Prends ta place à Lyon le 16 Octobre au Parc de Gerland !

6892 visites
8 compléments

"Prends ta place", une première pour les indignés lyonnais

Ce dimanche 16 octobre 2011, parc Gerland (Lyon) se tiendra le premier coup de tonnerre des indignés lyonnais : une journée solidaire et festive mêlant musique, débats, rencontres associatives, expositions etc.
Les portes du festival s’ouvriront de 11H à 22h30, à prix libre, afin de permettre à tous les publics d’y prendre part.

Ils sont une bonne poignée de citoyens indignés à "se ré-approprier l’espace publique" en élaborant une journée solidaire, dans le but d’informer et de sensibiliser le public au travers de nombreuses thématiques : " Nous nous efforcerons de faire de cette journée de sensibilisation un moment convivial et constructif, grâce auquel l’épanouissement citoyen de chacun sera rendu possible. Nous ne nous reconnaissons plus dans les politiques actuelles ni dans le quotidien qu’elles engendrent et souhaitons unir nos voix pour une réelle démocratie" ont affirmés les indignés, en ajoutant "Nous n’avons pas la prétention d’apporter des solutions, mais nous souhaitons voir chacun penser, innover pour réinventer certaines valeurs qui tiennent à coeur : l’échange, le partage, la solidarité…"

Un mot d’ordre pour cet évènement : “ L’économie s’effondre, les citoyens construisent ”. A partir de 11h, une trentaine d’associations d’horizons différents se tiendront tout autour de la scène, pour créer une dynamique, stimuler les débats et favoriser des rencontres, des échanges, et le partage des expériences. La liste inclue des thématiques aussi diverses que l’écologie, les alternatives solidaire, la prévention des risques etc.
Au centre, une pyramide d’objets "inutiles" sera édifiée : chaque personne pourra ainsi apporter un bien de consommation “inutile” et, à la fin de la journée, chacun sera invité à récupérer un objet pour lui donner une deuxième vie.
L’humain toujours au coeur de cette initiative, le public sera convié dès 12h à partager un pique-nique participatif géant, où chacun sera appelé a apporter de quoi partager.
Les concerts débuterons à 15h, faisant la part belle aux artistes français : la programmation mêle des artistes confirmés, et engagés, et de diverses signatures sonores tels que *HK et les saltimbanques, Dub-incorporation, Têtes-raides et Broussaï.

*(ces groupes avaient donné leurs accord pour le 11 septembre, nous attendons leurs confirmation pour le 16 octobre).

Cerise sur le gâteau, la plupart des intervenant à joué le jeux du bénévolat : des associations aux têtes d’affiches, en passant par les agents de sécurité… "L’intérêt suscité pour notre projet des différents acteurs est le signe que nous répondons a un réel besoin". Un beau challenge pour permettre à cet évènement d’être à un prix… libre !

Une assemblée populaire clôturera la journée à 20h. Cet évènement sera l’occasion de rappeler l’appel du ‘15 de mayo’ des citoyens indignés espagnols, et de perpétuer le mouvement lyonnais organisé depuis le 24 mai place Antonin Poncet afin de concevoir ensemble une autre démocratie.

Les indignés défendent un combat constant contre « le capitalisme mercantile qui a transformé les êtres humains en marchandises ». Parmi leurs idées se détache celle d’être des acteurs et non plus spectateurs, de fédérer les énergies pour replacer les valeurs humaines au centre des préoccupations des sociétés. Ce mouvement est indépendant des partis et syndicat, et se distingue par sa volonté d’être auto-organisé.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 17 octobre 2011 à 11:57, par Tryph

    franchement, cet évènement était beau.

    beaucoup de gens ont fait le déplacement (largement plusieurs milliers).
    les groupes de travail n’ont jamais été si remplis.
    il n’y pas eu le moindre incident.
    toutes les générations étaient représentées.
    les messages plus engagés entre les concerts on reçu un accueil chaleureux.
    les prétendus "gorilles" si autoritaires n’étaient en fait qu’un fantasme de commentateur (tout au plus quelques gens de bonne volonté avec des talkie qui patrouillaient).

    et en plus le soleil brillaient.
    bref c’était une excellente journée.
    un grand merci et toutes mes félicitations à tous ceux qui ont organisé cette journée et à ceux qui y ont participé en tant que bénévoles.

