La Marche des Fiertés, la fête et la lutte aussi !

1012 visites
2 compléments

La CGA-Lyon sera présente à la Marche des Fiertés du 15 juin à Lyon pour rappeler qu’il faut combattre le patriarcat et l’hétéro-sexisme pour en finir avec la lesbophobie, l’homophobie, la transphobie et le sexisme.

La nécessité de la lutte

Depuis la révolte de Stonewall et les premières luttes menées en France, chaque fois qu’ont reculé l’homophobie, la lesbophobie, la transphobie sur le plan institutionnel comme au niveau populaire, c’est grâce à des années de lutte menées par les lesbiennes, les gays, les bi et les trans, appuyées dans un certain nombre de cas par une partie du mouvement social.

Et ce n’est pas maintenant que ça va changer malgré la légalisation du mariage pour tous. Si nous participons à cette marché des fiertés, ce n’est pas pour célébrer une nouvelle étape vers l’égalité des droits, mais surtout pour rappeler les nombreux autres combats qu’il reste à mener.

Le recul du gouvernement

Malgré cette concession institutionnelle vers une égalité des droits, l’égalité sociale est encore à conquérir : l’abandon de la Procréation Médicalement Assistée reste en travers de la gorge, et donne un goût amer à cette réforme. Une prise de position qui apparaît comme une « trahison » pour beaucoup, mais qui rappelle que l’égalité ne se décrète pas à coup de réformes et de lois, ni en déposant un bulletin dans l’urne du parti qui promet quelques maigres avancées sociales ou économique.

Quel que soient le discours que puissent tenir les classes dominantes, ne nous laissons pas bercer par quelques promesses électorales propres aux logiques de leur monde politique. Si le gouvernement socialiste a reculé, c’est en partie parce que le rapport de force n’était pas suffisant face aux mobilisations homophobes et réactionnaires.

On ne peut pas déléguer la lutte quand on veut sérieusement s’émanciper, et cela quelque que soit la couleur du gouvernement, quelque que soit le contexte. Il vaut mieux s’organiser entre nous et compter sur l’entraide mutuelle et la solidarité pour y arriver.

« Manif pour tous », banalisation des idées fascistes

Dans toute la France et particulièrement à Lyon, les différentes composantes du mouvement contre l’égalité des droits ont encouragé ce déchaînement de propos et d’actes homophobes (appels publics à la haine, insultes, agressions, humiliations privées).

Le racisme et le sexisme ont été omniprésents lors de ces grandes messes aux accents réactionnaires et fascistes, l’occasion de défendre un schéma familial caricatural et passéiste. Dans cette dynamique haineuse, les différents groupes fascistes ont trouvé facilement leur place au sein d’un mouvement homophobe et réactionnaire.

Pour en finir avec le sexisme et l’homophobie... combattre le patriarcat et l’hétérosexisme

Lesbiennes, homosexuelles, Bi, Trans, ou hétéros, nous voulons vivre notre orientation sexuelle et nos relations librement et sans contraintes, entre personnes consentantes, sans que ni l’État, ni la pression morale ne viennent nous en empêcher ou nous le faire « payer ».

Nous voulons l’égalité sociale et la liberté réelle de chacunE. C’est pour cela que nous refusons qu’on nous assigne des rôles sexuels et relationnels figés, des normes de comportement et une place dans la société en fonction de notre sexe biologique.

Car ces rôles ont pour conséquence concrète d’organiser la domination des hommes sur les femmes, l’oppression des lesbiennes, des homosexuels, des bis et des trans. Pour obtenir l’égalité sociale, si obtenir de nouveaux droits est une nécessité, c’est avec ce système patriarcal et hétéro-normatif qu’il faut en finir.

Coordination des Groupes Anarchistes

JPEG - 41.8 ko


La plume noire, 8 rue Diderot , 69001 Lyon
Permanences samedi 15h-19
Émission Idées Noires, tous les mercredis 20h-21h sur le 102.2 Mhz de Radio Canut
groupe-lyon [at] c-g-a.org
- Vous pouvez recevoir les informations de la CGA-Lyon en vous inscrivant sur notre liste de diffusion

JPEG - 324.4 ko

Groupes associés à l'article

CGA - Coordination de Groupes Anarchistes

  • La plume noire, 8 rue diderot, Lyon 1er
  • groupe-lyon (at) c-g-a.org
  • Autres infos :

    Site Web : https://www.cgalyon.ouvaton.org/

    Twitter : https://twitter.com/cgalyon1

    Fbk : https://www.facebook.com/coordinationdesgroupesanarchisteslyon

    Ouverture de la librairie La Plume Noire les mercredis de 17h à 19h et les samedis de 15h à 19h

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 14 juin 2013 à 18:40, par S.

