Nettoyage méthodique de Grenoble et St Étienne : squats expulsés

1605 visites

Une fois de plus c’est encore pendant l’été, moment fort (!) de la mobilisation, que des procédures d’expulsion ont été mises en route. De cette manière, les 400 couverts, squat le plus ancien de Grenoble, a été expulsé. Et du côté de St-Étienne, c’est l’avenir d’Izmir - bientôt 5 ans d’activités - qui dépend d’une décision de justice.

À Grenoble, c’est le mercredi 2 août que la municipalité a choisi pour mettre fin à 4 ans d’activités aux 400 couverts, lieu d’habitation pour 24 personnes et d’activités pour moultes collectifs et assocs grenoblois. Dans la foulée, la Kanaille, hôtel squatté depuis 3 mois, a aussi été expulsé. Pour mener à terme l’opération, environ 200 flics et gendarmes ont été réquisitionnés et de leur côté, les pompiers ont généreusement prêté leurs échelles pour cueillir les personnes qui résistaient. Tout ce beau monde a quand même mis 4 heures pour venir à bout des nombreuses barricades et pour choper les personnes sur les toits souvent d’une manière brutale ,les traînant sur les toits fraîchement humides... Pendant ce temps, près de 200 personnes étaient réunies en soutien. A l’issue, ni arrestations, ni blessés. Juste quelques contrôles d’identité ; et une manif sauvage dans les rues de Grenoble regroupant une centaine de personnes avec blocage des grands axes, slogans...

A St-Étienne
, la situation est un peu différente. Les squats de la rue de l’éternité et de la rue de la sablière sont empêtrés dans une procédure judiciaire. Pour Izmir, lieu squatté depuis le 4 novembre 2000, la traque judiciaire n’était pas récente. Déjà le 6 mai un rassemblement devant la mairie, qui avait fini en déambulation à l’intérieur (accrochage de banderole sur la façade) puis en manif, avait été organisé contre leur expulsion, la procédure étant déjà en marche. Le procès a été fixé le 6 juillet au TGI. L’avocate, commune aux deux squats, a insisté sur une loi datant de janvier 2005 qui fait passer la compétence des affaires d’expulsion de squats d’habitation du Tribunal de Grande Instance (TGI) au Tribunal d’Instance (TI) L’objectif étant que le tribunal se déclare incompétent. Cependant, les proprios ont lancé une nouvelle procédure d’expulsion au TI. On devrait avoir la décision du tribunal le 12 octobre... Affaire à suivre, autodéfense à organiser !

À ST ÉTIENNE, À GRENOBLE OU AILLEURS NON AUX EXPULSIONS !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Fêtes - Festivals - Vie du mouvement » :

>[Saint-Etienne] Ouverture d’une Maison des peuples !

Mercredi 17 juin, et suite à l’appel national à contrer la « réintoxication » du monde, un collectif de personnes a réquisitionné dans le centre ville de Saint-Etienne un bâtiment vide pour y créer une maison des peuples.

>La Gryffe et la Coordination libertaire de Lyon

La librairie La Gryffe est née en 1978. Daniel Colson la connaît bien, lui qui a participé à cette expérience collective depuis le début. Daniel Colson a donc choisi de nous montrer que l’histoire de La Gryffe s’est bâtie en quelque sorte sur les conflits et les différend(t)s. Nous publions ici le...

› Tous les articles "Fêtes - Festivals - Vie du mouvement"

Derniers articles de la thématique « Apartheid social » :

>[Dijon] Solidarité avec les habitant·es des Grésilles

Poubelles incendiées, voitures dégradées, tirs de coups de feu, armes lourdes, les images circulent abondamment et attisent tous les fantasmes. En plein mouvement contre le racisme et les violences policières, c’est l’actualité idéale pour brouiller les cartes, redorer le blason de la police et raviver...

>Airbnb détruit la Guillotière

Lyon est la ville française où il est le plus difficile de se loger avec 1 offre pour 6,8 demandes. Pendant ce temps-là, les investisseurs immobiliers confisquent des logements pour s’en mettre plein les poches sur Airbnb.

› Tous les articles "Apartheid social"