La logique sécuritaire contre le vivre ensemble

1776 visites

Quand la police lyonnaise contribue à créer un sentiment d’insécurité alors que des associations comme « Espace jeu - Coup de pouce relais » assurent le « vivre-ensemble »...
Animation de quartier : mardis 19 et 26 juillet place Voltaire et les vendredis 22 et 29 juillet place Bahadourian.

Chroniques lyonnaises

Hier, à l’occasion d’une promenade avec ma copine et notre bébé, je passe devant le commissariat de police du 6e arrondissement. J’y vois un policier en tenue monter dans une voiture de police, flash-ball à la main ou alors est-ce une nouvelle sorte de fusil à pompe noir ? Je ne sais pas bien, j’avoue que je ne m’y connais pas trop en armes, ce n’est pas quelque chose qui m’attire à la base.

Dans cette camionnette, il y avait 4 ou 5 policiers en tenue donc, vous savez, ces camionnettes dont ils laissent la porte ouverte et qui donne l’impression qu’ils sont prêts à sauter à tout moment. Moi je trouve que ça fait très colonial, très patrouille de l’armée en temps de guerre voire en temps d’occupation.

Et alors je me demande si le fait de passer comme ça dans les rues de Lyon ne contribuerait pas à créer le fameux climat d’insécurité en suggérant que la situation dans les rues est si tendue, si dangereuse qu’elle nécessite des policiers armés prêts à bondir, obligés de patrouiller de cette façon.

Alors même, si l’on suppose que le but est de rassurer les gens, je me dis que ça ne doit pas rassurer grand monde. Si le but est de terroriser les « voyous », les « méchants », cela doit aussi terroriser les « gentils », les « braves gens » ; des gens qui comme moi se baladent dans la rue en couple avec leur bébé (encore que sous les apparences se cache sûrement en moi un dangereux gauchiste puisque je poste des articles sur Rebellyon. Je suis potentiellement un méchant...), et bien ça doit surtout leur faire monter la pression en leur suggérant que la ville est un quasi-champ de bataille entre bandes rivales pour que la police en soit parvenue à ces extrémités. En tous cas, je pense que cela fait monter la pression générale.

Mais alors, puisque c’était au commissariat du sixième arrondissement que la scène se passait, quels coins de ce quartier sont si dangereux et malfamés que cela justifie une telle démonstration de force ? Là, je ne vois pas. Peut-être y a-il des recoins que je ne soupçonne pas avec des fumeurs de crack fous ou des gangs mafieux surarmés prêts à en découdre ?

Je suis un peu de mauvaise foi puisque la scène se passait le 14 juillet : ces policiers allaient sûrement surveiller les festivités de notre glorieuse fête nationale (au cas ou l’on voudrait reprendre la bastille ?!) Ou alors c’est spécifique à ’vigipirate’...

Effectivement, on peut facilement penser que ces patrouillent débordent largement de leur arrondissement et vont s’aventurer dans les quartiers limitrophes.
A la limite, le seul quartier dans le secteur où l’on peut imaginer qu’il y ait beaucoup de ’méchants’ supposés dangereux c’est la Guillotière.
Dans l’imaginaire Lyonnais, c’est le quartier qui ’craint.’ Et là, je sors de mon hypothèse de la surveillance de la fête nationale parce que je me souviens avoir croisé le même genre de camionnette à des dates tout à fait banales.
C’est dangereux la Guillotière, il y a beaucoup de méchants potentiels, entendez des arabes bien sûr ! Quand je m’y promène, il m’arrive d’y être interpellé par des jeux de regards et des « pssssit ! », « Tu cherches quelque chose ? ».
Si on cherche des super méchants, je ne vois que ceux-là. J’imagine que s’ils dépannent régulièrement les fumeurs de joints, ces petits revendeurs de shit ne doivent pas forcement contribuer à mettre une bonne ambiance dans le quartier ni à améliorer sa réputation. Lla réponse des pouvoirs publics est donc d’installer un commissariat dans ce quartier, place Bahadourian pour ne pas la nommer.
A part qu’il y a déjà un tag « Non au commissariat » sur le chantier, on se demande si c’est vraiment cela que les habitants de ce quartier attendaient.

Et si c’est vraiment ça qui va résoudre les problèmes qu’ils connaissent.
Ainsi ils seront bien surveillés et ils se tiendront bien à carreau pensent peut-être les ’décideurs’ qui ont prévu la construction de ce commissariat.
Ainsi les ’méchants’ seront maîtrisés (à moins qu’ils n’aillent un peu plus loin) et le quartier retrouvera sa sérénité. CQFD.

J’en doute fortement. Je doute que ce soit ce dont ce quartier ait besoin et que cela améliore le ’vivre-ensemble’ des gens qui y habitent.

Je doute que cela améliore les conditions socio-économiques des jeunes dont certains se mettent à dealer. Je doute que cela aide les familles en situation de précarité voire de grande précarité. Je doute que cela aide les associations qui se décarcassent avec leur peu de moyens pour améliorer le quotidien, aider les populations et créer une ambiance conviviale dans ce quartier.
Des associations dont les animateurs, professionnels ou bénévoles connaissent tous les gosses de ce quartier, leurs parents, leurs familles, discutent avec eux et les épaulent sans les prendre pour des délinquants potentiels comme semblent le faire nos chers « décideurs ».

En projetant sur des populations une image de personnes dangereuses à surveiller, ne suggère-t-on pas, ne suscite-t-on pas la violence ? Car cela m’apparaît comme une violence symbolique en soi de faire cela. Si j’enferme quelqu’un dans une image de violence, il y a de grandes chances pour qu’à force il le devienne.

Sachant bien que les conditions socio-économiques risquent de ne pas s’améliorer voire de se dégrader consécutivement aux ’réformes’ libérales en cours, les pouvoirs publics choisissent de mettre sous’ surveillance les populations les plus défavorisées afin de contenir leurs éventuelles ’dérives.’

A mes yeux, la dérive se situe au niveau sécuritaire et c’est pure folie de penser que cette approche nous mènera ailleurs que vers encore plus de tension et de violence en étouffant les souffrances dues aux conditions socio-économiques.

A propos de vivre ensemble, je vous recommande les animations de quartier assurées tout l’été par l’association Espace jeu - Coup de pouce relais proposant des jeux de société et d’adresse aux enfants et leurs familles qui ne partent pas en vacances : l’ambiance y est toujours très conviviale ! Les prochaines : mardis 19 et 26 Place Voltaire et les vendredis 22 et 29 Juillet Place Bahadourian de 16h30 à 18h30.

Invalid future

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info