Lyon : Brèves locales du 29 septembre au 5 octobre 2008

1390 visites



- Des nouvelles de la guerre sociale dans la région
- Forte mobilisation du secteur médico-social à Lyon
- Un incendie à Meyzieu dans une usine de produits chimiques
- Hewlett-Packard condamné par les Prud’hommes
- « Le campus de Bron est dangereux »
- Licenciements et mouvement social à Sanofi Aventis
- Décision de justice : une antenne relais de téléphone mobile sur une école doit être démontée
- Monsanto passe à la cour d’appel de Lyon

-  Des nouvelles de la guerre sociale dans la région

Suite à une course poursuite en voiture entre des jeunes et la BAC (Brigade Anti Criminalité) de Romans dans la Drôme, la voiture des jeunes a été accidentée. Un adolescent de 16 ans est mort, ses compagnons d’infortune ont été gravement blessé.
En réaction les jeunes du quartier populaire de La Monnaie sont allés attaquer le commissariat central de la ville lundi 29 septembre. Lors de l’attaque du commissariat un jeune a été interpellé.
De retour dans leur quartier quelques vitrines du centre ville ont été brisées. Quatre voitures ont été incendiées ainsi que de nombreuses poubelles.
Les garde-mobiles appuyés par un hélicoptère n’ont pas tardé à intervenir et ont été reçus (d’après les mass-médias) par des pierres et des cocktails Molotov. Plusieurs coups de feu auraient été tirés sur les gendarmes, blessant l’un d’eux à la cuisse. Toujours d’après les mass-médias plusieurs véhicules des gendarmes auraient été touchés par des tirs. La police a fait usage de gaz-lacrymogènes et de flash-balls.
Mardi 30 septembre le quartier est resté "calme" car la police est vennue en force pour occuper militairement le quartier. Ils appellent ça "la stratégie de saturation".
Un compte rendu des comparutions immédiates à lire : Devant le tribunal de Valence, pour soutenir les émeutiers

Jeudi 23 septembre, deux policiers tentent d’interpeller à Bron un individu soupçonné de vol. Les policiers sont pris à partie par des jeunes du quartier. Un policier est blessé. Les policiers ont dû utiliser une grenade dite "anti-encerclement" pour se dégager.

Dans la nuit du samedi 25 septembre au dimanche 26 septembre, cinq voitures brûlent dans le quartier des Etats-Unies dans le 8e arrondissement de Lyon.
Un jeune de 17 ans s’est présenté de lui même au comissariat du 8e. Il dit avoir incendié deux voitures pour se venger d’un contrôle policier envers une personne de sa famille.
Il est passé en jugement le jeudi 30 septembre.

Solidarité avec tous les émeutiers et les embastillés !


- Forte mobilisation du secteur médico-social à Lyon

Près de 3000 personnes du secteur ont manifesté entre la préfecture et la place des Terreaux jeudi 30 septembre à l’appel des syndicats CFDT-CFE-CGC-CFTC-CGT-FO-Unsa. Ces salarié-es (aides médicales, éducateurs-trices, médecins) réclament une revalorisation de leur salaire. La majorité des manifestants étaient des aides à domicile.
"Depuis 1999, la perte de pouvoir d’achat des salariés est supérieure à 12%, en raison des mesures d’austérité salariale et des revalorisations misérables de la valeur du point des grilles de salaires de nos secteurs" (...) "Dans ce contexte, les organisations syndicales ont fait du maintien du pouvoir d’achat leur priorité absolue", annonce le communiqué de l’inter-syndicale. Cette même inter-syndicale demande une "première revalorisation immédiate de 2,15%".


- Un incendie à Meyzieu dans une usine de produits chimiques.

Lundi 29 septembre un incendie s’est déclaré l’après-midi dans une usine de produits chimiques à Meyzieu dans l’est lyonnais. D’après ce que l’on sait c’est un court circuit électrique qui est responsable du départ de feu. Beaucoup de fumée était visible au dessus du site. 21 personnes ont été évacuées. Bien sur, d’après les autorités, cette fumée n’était pas dangereuse, mais il est très difficile d’avoir plus d’informations sur cet accident chimique en banlieue de Lyon.


