La guerre chimique contre les insectes humains

1524 visites
JPEG - 878 octets
JPEG - 1.1 ko
Tierra toxic n° 9, printemps 2003 :
« Du risque industriel à la guerre chimique ».

Depuis la première guerre mondiale la guerre chimique fait partie intégrante des arsenaux et de la stratégie militaire. On pourrait encore remonter un peu plus loin dans le temps puisque les premières formes de guerre biologique consistaient à garnir les puits d’eau potable de l’ennemi en cadavres pourrissants. Heureusement, depuis lors, la société industrielle nous a permis de sortir de ce sombre âge en mettant ses prouesses au service de l’intelligence militaire.

Si nous connaissons relativement bien les conséquences d’une guerre sur les populations qui la subissent (à une mesure près : quand connaîtrons-nous le nombre de victimes de l’actuelle guerre contre l’Irak) nous restons relativement ignorant des dégâts causés à l’environnement. Derrière ce terme discutable, nous pouvons ranger l’ensemble des espèces végétales et animales (y compris l’espèce humaine). Car les dommages causés par la guerre peuvent s’étaler sur une période dépassant largement le conflit ouvert. Aujourd’hui encore les vietnamien-ne-s subissent les effets de « l’agent orange » dispersé à grande échelle par l’aviation américaine (causant des dommages aux cultures, à la forêt et aux nouveaux-nés). La guerre ouverte de l’Etat Israélien contre les palestinien-ne-s s’attaque autant aux populations qu’à leur environnement (arrachage des cultures, politique de délabrement sanitaire dans les territoires occupés, etc.)

Ce dernier numéro de Tierra Toxic vient nous rappeler qu’il est difficile de faire la part des choses entre l’utilisation « domestique » d’agents chimiques contre les insectes et l’utilisation militaires de ces agents contre des êtres humains (cette indifférenciation a d’ailleurs été utilisée dernièrement par la propagande américaine qui voyait derrière toutes installations industrielles une menace potentielle, justifiant ainsi le démantèlement total des infrastructures irakiennes). De la même manière la guerre/guérilla chimique potentielle devient un élément puissant de la propagande sécuritaire à l’échelle mondiale. Celle-ci fonctionne d’autant mieux qu’on considère qu’il est aisé d’obtenir ces produits, qu’il s’agisse d’un Etat, d’une « secte » ou de tout autre groupe aux intentions « malveillantes ».

En clair : Si l’on considère l’hypothèse « Ben Laden » en y adjoignant une menace nucléaire potentielle, tout le monde risque de mourir de rire et du même coup de douter de l’hypothèse « Ben Laden ». Par contre si l’on prend le même Ben Laden en y ajoutant menace chimique, biologique ou bactériologique en prétextant de sa simplicité d’acquisition et d’utilisation, cela paraît plus cohérent et encore plus terrifiant. Malheureusement nos expert en propagande oublient de dire que l’agent chimique n’est pas simple d’utilisation. Il faut un agent stable (alors que la plupart sont très sensibles), des moyens de transport conséquents et des moyens de diffusion. Autant d’éléments qui permettent de douter et de continuer de considérer que seuls des Etats industriels riches et puissants peuvent utiliser cette arme pour terroriser efficacement le monde.
Houria

Tierra Toxic est une publication de l’association Tierra Incognita qui a pour but la recherche, la diffusion d’informations et l’organisation d’actions locales sur les thèmes liés à l’écologie et à la santé.

- Pour tout contact :

  • Tierra Incognita, 9 rue Dumenge, 69317 Lyon cedex 04
  • Tél. : 06.12.11.04.51, tierra.toxic at libertysurf.fr
  • site web.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Militarisme / Armements » :

>Thomas Sankara : « Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! »

Le 15 octobre 1987 à Ouagadougou, Thomas Sankara a été assassiné par Blaise Compaoré, celui qui a pris le pouvoir à sa place. Sankara avait redonné le nom local à son pays : le Burkina Faso , « le pays des hommes intégres », à la place du nom colonial de Haute-Volta. Il avait bouleversé la façon de faire la...

>Octobre lyonnais en 1942 : « Pas un homme en Allemagne ! »

C’est le cri des cheminots lyonnais des ateliers d’Oullins qui ont eu le courage le 13 octobre 1942 d’arrêter le travail pour s’opposer aux réquisitions de leurs collègues dans les entreprises de guerre allemandes. Le mouvement s’étend dans la région. L’unification de la résistance ouvrière et de la...

› Tous les articles "Militarisme / Armements"

Derniers articles de la thématique « Écologie / Anti-productivisme » :

>Bien la bonne année ! Ce 10 octobre à Lyon, nous sommes en 2062 !

Et oui, selon le calendrier lyonnais, c’est le nouvel an à partir de ce 10 octobre à 7h49. Alors, embrassons-nous pour le jour de l’an ... En effet, on dit que c’est à ce moment-là en moins 43 qu’il y a eu au lever du jour la fondation de Lyon par Plantacul, même si des bourgades gauloises existaient...

› Tous les articles "Écologie / Anti-productivisme"