Site collaboratif d’infos alternatives

Court récit de la courte manif sauvage du soir des présidentielles à Lyon

3821 visites
5 compléments

Alors que « la préfecture refuse de communiquer sur d’éventuels débordements » (Lyon Capitale), voici un récit de la manifestation lyonnaise qui a fait suite à l’annonce des résultats.

À 20h c’est la surprise générale sur les écrans. Pour une fois, les sondages ne se sont pas trompés : 23 % pour le banquier, 21 % pour la nationaliste.

Spontanément, des gens se rassemblent place Colbert. Les flics sont positionnés en nombre devant la préfecture et place Bellecour pour le moment. Il faut dire que le ministre de l’Intérieur n’a pas lésiné sur les moyens. 50 000 policiers ont été déployés dans toute la France pour cette soirée électorale du 23 avril. De notre côté, on est peu. Une grosse centaine tout au plus mais on décide de partir en manif, avec l’idée d’agréger des gens. Aux cris de « Lyon debout soulève-toi », « Siamo tutti antifascisti » et « pas de quartiers pour les fachos, pas de fachos dans nos quartiers », le petit cortège s’ébranle dans les pentes de la Croix-Rousse. Des gens graffent, des pétards mettent de l’ambiance [1] et on est assez bien accueilli sur le parcours. Des gens nous encouragent depuis les immeubles (tant qu’on reste dans les pentes parce que rue Sainte Catherine, on s’est pris un seau d’eau d’une fenêtre).

Si dans les pentes de la Croix-Rousse, on se se sent relativement à l’aise du fait de la petitesse des rues et des traboules, c’est plus le cas dès qu’on arrive en bas. Trop rapidement, on quitte notre zone de confort et on se retrouve bientôt face à une voiture de la BAC. L’ambiance se tend. Première altercation. Les flics font les chauds. Des pétards sont jetés sur leur caisse. Là, on réalise un peu tard qu’il y a au moins six bagnoles de flics en civil tout autour de nous. Et qu’on est loin d’être en capacité de les affronter. Les bacqueux canardent le cortège à coups de lacrymogène et de grenades de désencerclement (jetés depuis la fenêtre d’un de leur véhicule) au milieu des manifestants. Déjà des gens retaillent. Au moins cinq personnes sont blessés sur le moment par des éclats (un restaurant kébab a ouvert ses portes pour un des blessés). Ce qui reste de la manif repart dans les pentes, suivi par des gendarmes mobiles, avant de se disperser un peu plus loin.

Apparamment, un type s’est fait interpeller pour des graffs en queue de cortège.

Plus tard dans la soirée, les flics se chauffent. Croyant que la manif allait se reformer au sein de Nuit Debout à Guichard, plusieurs fourgeons de flics débarquent sur place et saturent la zone. Tout ça pour une place globalement assez déserte.

Encore plus tard dans la soirée, des gens qui buvaient des coups place Mazagran se sont bastonnés avec une équipe de fafs matossés qui trainaient à la Guill’.

C’est loin d’être une victoire mais on ne regrette pas de l’avoir fait. C’est bien la moindre des choses de prendre la rue dans ce genre de circonstances.

Notes

[1À noter ce petit problème pyrotechnique : les gros pétards au sein de la manif effraient des gens et font perdre de l’audition à tout le monde !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 26 avril à 18:11, par

    "Encore plus tard dans la soirée, des gens qui buvaient des coups place Mazagran se
    sont bastonnés avec une équipe de fafs matossés qui traînaient à la Guill".

    J’y étais, et on ne s’est pas bastonné. On était une 20aine à se rassembler pour
    parler de notre déception aux éléctions. Au départ on était place Guichard, puis on
    a bougé place Mazagran. On buvait des coups tranquilles, en mode entre potes. Et ils
    sont arrivés à 20-25 avec casques de motos, bouteilles en verre, barres de fer
    etc... On s’est enfuis et ils nous ont canardés. Un de mes pote s’est fait défoncé
    le crâne, ils l’ont tapé à 6 sur le sol. D’autres se sont pris des jets de
    bouteille. Bref, juste pour dire que nous, on a juste fui, on les a pas provoqué, on
    s’est pas bastonné. On s’est juste fait attaqué lâchement, gratuitement et hyper
    violemment. Parce que vraiment, on était juste là, c’est tout. Et le seul motif
    d’être des « gauchistes » (ils nous ont dit : on va vous crever sales gauchistes) leur
    a suffi à nous défoncer. On est bien sous le choc.

  • Le 25 avril à 14:58, par MIA

    Salut !
    Si ça vous intéresse, on a fait ici : http://mars-infos.org/tour-d-horizon-des-manifs-du-23-2308
    un résumé (non-exhaustif) de ce qu’il s’est passé un peu partout en France ce 23 au soir.

  • Le 25 avril à 14:42, par

    Nous avons compté jusqu a 12 voitures avec des équipages de trois a la croix rousses en mode chenille processionnaire... Il y a eu aussi des petits (10-30) regroupement de gens au terreaux et sur d’autres places. Selon nous presque 100 a 150 personnes auraient pu se retrouver. L’équipe bleu s’attendait aussi a voir plus de gens dans la rue nous pensons...

  • Le 25 avril à 14:23, par caissedeso

    le pote interpellé pendant la manif est sorti de garde-à-vue avec un rappel à la loi et une amende.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Politicaillerie » :

 La Grève des électeurs » est publié le 28 novembre 1888

En cette période de farce démocratique, de renforcement de la légitimité étatique et des institutions républicaines, il est de bon ton de relire ce texte écrit par Octave Mirbeau et publié dans Le Figaro le 28 novembre 1888. Du bon sens plus que centenaire et nécessaire en ce sale...

> Tous les articles "Politicaillerie"
}