Pas de miracles, qui que soit le premier ministre, Résistons Ensemble n°204

455 visites

Bulletin n°204 du 29 mai 2022, du réseau Résistons Ensemble. Formé en 2002, Résistons Ensemble a pour but d’informer, de briser l’isolement des victimes des violences policières et sécuritaires et de contribuer à leur auto organisation.

Le bulletin n°204 du 29 mai 2022, du petit journal mobile recto-verso A4 « Résistons Ensemble » du réseau contre les violences policières et sécuritaires est sorti. Il est destiné à être photocopié et à être diffusé localement, si le journal vous plaît. Vous êtes invitEes à participer à son élaboration, à sa rédaction, à se joindre à l’équipe de rédaction. Nous attendons vos contributions, propositions, critiques ...
À bientôt.
L’équipe de rédaction

Lire l’intégralité et télécharger ce bulletin mis en page au format pdf.

Pas de miracles, qui que soit le premier ministre

Le costume de premier ministre est enivrant. On a envie de l’enfiler avant même d’y avoir droit. Mélenchon n’a pas échappé à cette tentation. Suite à la manifestation parisienne du 1er mai, il a qualifié de « parasitaire » l’attaque des agences bancaires,immobilières et bureaux d’assurance, par des jeunes du cortège de tête. Voilà des paroles dignes d’un homme qui aspire à être le premier ministre du président Macron. Approuver ou pas l’efficacité anticapitaliste du cassage de vitrines, la question n’est pas là. Mais comment peut-on mépriser la volonté de s’attaquer au capitalisme d’une partie de la jeunesse, quand on prétend représenter le peuple exploité et opprimé ?
Le programme de la NUP pour un gouvernement partagé nous éclaire davantage sur le contenu des paroles de Mélenchon. Ces 650 propositions engourdissent l’esprit . Les points importants, comme la retraite à 60 ans ou le SMIC à 1 500 euros, la suppression des lois dites « sécurité globale » et contre le « séparatisme », côtoient des propositions qui les dévaluent, par exemple : exiger que Macron refuse le titre honorifique de chanoine de Latran (une église de Rome) accordé par le Pape, ou la création d’un service public national pour l’éradication des punaises de lit.
D’une part la NUP est pour la régularisation des sans papiers mais de l’autre elle se tait sur l’exigence minimale de la fermeture des centres de rétention.Elle veut amnistier les manifestants mais à condition qu’ils participent à des manifestations « légales et non violentes ». Comment faire confiance à Mélenchon et ses alliés pour définir ce qui est « légal et non violent » quand ils proposent de redéployer les principaux outils des violences policières,la BAC et la BRAV, au lieu de les supprimer ? Après cette belle entente quant à la police, arrive la torpille du PS contre une proposition juste et essentielle qui vise à remplacer le sinistre IGPN par une Commission d‘enquête indépendante sur les violences policières. Pour le PS, les “violences policières“ n’existent pas. Rappelons- nous que le 19 mai 2021 le syndicat policier d’extrême droite Alliance avait manifesté devant l’Assemblée Nationale, avec la participation de Darmanin, Marine le Pen pour le RN et, toute honte bue, les chefs des partis dits de gauche : PS, PCF et Verts. (Voir RE 197). Seul Mélenchon en était absent, ce qui lui a en partie valu ses 22 % aux présidentielles, acquis en très grande partie grâce au vote des quartiers populaires.Leurs habitants ont espéré qu’il pourrait être un rempart contre le racisme et l’islamophobie de l’Etat et de sa police, mais aussi être enfin représentés politiquement à l’échelle nationale. Mais, quand est arrivée l’heure des bureaucrates chargés de distribuer les candidatures investies par la NUP, ces populations ont été brutalement mises de côté.
Finalement les 650 propositions de la NUP ne sont pas inutiles : elles permettent de voir comment des mesures qui vont dans le sens des besoins des populations travailleuses et nécessiteuses sont abîmées ou annulées par les contorsions des apparatchiks.
La victoire de la NUP aux élections législatives de juin permettrait-elle de respirer un peu entre deux attaques de Macron ? C’est possible, mais pas d’illusions, pas de miracle.
Mélenchon élu serait, de toute façon, le premier ministre de la Ve République dirigé par le président, Bonaparte Macron.

au sommaire

Pas de miracles, qui que soit le premier ministre
C H R O N I Q U E D E L ’ A R B I T R A I R E
  • Refus d’obtempérer ? La police tire à vue
  • L’Etat bénéficie d’une nouvelle arme…
  • « On veut la vérité ! »
  • Torturé en GAV au commissariat de Juvisy-sur-Orge
  • L’éducation nationale choisit son camps
  • « Violence policière en milieu rural »
  • Vive la Palestine
  • « Y a des familles et ils gazent »
  • Heureusement, il y a la Justice !
S U R L E V I F

Dans les centre de rétention, à l’écart du monde, la violence crue de l’État

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression policière » :

>Les poids et les mesures

Le 28 février 2017, les socialistes votaient la dernière loi sécuritaire du quinquennat Hollande. Une série d’articles qui étendaient à l’ensemble des forces de l’ordre les règles d’ouverture du feu, jusque là dévolues aux gendarmes, qui leur permettaient d’allumer tout contrevenant pour refus d’obtempérer....

› Tous les articles "Répression policière"