Établissement pour mineurs : NON !

1173 visites

Le lundi 11 juin, un EPM (établissement
pénitentiaire pour
mineurs) a ouvert ses portes à
Meyzieu. Cette taule, présentée
comme une avancée, est l’illustration
des choix de société faits
depuis une vingtaine d’années :
criminaliser les pauvres.

En effet, 13000 places de prison
ont été créées au début des
années 90, ces prisons pour
mineurs font partie d’un nouveau
projet qui doit amener à augmenter
le nombre de places en prison dans
la même proportion. En 30 ans, le
nombre de places de prison aura
quasiment doublé. En sachant que
80% des taulards y sont pour des
délits sociaux, on voit que la prison
est l’instrument privilégié de la politique
du tout répressif. Cette politique
se mène en parallèle des politiques
anti-sociales qui multiplient
précarité, chômage, insécurité
sociale. Elle est l’instrument obligé
du capitalisme pour maintenir l’ordre
social et forcer les pauvres à se
plier.

Dans ce cadre, le gouvernement
met en avant 420 places en EPM,
ces prisons modernes, propres
dans lesquelles les mineurs seront
enfin pris en charge pour leur donner
de réelles chances de réinsertion.
Cette réthorique tend à nous
faire croire que cette éducation « forcée » peut s’accomoder du
milieu fermé, alors que la relation
enseignant-enseigné ne peut être
riche et constructive que si elle se
vit dans un cadre de confiance réciproque.
Dans ces taules nous en
serons bien loin, avec des jeunes
qui subiront les matons, le mitard, la
violence entre détenus, enfin tout
ce qui fait une prison pour mineur
ou pour majeur, moderne ou vétuste…
Les éducateurs PJJ qui doivent
intervenir dans ces établissements
ont massivement rejeté
ceux-ci, tout comme les enseignants
qui sont invités à venir y
enseigner. Le discours de l’administration
a été une nouvelle fois celui
de la culpabilisation et de la carotte
 : ces prisons ouvriront, soit vous
vous y impliquez soit elles tourneront
avec des précaires, et si vous
êtes de bons soldats, vous aurez
droit à des primes. Ainsi l’administration
a trouvé quelques personnes
qui derrière de beaux discours,
par carrièrisme ou logique du moindre
mal, se font les auxiliaires des
politiques sécuritaires.

Un tel projet est aussi significatif de
l’avancée de l’idéologie dominante :
pour combattre la « délinquance » la
prison est présentée comme la
seule solution, on fait disparaître
toutes les expériences de prise en
charge et de prévention en milieu
ouvert, et ceci malgré le coût exorbitant
d’un EPM. Celui de Meyzieu
coûtera 12,9 millions d’euros soit
l’équivalent de 8 ans de fonctionnement
des 20 services de prise en
charge des jeunes de la PJJ de midi
Pyrénées en milieu ouvert.

Pour finir, 700 mineurs sont actuellement
emprisonnés, or la loi à
venir sur les peines planchers fera
passer d’ici quelques années le
nombre de mineurs emprisonnés à
3000 ou 4000 selon un procureur
(Le Monde, 3-4 juin 2007). Une fois
de plus, les créations de prisons ne
serviront pas à améliorer les conditions
de survie des détenus, mais
comme toujours dans l’Histoire et
dans tous les pays du Monde (voir à
ce sujet le livre de Loïc Wacquant "
Punir les pauvres "), à augmenter le
nombre de personnes incarcérées.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info