La balade de samedi avec Non à Big Brother

1607 visites

Action symbolique mais nécessaire au contrôle social généralisé et liberticide : l’obturation réussie de plusieurs caméras de vidéosurveillance du Vieux-Lyon.

Le système mis au point est infaillible. Un sac opaque muni de plusieurs ballons gonflés à l’hélium, et le tour est joué pour camoufler et empêcher de fonctionner des caméras de vidéosurveillance. C’est ce qui s’est passé samedi après-midi, dans les quartiers St Paul et St Jean, tout au long de la balade avec « Non à Big Brother ».

Depuis l’année 2000, la ville de Lyon poursuit sa politique de généralisation de la vidéosurveillance sur l’agglomération. Bien entendu, cette décision a été adoptée sans consultation des principaux intéressés. Les premières, 12 caméras, ont été installées à La Duchère lorsque Gérard Collomb était seulement maire du 9e arrondissement. Puis, lorsqu’il est passé maire de Lyon, 50 caméras ont envahi les Terreaux, Bellecour, tout le centre-ville du bas des pentes jusqu’à Perrache. Ce fut ensuite tout autour de la Place du Pont où 9 caméras ont été posées, avant que ne s’ajoutent bientôt 27 autres dans ce quartier de la Guillotière. La dérive sécuritaire de Gérard Collomb n’a plus de limites, 38 caméras sont aujourd’hui dans le Vieux-Lyon, quartier classé patrimoine mondial de l’humanité.

La ville nous appartient. Arrêtons la ségrégation sociale et le flicage vidéo !

Ce sont une soixantaine de personnes dont beaucoup masquées, cagoulées qui, dans ce quartier, sont venues dire la nécessité de protéger notre liberté individuelle.

Mais aussi dénoncer le discours sécuritaire venant de tous les bords de la classe politique.
Et encore que nous ne sommes pas dupes de la stratégie de la mairie socialiste lyonnaise qui utilisent « le sentiment de sécurité » provoqué artificiellement par ces machines-yeux à flicage pour augmenter les prix des loyers dans certains quartiers, ayant pour conséquence de repousser (ghettoïser) toujours plus loin du centre le contingent de pauvres, de plus en plus nombreux et de plus en plus indésirables.

On ne peut que penser aussi à l’intérêt que les possédants et les jolies vitrines peuvent en retirer.

Merci aux personnes qui ont mis en place les sacs et aux bistanclaques pour leur concert acoustique sur la place Saint-Jean.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info