[Loire] Des bénévoles en solidarité antifasciste avec Radio d’ici

904 visites

Dans la nuit du dimanche 10 mai, les locaux de la Radio associative locale de St-Julien-Molin-Molette, Radio d’ici, ont été la cible d’une attaque néo-nazie, laissant derrière elle un studio détruit, et des inscriptions suprémacistes blanches sur les murs. FFF, une émission féministe présente sur les ondes de Radio d’ici, dénonce ce saccage.

FFF - des bénévoles en solidarité antifasciste avec Radio d’ici

Dans la nuit du dimanche 10 mai, les locaux de la Radio associative locale de St-Julien-Molin-Molette, Radio d’ici, ont été la cible d’une attaque néo-nazie, laissant derrière elle un studio détruit, et des inscriptions suprémacistes blanches sur les murs (croix gammée et « 14 88 », en référence à Hitler et à la préservation de la race aryenne).

Le 10 mai est une date symbolique, au-delà de l’actualité criante et très locale du confinement / déconfinement. En effet, en 1940, c’est la date à laquelle les armées nazies entrent notamment en Belgique et aux Pays-Bas. Mais c’est aussi la date retenue en fRance pour commémorer le souvenir de l’esclavage et de son abolition, car le 10 mai 2006 Christiane Taubira parvenait à faire passer une loi en ce sens.

Radio d’ici accueille de nombreuses émissions, dont « Fréquences Furies Furieuses » (FFF), une émission féministe qui produit des émissions depuis plus de 6 ans, et s’inscrit dans une nébuleuse d’émissions de radio féministes plus grande, Radiorageuses.

Le collectif FFF dénonce fermement le saccage perpétré ce 10 mai à Radio d’ici.
Nous ne nous taisons pas face à de tels actes. Nous n’accepterons pas d’être réduit·es au silence au profit de discours de haine.

L’attaque des locaux de Radio d’ici s’inscrit dans une époque et un contexte de montée des idées xénophobes, racistes, sexistes, au sein de la société et Saint-Julien-Molin-Molette n’en est pas épargné.
Elle s’inscrit également dans un contexte de confinement, de restrictions de nos libertés et de répression de plus en plus importantes. Dans ce contexte, les radios libres et les militant·es qui les font vivre ont largement contribué à maintenir un lien, à proposer des analyses et des contenus permettant l’expression d’autres points de vue que ceux portés par les médias mainstreams, et de continuer ainsi à réfléchir, collectivement, à la société à laquelle nous aspirons.

Plus que jamais, la lutte pour l’existence de radios libres permettant l’expression de nos combats décoloniaux, féministes, antiautoritaires doit continuer.
Plus de justice sociale pour une émancipation populaire collective !
Vive les radios libres ! Solidarités antifascistes !

FFF

PDF - 56.9 ko

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Médias » :

>12 août 1883 : sortie du « Drapeau noir » à Lyon

« C’est sur les hauteurs de la ville de la Croix-Rousse et à Vaise que les travailleurs, poussés par la faim, arborèrent, pour la première fois ce signe de deuil et de vengeance, et en firent ainsi l’emblème des revendications sociales. » Extrait du n°1 du journal “Le Drapeau noir” paru à Lyon le 12 ...

› Tous les articles "Médias"

Derniers articles de la thématique « Extrême-droites / Réactionnaires » :

>Le Rassemblement National s’invite chez Génération Identitaire

Il y a quelques jours a eu lieu à Lyon la réouverture du local de Génération Identitaire (GI) « La Traboule ». Mathilde Robert, candidate Rassemblement national aux élections municipales à Vienne et fille de la tête de liste du RN à Saint-Étienne (Sophie Robert), était présente sur les lieux, comme le...

>Des Conseils de Bavière à la montée du nazisme

Si l’insurrection spartakiste de Berlin est maintenant connue, les révolutions - car on peut employer le pluriel en raison de leur manque de coordination - qui agitèrent le reste de l’Allemagne le sont moins. Parmi elles, la République des conseils de Bavière, proclamée le 7 avril 1919, fut l’une des...

› Tous les articles "Extrême-droites / Réactionnaires"