifestants devant les flics
JPEG - 106.1 ko
gaz lacrymo et drapeau

Au milieu des étouffements et des yeux qui pleurent, c’est une grosse rage qui monte. Trente minutes à peine qu’on marche. L’hypothétique « zone rouge » n’est ni en vue, ni même envisagée à ce moment-là. Pourtant on crache nos poumons. « C’est de la provocation » : on l’entendra sûrement plus tard, mais sûrement pas à leur encontre, pas au sujet des grenades qui tombent droit dans la foule, sur des têtes, pas au sujet du front de CRS qui bloque le « parcours », pas au sujet des charges qui font ici paniquer certain.e.s, là s’étaler un vieux au sol. La rage monte encore, au rythme des charges, des gaz, des yeux qui pleurent.

JPEG - 130.3 ko
 ???

Avec la rage, vient l’impuissance la nôtre. Impuissance à ne pas reculer devant la violence des charges, des tirs de gaz. Impuissance à gérer ses jambes qui tremblent, à contrôler une boule au ventre d’angoisse, d’essouflement, de colère. Impuissance à faire comprendre au Parti
Socialiste que sa présence est pour le moins déplacée. Impuissance face à celleux qui tracent loin devant, lâchant au passage un « bah, des arrestations, il y en a tout le temps ». Impuissance au mileu de visions tant orwelliennes le phare d’hélico balayant la foule, les grenades claquant, les souricières se refermant. Impuissance face à leur puissance.

JPEG - 159.3 ko
Vichy la nuit

Au milieu de tout ça, il y a des sourires aussi, quand même. Voir des familles rester là, solidaires, poings serrés, ensemble. Voir quelques murs porter pour un instant une autre parole que celle de JeanClaude Decaux. Voir cette rage s’exprimer, voir ces rues, quelques minutes durant, devenir plus qu’un élément de gestion des flux. Voir cette rage parfois s’exprimer dans la confusion, le n’importe quoi qui tourne en rires nerveux. Entendre des gens, pourtant paniqué.e.s et réservé.e.s, se risquer à dire sourire au lèvres, comme un soulagement « oui, bon, un panneau de pub, c’est pas grave ! ». Entendre aussi des « comment vous dites ? Ni nations, ni frontières, ni matons, ni charters ? Ah ouais, c’est cool ! ». La foule qui somme toute reste, résiste, soutient.

Le recul terminé, une fois tout le monde plus ou moins replié vers le lieu du « meeting », la soirée se poursuit, plutôt surréaliste. Il faut démêler dans le brouhaha les embrouilles avec les politicien.ne.s, le meeting qui se déroule comme si de rien n’était, la solidarité qui se met en place pour les arrêté.e.s, les cris agaçants de gens surexcité.e.s, les fausses alertes et les vraies, les tirs de flash ball sur la place.

JPEG - 130.9 ko
un manifestant se protège des flash-balls

Vers 22h, on reprend la route, laissant sur place les autres. Dans le bus, quelqu’un lit un chapitre sur l’expression logarithmique, et bien loin de patrick swayze, la radio joue (I had) The time of my life. C’était bien peu de chose. Quelque chose contre eux, quelque chose à nous. Et déjà les pigistes de la presse-qui-ment préparent leurs transcriptions fidèles de ce que leur a dit la préfecture : « En marge d’un sommet sur l’immigration » blablabla « manifestation pour une europe des droits de l’homme », blablabla, « amalgame douteux » blablabla, « arrestations » blablabla, « 5 voitures incendiées » blablabla, « casseurs sans aucun lien avec la manifestation ». L’histoire bégaie. C’est fatiguant... Quelqu’un résume mieux que moi :

« Du fleuve qui déborde, on dit qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent. » (B. Brecht).

JPEG - 140 ko

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Vichy 2008 » :

>Contre-sommet de Vichy : photoreportage

Vichy, le 3 novembre 2008. Les récits héroïques de valeureu.x.ses combattant.e.s abondant déjà sur l’Internet, celui ci n’en est pas. Ce n’est pas non plus une analyse sur l’efficacité pratique de la journée du 3 novembre 2008. Juste des impressions sur cette soirée d’automne, illustrées par un...

› Tous les articles "Vichy 2008"

Derniers articles de la thématique « Globalisation - capitalisme » :

>21 novembre 1831 : début de la révolte des canuts

Les ouvriers en soierie de Lyon se soulèvent en novembre 1831 en prenant pour devise « Vivre en travaillant ou mourir en combattant ». La révolte des canuts est devenue légendaire dans le monde entier. Nouvel épisode, jour par jour, de cette révolte des canuts (il y en a eu une deuxième en 1834) au...

>Avant de se révolter, les canuts avaient créé leurs moyens d’information

Voici un extrait de l’Écho de la Fabrique n°3 du 13 novembre 1831, quelques jours avant la révolte des canuts... : « Au commencement d’octobre, les ouvriers avaient eu déjà des réunions partielles, quand fut résolue une grande assemblée sur la place de la Croix-Rousse, à l’effet de nommer des délégués et...

› Tous les articles "Globalisation - capitalisme"