Pour des lieux de formation résolument féministes et révolutionnaires

426 visites

Le collectif féministe des personnes en formation de Genève s’est créé en début d’année scolaire afin de s’organiser en vue de la grève féministe du 14 juin prochain. Suite à l’Assemblée Générale féministe du 17 avril 2019, cinq textes reprenant les discours oraux ont été rédigé pour faire part des réflexions de cette assemblée sur les oppressions liées au genre dans nos lieux de formation.

Cet ensemble de textes est une mise à l’écrit des discours de l’Assemblée Générale féministe du 17 avril 2019. Vous y trouverez donc certainement des formulations plutôt orales.

Nous vous proposons 5 textes pour vous faire part de nos réflexions sur les oppressions liées au genre dans nos lieux de formation :

1. Introduction / 2. Langage / 3. Formation / 4. Espaces / 5. Conclusion

Nous sommes un collectif qui s’est uni autour d’un féminisme qui ne reproduit pas d’oppressions. Le CFPF se réunit en mixité choisie sans mec cis-genre [1]. Nous pouvons ainsi nous organiser entre nous selon nos propre besoin et mener cette lutte féministe qui est la notre.

Pour commencer, les mots ont leur importance, nous parlons de grève féministe et non de grève des femmes. Cela car nous souhaitons faire une analyse des rapports de pouvoir qui traversent notre société en termes de genre et non en termes de sexe. Nous avons choisi les termes de personnes en formation et non d’étudiante car nous souhaitons montrer que les revendications que nous portons visent à changer les structures de tous nos lieux de formation afin que ceux-ci deviennent accueillant pour toutes les personnes les utilisant. Enfin, l’utilisation du mot « personnes » permet d’inclure les identités de genre qui sont trop souvent invisibilisées. Nous revendiquons un féminisme qui dépasse la binarité des genres.

Notre réflexion se veut également globale et inclusive de tou.te.x.s. Nous souhaitons construire des lieux de formation exempts, le plus possible de dominations et d’oppressions. C’est pour cela que tout ce qui va suivre, même si ce n’est pas toujours formulé expressément, se veut, et doit être compris dans une lutte globale contre le capitalisme, le racisme, le sexisme, l’hétérocispatriarcat, la bi et panphobie, le classisme, l’islamophobie, la grossophobie (liste vraiment non exhaustive et inspiré de nos camaradexs du 8 mars).

Cet ensemble de textes est publié avec comme perspective la grève du 14 juin. En deux mots, il s’agit d’une grève de toutes les personnes qui ne sont pas des hommes cis. Ce jour là, nous n’irons pas au travail, nous ne nous occuperons pas des foyers mais nous serons dans la rue pour exprimer notre colère face à cette société patriarcale. En effet, tant au boulot qu’à la maison, notre travail est invisibilisé, moins bien payé, moins valorisé, à temps partiel, plus précaire. Pour ces raisons là et bien d’autres encore, des collectifs locaux, cantonaux, romands, suisses se sont créés pour organiser cette grève d’envergure nationale.

Si le nombre de revendication est impressionnant c’est qu’il faut se souvenir que l’inscription du principe d’égalité dans la constitution suisse remonte à moins de 40 ans. En 1991 une première grève nationale féministe demande l’application de ce principe d’égalité constitutionnel. Celle-ci nous rappelle que la grève est un moyen de construction d’un rapport de force nécessaire à changer les structures légales, sociales et économiques. Dans les questions féministes, le privé est éminemment politique et c’est donc l’ensemble de la structure qu’il faut changer. Cela s’obtient par de grands moments d’effervescence collective mais également par nos interactions, par la solidarité que nous créons au jour le jour et par une bienveillance qui défiera la compétition que l’on nous impose dans cette société aux logiques marchandes et capitalistes. Nous devons nous organiser collectivement pour changer l’ordre établi et aller vers une société plus juste, plus égalitaire, plus collective et résolument féministe. Nous affirmons ainsi que le féminisme et un moyen de lutte indispensable à la destruction du capitalisme [...]

La suite à lire sur : https://renverse.co/Pour-des-lieux-de-formation-resolument-feministes-et-revolutionna

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Rapports sociaux de genre » :

>Journée Internationale du Souvenir Trans

Le 20 Novembre, c’est la Journée Internationale du Souvenir Trans. Une journée à la mémoire des personnes trans disparues. Comme Vanessa Campos, assassinée cet été sur son lieu de travail au Bois de Boulogne, ou Rita Hester, assassinée le 28 novembre 1998 à Boston. Pour cette occasion, quelques mots à...

>Nicolas Casaux et la transphobie par Peter Gelderloos

Peter Gelderloos, auteur de Comment la non violence protège l’état : Essai sur l’inefficacité des mouvements sociaux, a eu une mauvaise surprise lors de son dernier voyage en France. Il a été informé peu de temps avant de venir promouvoir son livre qu’un des traducteurs qui avait participé à la...

› Tous les articles "Rapports sociaux de genre"