Manifestive du 30 avril : Ne lâchons pas l’affaire !

2721 visites

Rappel sur cette affaire d’injustice, qui doit être connue par le plus grand nombre et ne pas tomber dans l’oubli, lancée à la suite de la Manifestive « Contre toutes les frontières »du 30 avril 2005.

- Le 30 avril 2005 à eu lieu à Lyon une manifestive, réunissant une dizaine de « sound systems » et plusieurs centaines de personnes de la région, pour dénoncer « toutes les frontières entre les peuples » dans une déambulation traversant tout le centre ville. Les violences qui sont survenues cette journée ont donné lieu à un large soutien militant sur Lyon aux personnes inculpées et une diffusion sur tous les médias alternatifs en France, et au delà : Suisse, Italie, République Tchèque,...

Voir l’appel à la manifestive ici et les compte-rendus ici et .

JPEG - 103.1 ko

- À l’issue de cet événement 6 personnes passaient en comparution immédiate dont 4 incarcérées en attente de procès :

    • Virginie, pour s’être interposée dans l’altercation avec les flics,
    • Christian, un habitant à dreads qui venait de sortir de chez lui,
    • Luis, qui faisait tampon avec un casque de chantier et un nez de clown,
    • John, pour avoir avoir renversé une poubelle de verre,
    • Philippe, pour avoir poussé un caddie en direction des flics,
    • Alexandre pour des jets de bouteilles avérés n’ayant atteint personne.

Il leur était reproché : « jets de bouteilles », « rebellion », « appel à l’émeute », « violences sur agents », et pour Virginie « résistance avec violence sur quatre agents de la force de l’ordre », et le plus grave « tentative de vol d’arme »...

Voir le compte-rendu de la comparution immédiate ici.

- Le 25 mai, sur les seules déclarations des policiers, le TGI de Lyon condamnait dans une parodie de justice 3 personnes, Alexandre, Philippe et John à de la prison ferme (jusqu’à 4 mois) accompagnée de sursis, amendes, et dédommagements.
Après apport des vidéos et photos, les avocats des 3 autres inculpés, Virginie, Christian, et Louis, obtenaient un report du procès pour complément d’information et enquête de l’IGPN, ce qui permettra au soutien de s’organiser : rassemblements, fiestas pour récolter de l’argent, appui juridique... (voir Rebellyon)

- Les 6 et 8 juillet, le tribunal relaxait Virginie, Christian, et Luis, forcé de plier devant les irrégularités des dossiers : absences de preuves, déclarations des flics incohérentes après étude des conversations radios, disparition des bandes de vidéo-surveillance des Terreaux...
(Voir Manifestive : les « éboueurs » de la BAC recalés pour faux témoignages)

- Dans les jours qui suivent, le parquet et les flics font appel. Les relaxés peuvent s’inquiéter : le président de la Cour d’appel qui rejugera l’affaire à la très mauvaise réputation de sévérité surtout envers les précaires, si bien que la plupart des avocats toutes affaires confondues déconseillent systématiquement à leur clients de faire appel.

Et ils avaient raison. Le 24 novembre le délibéré du rejugement de Luis, militant reconnu comme parmi les organisateurs de la street party, et Christian, simple habitant du quartier, les verra condamnés au mépris des conclusions de l’IGPN, cette fois-ci à quinze mois de prison avec sursis et à 1 490 € d’amende et un an de prison avec sursis et à 1 290 €. Tous deux sont également interdits de droits civiques pendant 5 ans, portant ainsi cette condamnation au B3 de leur casier judiciaire. (Voir Rebellyon)

- Virginie quand à elle sera rejugée en début d’année prochaine le 17 janvier, la Cour espérant sans doute que le dossier le plus chaud sera un peu oublié d’ici là pour la condamner et blanchir les flics de la BAC qui comptent sur le juge Finidori pour cela, mais ont également pris le risque de finir aux assises, si ce procès quasi-ouvertement politique se retrouvait sous les projecteurs .....

Bien évidemment le soutien continue et l’info doit être diffusée le plus largement possible pour que ces injustices soient connues par le plus grand nombre. Une collecte de fond se poursuit surtout si les ré-inculpés décident de poursuivre la procédure ! Tout don est le bienvenu et à envoyer à :

Collectif du 30 avril
c/o librairie la Gryffe
5 rue Sébastien Gryphe 69007 Lyon
(chèque à l’ordre du CCP 1433659Y038)

- Par ailleurs, ces derniers temps les expéditions arbitraires se sont multipliées dans les tribunaux de Lyon, dues entre autres aux récents affrontemments en banlieues...

Un collectif de soutien prépare une manifestation unitaire (précaires, étudiants, chômeurs, travailleurs sociaux, etc...) contre l’état d’urgence sécuritaire, la répression policière, les injustices, et les prisons, pour un état d’urgence sociale !

Tenez - vous informé-e...

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info