    Salut
    Difficile de tout dire -et tout correctement dans un tract :)
    Tout à fait d’accord sur le fait que la PMA n’est pas le seul combat à mener. Effectivement on est resté centré sur le mariage dans le tract et donc la mention de la PMA c’était dans le cadre de cette lutte spécifique là, du coup désolé si ça donne cette impression là c’était pas le but (on mentionne la question mais effectivement on n’a pas développé).
    Bref on est pas parfait on est ouvert à la critique :)

    Sinon, pour ce qui est de la seconde partie de ton/vos ? com :

    La phrase mentionnant les hétéros dans le texte est lié au fait que la CGA n’est pas - et n’a pas la prétention - d’être une orga spécifiquement LGBT. C’est une orga mixte, avec ses limites donc, mais qui reconnait la nécessité de l’autonomie des mouvements féministes, comme celle des mouvement LGBT. Donc comme on va pas parler à la place des collectifs LGBT, on explique juste les raisons qui nous poussent à être à la pride : refus de l’homophobie, de la lesbophobie de la transphobie, du patriarcat, avec un lien fait entre l’homophobie, la transphobie, la lesbophobie, et la volonté plus générale de contrôler la sexualité (y compris hétéro) pour l’enfermer dans une norme de genre bien précises.
    Il ne s’agit pas bien sur d’équivaloir l’oppression que subissent les transpédégouines et le contrôle genré de la sexualité des hétéros, on est bien conscient qu’il y a une oppression spécifique et donc une lutte spécifique et autonome.
    Donc du coup peut être que la formulation est maladroite, mais en tout cas l’intention n’était pas d’inclure les hétéros dans la lutte LGBT en mettant les situations sur le même plan, mais de montrer que la lutte contre le sexisme et contre l’homophobie/la lesbophobie/et la transphobie se rejoignent notamment autour de la lutte contre le contrôle patriarcal de la sexualité, et donc de convaincre les hétéros de soutenir les luttes LGBT (sans en prendre le contrôle ou s’y substituer).

  • Le 12 juin 2013 à 21:19, par deux trois p’tits trucs...

    Une bonne initiative, ça fait plaisir de voir que des groupes politiques rejoignent la Pride, particulièrement cette année (même si on sait que pour la CGA, ce n’est pas la première fois).

    Par contre, deux trois petits trucs qui nous paraissent important à relever.

    Si effectivement, l’abandon de la PMA est une trahison, ce n’est pas le seul combat à mener. La question des droits des personnes trans reste catastrophique en France et est complètement invisibilisée, même au sein de la communauté LGBT. Du coup c’est d’autant plus important de ne pas l’oublier dans ce type d’appel. L’obtention du mariage et de l’adoption n’est pas l’égalité des droits pour toute la communauté LGBT. Les personnes trans n’ont toujours pas de procédure facilitée pour l’obtention facilitée d’un état civil et subissent toujours une oppression importante par le biais médical, psychiatrique et légal. De plus, la transphobie n’est pas reconnue officiellement dans la loi française.

    Par ailleurs, ce passage est maladroit : « Lesbiennes, homosexuelles, Bi, Trans, ou hétéros, nous voulons vivre notre orientation sexuelle et nos relations librement et sans contraintes, entre personnes consentantes, sans que ni l’État, ni la pression morale ne viennent nous en empêcher ou nous le faire « payer » ». En effet, la Pride est un moment de fierté de la communauté Gay, lesbienne et trans, et ces statuts sociaux ne peuvent pas être mis sur le même plan que l’hétérosexualité. Cette dernière ne peut être revendiquée, particulièrement le jour de la Pride où ne luttons pas pour que les hétéros puissent s’aimer librement, puisqu’ils ont déjà toute la place dans la société.

    En tout cas, à samedi dans le cortège !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CGA - Coordination de Groupes Anarchistes » :

› Tous les articles "CGA - Coordination de Groupes Anarchistes"