    à lire les commentaires précédents, on se doute bien que ça aurait été encore bien mieux si ça avait été organisé par d’autres, mais c’était quand même terrible ;)

  • Le 15 octobre 2011 à 21:44, par FRAMB

    je viens de lire tous les commentaires et je vais faire bref de peur de m’empêtrer dans la syntaxe car visiblement il y a du commentaire de texte dans l’air ;o)
    pour répondre à Jean baptiste qui cite Aragon, je pense que tant qu’il restera des grains de blé sur la tige, on bougera pas ou peu ... et pour répondre à Fablyon , et bien personne n’est obligé d’adhérer à un mouvement qui ne lui ressemble pas .... je ne pense pas qu’il soit utile d’aller à ce rassemblement si on est convaincu de son amateurisme naif
    Pour ma part , je vais y faire un tour car je pense que toute expression quelle qu’elle soit de mécontentement de sa situation est un pas . A chacun d’aider à faire un chemin même si on sait bien que se mettre d’accord sur une action collective relève d’un sacré défi par les temps individualistes et consuméristes qui courent
    je reste avec cette idée : quelquechose est possible et il faut bien commencer un jour même maladroitement

  • Le 13 octobre 2011 à 20:16, par Manu

    S’ils avaient dit "service d’ordre" plutôt qu’agents de sécurité, cela serait-il mieux passé ?
    Cette organisation me semble parfois bien utile...

  • Le 10 octobre 2011 à 18:57, par Fablyon

    Juste une réaction : le mouvement des "Indigné-e-s" ne prend pas partout dans le monde.

    Ce n’est pas parce que nos journalistes disent "Indigné-e-s" dès qu’il y a un mouvement de foule que c’est l’intenationalisation réelle de ce mouvement. Rien à voir entre les Indigné-e-s grecs et espagnols (au passage, que dire des gens désignés comme indigné-e-s grecs qui donnent aux flics des insurgés ?)

    Et puis, le mouvement des Indigné-e-s ne prend pas à Lyon, ni nul part en France en fait .... Tout comme la marche qui devait finir à plusieurs dizaine de milliers sur Bruxelles ...

    Après je n’ai rien contre la "repolitisation" mais c’est aussi accepter que les mots ont un sens, et que ce texte fixe un cap qui me semble bien peu aller dans le sens du combat réellement nécessaire face au capitalisme.

    Pour le reste, c’est ouvert à tous, alors chacun se fera une idée.

    Mais je mets en lien un texte ici qui m’avait interpelé à l’époque : http://conspishorsdenosvies.wordpress.com/2011/09/17/les-indignes-l-apolitisme-et-le-conspirationnisme/

    Pour le reste, c’est à dire la centralité de la lutte via les Indigné-e-s ... ça me laisse pantois. Je crois que la lutte est en cours, et les Indigné-e-s veulent en être un courant, nous ne sommes pas obligés de tous vouloir nous agréger autour...

  • Le 10 octobre 2011 à 13:44, par Rastam

    La plupart des critiques sur la forme du texte sont probablement liées aux difficultés d’écrire un texte a plusieurs. Possible que des termes malheureux soient passés à travers.

    Au sein d’un mouvement ayant 5 mois d’histoire, pour des personnes qui ont peu voire pas d’expérience dans l’autogestion et l’évènementiel, l’organisation d’une journée comme celle ci est forcément imparfaite.

    Quand à la sécu, il n’y aura pas de gorilles.

  • Le 10 octobre 2011 à 11:45, par JeanBaptiste

    Ce qui me frappe, c’est les réactions sur Rebellyon à chaque proposition de ce mouvement qui pourtant est le seul mouvement social d’ampleur internationale et qui monte partout... ailleurs qu’à Lyon.

    OK pour les critiques sur les termes employés, OK sur l’opportunité de faire du festif gentillet, moi aussi j’attends plus. Mais si on veut un vrai mouvement social de masse, il faudra bien inclure tous ces gens qui n’ont plus de culture politique, mais qui n’en peuvent plus non plus de ce système. Il faudra bien y aller aux côtés de geeks décérébrés par la culture dominante qui s’éveillent à la conscience politique. Il faudra bien accepter de côtoyer et partager avec des gens imparfaits, pour qui tout n’est pas clair, qui n’utilisent pas les bons termes, qui ne sont pas bien sûrs ce qu’ils cherchent. C’est dans la lutte qu’ils avanceront et que les choses se préciseront pour eux.

