Contre une éducation soldée, fliquée, précarisée… En grève le 8 février !

547 visites

Allègre, en son temps, parlait de
« dégraisser le mammouth ». Une grève
massive a su le remettre dans le droit
chemin : la porte de sortie ! Mais sa manie
lui a survécu. Les ministres qui lui ont
succédé poursuivent la démolition du service
public d’éducation. Nous n’avions
jamais connu de régressions aussi profondes
que celles de ces dernières années.
Alors que faire ?

Pour la CNT, il est temps de réagir !
L’heure n’est plus à des seules journées
de grève de 24 heures mais à la construction
d’un mouvement combatif pouvant
inverser cette désastreuse tendance. Les
personnels et les syndicats du 93 ont
montré l’exemple en se mettant déjà en
grève à plusieurs reprises depuis début
janvier, rejoints par d’autres secteurs de
la région parisienne. Dans nos établissements,
dans nos secteurs, après la manifestation :
réunissons-nous en Assemblées
Générales pour décider collectivement de
la suite du mouvement.

Le premier degré est aussi attaqué

Si le premier degré avait semblé relativement
épargné par les attaques gouvernementales
ces dernières années, les
choses désormais
s’accélèrent
avec les
créations de postes insuffisantes par rapport
à l’arrivée massive de nouveaux élèves,
la dégradation de la formation initiale
des PE avec la mise en place du stage filé
dans la seule optique d’économie budgétaire
et le projet visant à transformer les
écoles en EPEP avec un « super-directeur »
et un conseil d’administration.

Casse des statuts dans les collèges et
lycées ou comment faire baisser les
moyens !

Après la casse du statut des TOS et la
précarisation de la vie scolaire, la modification
du statut des enseignants va
engendrer une hausse du temps et de la
charge de travail. Avec la bivalence des
enseignants et les remplacements à l’interne…
c’est la flexibilité sans bornes !

Cela s’ajoute aux
5 000 postes en moins à la rentrée prochaine
(25 000 postes supprimés en 5 ans
 !) et au manque de personnels TOS suite
aux effets désastreux de la décentralisation...

Précarisation à outrance et mise au chômage de milliers de collègues

Vacataires, contractuels, EVS, CAE
enseignement, vie scolaire, ATOS… des
statuts, des conditions de travail dégradés
et des salaires toujours plus bas (les
enseignants du second degré ont perdu
20% de pouvoir d’achat depuis 1981 et
ceux du 1er degré 9%). Au lieu de créer
les postes statutaires correspondant aux
moyens nécessaires, le recours massif à
l’emploi précaire est une menace pour l’avenir
du service public d’éducation.

Dérive réactionnaire et mise au pas pédagogique

La mise au pas pédagogique s’est généralisée
 : dans le premier degré, le ministre
impose sa méthode de lecture et compte
récidiver avec la grammaire. Dans le
second degré, les chefs d’établissements
voient leurs prérogatives croître avec la
mise en place des conseils pédagogiques.
Pour nos élèves, l’évolution est encore
plus catastrophique : note de vie scolaire,
apprentissage à 14 ans, repliement sur
un « socle commun ». Ce sont les contours
d’une école réactionnaire, de sélection et
de tri social qui se dessine.

Flicage à tous les étages

La circulaire du 13 juin 2006 a débouté
près de 30 000 familles sans-papiers de
leur demande de régularisation. Des
milliers d’entre elles ont reçu un arrêté de
reconduite à la frontière. L’angoisse au
quotidien d’être interpellé se mêle à celle
de voir la police débarquer à l’école pour
chercher les enfants. La politique répressive
s’étend dans l’EN, avec par exemple,
les logiciels base/élève dans le primaire,
en parfaite adéquation avec la loi de "prévention
de la délinquance" qui vise à
ficher et sanctionner les personnes les
plus en difficultés.

Pour toutes ces raisons…il est temps d’agir !

P.-S.

Jeudi 8 février, toutes et tous en grève dans l’Education nationale, avec la fonction publique !

Manifestation à 11H Place Jean Macé (Lyon 7e)
Rejoignez le cortège de la CNT
éducation, dans le bloc de tête
Education nationale de la manif

Assemblée générale à 14H Bourse du travail
(place Guichard, Lyon 3e)

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info