Les résistants ne sont pas des criminels

883 visites

Militants syndicaux, élus ou simple citoyens, les poursuites se multiplient contre les personnes
qui soutiennent les familles sans-papiers. Face aux tentatives d’intimidation du pouvoir
en place, refusons la criminalisation de la solidarité.

Le 11 novembre 2006, près de 200 personnes manifestent contre l’expulsion d’un père de famille de deux
enfants scolarisés à Marseille et parviennent à la mettre en échec. Plus d’un mois après les faits, le 19
décembre, Florimond Guimard, professeur des écoles et militant syndical très investi dans RESF est placé
en garde à vue et appelé à comparaître devant le Tribunal Correctionnel d’Aix-en-Provence pour « violence
en réunion avec arme par destination ». Son arme ? D’après la police, ce serait sa voiture qu’il a emprunté
pour suivre à distance le véhicule de police qui conduisait le père à l’aéroport de Marignane. Précisons que
ce jour-là, hormis un jour d’ITT accordé à un policier dont le
pouce avait heurté une barrière, aucun blessé n’avait été
déploré. Très vite, la pétition de soutien à Florimond recueille
plus de 15 000 signataires face à ce qui apparait clairement
comme un procès politique orchestré d’en haut visant à la
pénalisation du soutien aux personnes sans-papiers. Avec
Florimond, le gouvernement veut faire un exemple. Appelé à
comparaître le 20 avril 2007, il est passible de trois ans d’emprisonnement
et de 45 000 euros d’amende ! Le jour du procès,
juste avant le premier tour de la présidentielle, une manifestation
réunit 2000 personnes à Aix et l’audience est reportée
au 22 octobre.

Peu de temps après, le 7 mai, c’est au tour de François
Auguste, vice-président de la Région Rhône-Alpes, d’être traduit
devant le tribunal correctionnel pour « obstruction à la reconduite à la frontière » d’une famille en situation
irrégulière et « entrave à la circulation d’un aéronef ». Tout ceci pour avoir, le 2 décembre 2006, pris pacifiquement
la parole devant les passagers d’un avion afin de les informer de l’embarquement à bord d’une
famille en voie d’expulsion qu’il pensait être la famille Raba. Il a alors été molesté par la police lors de son
évacuation de l’avion (une côte cassée et plusieurs jours d’incapacité de travail) et retenu 5 heures en garde
à vue. Il risque l’inéligibilité et jusqu’à 5 ans de prison et 18 000
euros d’amende et plus encore si Air France demande des dommages
et intérêts. Le procès est finalement reporté le 26 novembre.

Tous en grève le 22 octobre pour soutenir Florimond !

Contre la criminalisation des actions militantes et les rafles !

P.-S.

Samedi 20 octobre, Place des Terreaux 14h30
Manifestation unitaire « journée de
solidarité avec les étrangers »
Dans le cadre de la mobilisation
nationale UCIJ (Unis Contre Une
Immigration Jetable)

Lundi 22 octobre, Aix-en-Provence - Rotonde 12h
Manifestation de soutien à Florimond Guimard et veille
citoyenne devant le Tribunal jusqu’à
l’issue du procès

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info