- Hewlett - Packard condamnée par les Prud’hommes

L’entreprise américaine a été condamnée mardi 30 septembre à verser 2.3 millions d’euros aux 292 salariés du site de l’Isle d’Abeau pour licenciement abusif.
Déjà en septembre 2005 l’entreprise avait fait parler d’elle en annonçant la supression de 5969 postes en Europe dont 1240 en France alors que l’entreprise était largement bénificiaire et avait touché des subventions publiques pour s’installer en France... Le capitalisme quoi !


- « Le campus de Bron est dangereux »

Voilà la découverte du nouveau président de l’université Lyon 2, Olivier Christin, l’ancien président de l’université Lyon 2, Journès, ayant été désavoué par les étudiants (voir ici et ).
Ce nouveau président découvre qu’il y a de l’amiante sur le campus de Bron et que "la sécurité incendie n’est pas aux normes". Pourtant M. Christin est professeur à l’université Lumière depuis longtemps déjà, et la situation n’est pas nouvelle. Mais on est rassuré pour l’avenir car d’après le journal Le Progrès, le président de Lyon 2 a pour objectif d’avoir "la plus belle université d’Europe". Ca serait déjà pas mal d’avoir une université aux normes. Quant à la beauté... Ceux et celles qui sont déjà passé par le campus de Bron ne peuvent que rire de cette déclaration...


- Licenciements et mouvement social à Sanofi Aventis

La direction vient d’annoncer la supression de 927 postes en France.
Les syndicats du géant pharmaceutique appel à la grève jeudi 2 octobre et à un rassemblement devant le siège du groupe à Gerland.
A Lyon, 250 salarié-es se sont rassemblé-es devant le siège du groupe dans la journée de jeudi. Localement 80 emplois devront disparaître.
En septembre 2007 Sanofi Aventis avait déjà licencié 118 employé-es sur son site de Neuville-sur-Saône dans le nord de Lyon.
Pour exemple en 2005 Sanofi-Aventis a fait un chiffre d’affaires de 27,3 milliards d’euros pour un bénéfice de 6,68 milliards d’euros... Mais en ces temps de récession il faut bien compresser les coûts...humains


- Décision de justice : une antenne relais de téléphone mobile sur une école doit être démontée

C’est une première en France ! Bouygues Telecom est contraint par le tribunal de grande instance de Nanterre à démonter une antenne relais située sur une école à Tassin-La-demi-Lune dans la banlieue ouest de Lyon. Cette décision a été prise au nom de "risque potentiel sur la santé" et du principe de précaution. De plus l’opérateur doit verser 9000 euros aux trois couple qui avaient porté plainte. Espérons que ce jugement fasse juris prudence.
Rappelons que, déjà au printemps dernier, une antenne relais avait été démontée car elle était située au dessus de l’école Victor-Hugo dans le 1er arrondissement de Lyon. Deux enfants de cette école ont développé un cancer. Voir cet article chez robin des toits.
Il existe par ailleurs un "Collectif Lyonnais Ecoles sans Antennes" qui tente de faire la lumière sur les véritables dangers liès au antennes relais. Voir cet article.
Enfin à ce sujet on peut lire la dernière livraison de "Pièces et Main d’Oeuvre" (PMO) intitulée Les vrais dangers du portable.


- Monsanto passe à la cour d’appel de Lyon

Ce mercredi 1er octobre, Monsanto, le géant américain de l’agrochimie passait devant la cour d’appel de Lyon pour "publicité mensongère". En effet Monsanto déclarait dans ses publicités que son "Round Up" (premier désherbant vendu dans le monde) n’était pas dangereux pour l’environnement. Hors le "Round Up" contient du glyphosate déclaré "dangereux pour l’environement" depuis les années 90. Rappelons par ailleurs que d’après l’OMS, 200.000 personnes meurent chaque année dans le monde des suites directes de l’utilisation massive de produits phytosanitaires.
En première instance en janvier 2007, la cour d’appel de Lyon avait requis 15.000 euros d’amende, une broutille pour le groupe.
L’arrêt a été mis en délibéré au 29 octobre.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info