Génocide des Tchétchènes par Staline le 23 février 1944, et par Poutine aujourd’hui

13882 visites

En 1944, tout le peuple de Tchétchènie est décimé, déporté en trois jours par Staline. Et la terreur a continué sous Poutine : il est important de rompre le silence sur les atrocités russes en Tchétchènie. Toutes et tous, mobilisons-nous !

Tchétchènie : terreur là-bas, silence ici

Hier désignés collectivement comme traîtres par Staline ; aujourd’hui considérés comme terroristes par Poutine.
Plus de 60 ans après leur déportation en février 1944, les Tchétchènes sont toujours persécutés.
Les exactions contre les civils perpétrées en toute impunité se poursuivent, la population de Tchétchénie subit l’état de guerre et de terreur, au vu et au su de tous et dans l’indifférence générale.

Mobilisons nous :
- Contre les violations massives des droits de l’homme en Tchétchénie,
- Contre le silence de la communauté internationale,
- Contre la mise à l’écart des ONG, des journalistes...

JPEG - 26.9 ko

Tchétchènie : 23 février 1944 Tout un peuple est déporté en 3 jours

JPEG - 8.6 ko

Le 23 février 1944, Staline ordonnait la déportation de toute la population tchétchène (L’opération Tchétchévitsa), accusée collectivement de collaboration avec les nazis, en Asie centrale. Un tiers de la population, environ 170.000 personnes vont périr dans les convois.

Cinquante ans plus tard, Eltsine puis Poutine vont de nouveau imposer un régime de terreur à la population tchétchène. Grozny est bombardé au cours de l’hiver 1994-1995 au nom de la lutte contre le banditisme et est rasée en 1999-2000 au nom de la lutte contre le terrorisme. La population civile est victime d’emprisonnements arbitraires, de tortures, de viols, d’assassinats, en toute impunité. Depuis le début de la guerre, c’est 1/4 de la population qui a été tuée.

L’anniversaire de la déportation des Tchétchènes est l’occasion de rappeler au monde le drame que vit la population tchétchène et rappeler aux gouvernements des démocraties occidentales que la guerre en Tchétchénie n’est pas une affaire intérieure russe mais qu’elle est l’affaire de tous et que nous devons agir pour faire cesser ce qui ressemble de plus en plus à un génocide.

GIF - 81.6 ko
15 février 2006

P.-S.

Comité Tchétchénie de Lyon :
- Chez LDH 5, place Bellecour 69002 Lyon (06 82 45 60 28)
- comitetchetchenielyon(arobase)hotmail.com

Le Comité Tchétchénie de Lyon vous invite chaque mardi à 18h sur le parvis de l’Hôtel-de-Ville (place des Terreaux) : une heure pour la Tchétchénie.

Font partie du Comité Tchétchénie de Lyon : Ligue des Droits de l’Homme, Amnesty International, Diagonales Est-Ouest, MRAP, Témoins, Mouvement pour une Alternative Non-violente et des citoyennes et citoyens.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Guerres - Armements » :

> 22 mai 1994 : dis tonton, tu vas pas nous lâcher en plein génocide ?!

En 1994, l’État français supervisait et participait au génocide d’un million de Tutsis. En une centaine de jours, l’État français et les autorités extrémistes rwandaises de l’époque accomplirent l’extermination d’une partie de la population rwandaise désignée comme ennemi intérieur. Le 22 mai 1994, le...

› Tous les articles "Guerres - Armements"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>Make Rojava Green Again

L’Atelier de création libertaire a été contacté par la Commune internationaliste du Rojava pour éditer en français le livre Make Rojava Green Again qui est déjà paru dans diverses langues. Nous avons accepté de suite et, début mai, ce livre est sorti de presse et nous vous le présentons. La totalité des...

>Les assassins de la mémoire

Pierre Vidal-Naquet a utilisé cette expression contre les faussaires et les négationnistes qui niaient ou minimisaient l’ampleur et la préméditation de l’extermination perpétrée par les Nazis contre les Juifs, les Roms, les communistes, les homosexuels...

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"