Lettre ouverte aux associations qui luttent contre les OGM dans la Drôme

1738 visites

Depuis deux mois que se poursuit le feuilleton de la chasse aux champs transgéniques dans le canton de Chabeuil, les associations et les élus de la Drôme se suffisent du travail de marketing des anti OGM ardéchois et du périple de Lussas [1] devant les documentaristes. Il faut que cesse le scandale de ce champ OGM introuvable. Il s’agit de la défense de l’agriculture bio contre l’agriculture bio industrielle. Alors que le contre sommet de l’environnement doit se tenir à Lyon en octobre , la région Rhône-Alpes se fourvoit dans la compromission.

Lettre ouverte à M. François Caunes, président d’Agribiodrôme
Copie au collectif anti OGM drômois
Copie à M. Didier Guillaume, Président du Conseil Général de la Drôme
Copie à M. Pascal Pertusa, maire de Chabeuil et Conseiller Général du canton de Chabeuil

Publicité ou réalité ?

Monsieur,

Le département de la Drôme est le premier département français "bio" : on y trouve le plus de terres agricoles cultivées selon les méthodes de l’agriculture biologique, à savoir 10 % des surfaces contre 2 % en moyenne sur la France. Autre particularité de la Drôme, on y trouve toutes les productions bio : des céréales aux plantes aromatiques en passant par tous les types d’élevages (caprins, ovins, bovins, volailles), les fruits et les légumes, la vigne, etc.

Comme vous le savez par la publication de Greenpeace du 12 juillet 2007, le ministère de l’agriculture donne la liste des cantons concernés par l’ensemencement OGM. La Drôme fait partie des départements cités. Dans une déclaration parue dans le Dauphiné Libéré du 24 juillet, le maire de Chabeuil, Pascal Pertusa, ne cache pas sa colère (conseiller général du canton de Chabeuil, canton dans lequel 6,7o hectares d’OGM existent) Lui qui a par le passé émis un arrêté refusant la culture OGM dans sa commune. Le président du conseil général, Didier Guillaume, déclare le même jour qu’il a écrit un courrier à JL Borloo pour réclamer plus de transparence ainsi que des moyens réglementaires. Quant à l’association Agribiodrôme elle prévoit d’effectuer des prélèvements dés ce jour. Tout ceci au mois de juillet.

Aujourd’hui, nous demandons la distribution de kits de décontamination pour mieux chercher les champs en question. Soucieux de préserver la qualité bio du département, nous sommes en état de veille citoyenne.
Le samedi 18 août 2007 des affiches ont été posées au bord des routes : « vous êtes dans un canton OGM ». Ceci pour marquer notre envie que cesse ce scandale.

Que fait le collectif anti-OGM drômois ?

Que fait Agribiodrôme contre cette culture OGM ?

Comment accorder une crédibilité à des responsables ou des financeurs qui, d’un côté, financent des projets de la filière « qualité » et de l’autre, laissent faire la dissémination des OGM ?

Jusqu’à maintenant l’énorme majorité des paysans bio était dans une démarche sincère. Ils sont conscients de produire autrement et ont le souci d’être exemplaires pour démontrer que le productivisme, en terme de mode de production, n’est pas la panacée. Que l’agriculture industrielle ne sert les intérêts que de l’agrochimie et des gros agriculteurs productivistes et assassins qui ravagent la terre, l’eau et notre santé.

Non, l’agriculture biologique ne doit pas être transformée en agriculture bio-industrielle-chimique.

Simple citoyen : contrerfidvalence(arobase)yahoo.fr

JPEG - 60.6 ko

Copie de la délibération au conseil municipal de Montmeyrant :

Suite à un courrier daté du 02 avril 2007, le collectif O.G.M. Danger Drôme
sollicite les conseillers municipaux pour qu’ils interpellent le gouvernement, en soutenant
le moratoire sur les O.G.M. Ce moratoire s’adresse uniquement aux O.G.M. cultivés en plein champ et ne remet aucunement en cause les O.G.M. médicaments produits en laboratoire, ni la recherche en milieu fermé.

Un large débat s’instaure entre les élus :
- « Est-ce un bien, un mal ? » (R. RIFFARD)
- « Dans le doute, abstiens-toi ! » (P. TERRAIL)
- « Il y a une différence importante entre expérimentation en laboratoire et culture en plein champ » (J. MOTTET)

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, décide de soutenir le moratoire contre
la culture des O.G.M. en plein champ.
Résultat du vote : POUR = 12 ; ABSTENTION = 5

Notes

[1Voir aussi cet article de Rebellyon.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info