Déjà deux défenestrés de Roussillon, arrêtons cette ignoble déportation !

854 visites
2 compléments

Deux personnes, poursuivies par la police, à un mois d’intervalle, ont sauté dans le vide et se sont blessées gravement. Pour accomplir un tel geste, cela veut bien dire que cela craint vraiment si le gouvernement français les expulse !

Au lieu d’arrêter ces expulsions contraires aux droits de l’homme et qui n’avancent à rien sinon à traumatiser des milliers de personnes aussi bien celles qui sont déportées que celles qui sont ici, privées de leurs proches, de leurs amis qu’on emmène au loin de force, Hortefeux convoque les préfets à Paris pour les inciter à augmenter leur quota de déportation.

En tout cas, à Roussillon, au sud de Vienne, dans la vallée du Rhône, ce sont deux personnes qui paient de leur santé ces agissements sauvages du gouvernement français.

- Le 4 août de cette année, un jeune Congolais de 25 ans, habitant Roussillon, a sauté du 2e étage après s’être vu signifier sa prochaine expulsion par la police de l’air et des frontières de Lyon.

- Le 12 septembre, un homme d’origine maghrébine, interpellé par des gendarmes, est tombé du 4e étage d’un immeuble de Roussillon où demeure sa belle-soeur.

.

  • Le 4 août, ce jeune, menacé dans son pays natal, le Congo, et qui avait bénéficié d’un parrainage citoyen, de Roussillon se rendait à la plate-forme d’accueil des étrangers de Vienne dans le but de tenter de régulariser sa situation en France. Après avoir été débouté de sa demande d’asile, il avait en cours d’autres recours. En chemin, des policiers de l’air et des frontières (PAF) l’ont arrêté et emmené sans explication dans leurs locaux à Lyon. Là, ils lui ont dit que les procèdures avaient changé et qu’on allait le mettre au centre de rétention de Saint-Exupéry pour l’expulser directement au Congo. C’est à ce moment-là, qu’il a ouvert la fenêtre, s’est accroché à la rambarde du balcon et a sauté du deuxième étage. Pourtant blessé au dos, au pied et à la jambe, il est emmené aussitôt en garde à vue, puis de force à l’hôpital psychiatrique.

.

  • Le 12 septembre, les gendarmes ont contrôlé dans la rue, à Roussillon, un homme qui dit avoir oublié ses papiers dans l’appartement de sa belle-soeur. Arrivé chez elle, il a enjambé une fenêtre, tout en restant accroché au rebord par les mains afin d’échapper aux gendarmes, qui ont alors tenté de le saisir. Il a glissé et est tombé du quatrième étage. Il souffre de multiples fractures.

Voilà où nous mène les actes inadmissibles du gouvernement qui veut déporter coûte que coûte des personnes faisant partie de notre pays. C’est terrifiant !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 21 septembre 2007 à 23:43

    « Déporter » des gens ?
    Serions nous devenu le IVe Reich sans que nous le sachions ? J’imagine que tu as déjà les localisations des camps d’extermination ?
    Il a certainement des choses à dire sur le sujet, mais le choix du vocabulaire permettrait sans doute de ne pas faire passer ton article pour une plaisanterie ou un sketch de Bigard ...

  • Le 14 septembre 2007 à 08:48, par titoune

    Je ne le pardonnerais jamais à la France, j’ai honte de ce gouvernement ouvertement raciste et xénophobe qui parle aujourd’hui de test ADN pour la procédure de regroupement familial.

    La France paiera le prix pour avoir choisie cette droite decomplexée, demain nous fereons des cérémonies du souvenirs en la mémoire des déportés, en la mémoire des sans papier morts aux mains de la police.

    France réveille toi !

    Voir la vidéo du PMF en soutien au sans papier sur dailymotion
    http://www.dailymotion.com/video/x2yx0c_sans-papier-parti-multiculturel-fra_events

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info