    Sans ça, on sera encore et toujours les quelques poignées d’initiés, de puristes radicaux, dans leur tour d’ivoire qui regardent avec mépris les gamins balbutier leur révolte... et pour le coup, quand j’ai lu le texte et les réactions, ce n’est pas le texte que j’ai trouvé pédant.

    Moi, je n’en peux plus du système et je suis prêt à tâter de tous les mouvements imparfaits qui me semblent aller dans le bon sens, plutôt que d’attendre l’avènement d’un mouvement qui me convienne parfaitement ... mais qui ne viendra pas. Leur système est allé trop loin pour qu’on puisse se permettre de faire la fine bouche : faut que ça bouge, et vite !

    "Quand les blés sont sous la grêle
    Fou qui fait le délicat
    Fou qui songe à ces querelles
    Au cœur du commun combat"
    Aragon

    Mais peut-être qu’on n’est pas assez dans la merde... ?

  • Le 9 octobre 2011 à 12:47, par Fablyon

    Deux trois choses me chiffonnes dans ce textes....

    Déjà, je partage l’idée des agents de sécurités, comme le souligne Poney, même gratuits, même bénévoles, ça reste un simulacre d’autorité ... Et c’est assez étrange.

    Ensuite : « Nous n’avons pas la pré­ten­tion d’appor­ter des solu­tions, mais nous sou­hai­tons voir chacun penser, inno­ver pour réin­ven­ter cer­tai­nes valeurs qui tien­nent à coeur : l’échange, le par­tage, la soli­da­rité… »

    Moi la phrase me choque. Quel est le but de ce rassemblement s’il ne doit pas en émerger de solutions ? Ou de pistes de solutions ? Changer ce monde et ce système, c’est donc juste réinventer des valeurs ? Et le partage, la solidarité l’échange, quand ont ils disparu ? Quand il se pratiquent, ils existent, point. Nul besoin de réinventer quoique ce soit pour le coup.....

    "Les concerts débu­te­rons à 15h, fai­sant la part belle aux artis­tes fran­çais"
    On va me trouver tatillon, mais vous n’en avez pas marre du patriotisme de pacotille ? Voilà que toute la gauche "démocrate et de gouvernement" ressort le drapeau bleu blanc rouge, que même le front de gauche fait chanter la Marseillaise, et voilà que les "Indigné-e-s" se mettent à souligner que "y’a du bon français en majorité dans nos chanteur m’sieurs dames".... C’est pour moi gênant, de plus en plus, de voir cette référence mise en avant comme lettre de noblesse obligée...

    Les indi­gnés défen­dent un combat cons­tant contre « le capi­ta­lisme mer­can­tile qui a trans­formé les êtres humains en mar­chan­di­ses »
    Voilà donc l’explication que j’attendais sur la ligne de fond des "Indigné-e-s" depuis des mois. Non, le capitalisme n’est pas le problème, juste le "capitalisme mercantile"... Ben voilà, un épouvantail de plus dressé pour éviter de vouloir radicalement changer les choses .... C’est quoi le but "un capitalisme de partage" ? Et bien, on est pas à un oxymore prêt....

    Bref, je passerai peut être faire un tour à ce "coup de tonnerre" . Même si cela ne m’enchante pas plus qu’un énième exposé d’ATTAC.

    Et puis bien entendu : Ce mou­ve­ment est indé­pen­dant des partis et syn­di­cat, et se dis­tin­gue par sa volonté d’être auto-orga­nisé.
    Franchement, c’est quoi la nouveauté par rapport à d’autres collectifs ? Donc se distingue, c’est d’un pédant....

  • Le 6 octobre 2011 à 00:29, par Poney

    Des agents de sécurité, bénévoles ou non restent des agents de sécurité.
    Vous nous parlez d’échange, de partage, de solidarité, de valeurs humaines. Mais ne pensez-vous pas qu’un être humain puisse avoir assez de jugeote pour ne pas avoir un gorille collé sur le dos pour lui dicter ce qu’il a faire ou non ?
    Nous n’avons pas besoin de ce simulacre d’autorité.

    Mais bon ce sont des gorilles gratuits, donc pourquoi rechigner ?

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info