Prolétaires de tous les pays, unissons-nous

949 visites

Pour diviser les travailleurEs, pour nous empêcher
de nous unir, et ce, mondialement il existe
un outil formidable : le racisme ou encore la
xénophobie et autres nationalismes. Les patrons
ont toujours compris cela hier comme aujourd’hui.

Ca les fait bien marrer, les patrons, de voir
le blanc gueuler ou taper sur l’arabe pendant
qu’eux ils continuent à compter les billets
qu’aussi bien le blanc ou l’arabe lui ont amené.
La classe patronale a très bien intégré son rôle :
exploiter la population mondiale sans distinction
de frontières, de nationalités, de couleurs de
peau ou de religion. Par contre, elle s’est toujours
servi des racismes et nationalismes pour
nous diviser afin d’assurer son pouvoir et notre
exploitation. Aux pires moments de l’histoire,
c’est le patronat qui a permis l’arrivée au pouvoir
des fascistes et des nazis. Il fallait alors détourner
la haine qui leur était destinée, les boucs
émissaires ont été les juifs, les tziganes...
Aujourd’hui, on tente de nous la refaire avec les
arabes ou les gens des pays de l’Est.

À la CNT, nous soutenons que notre classe
est internationale. On nous rabâche sans cesse
que l’économie est mondialisée. C’est vrai mais
ce n’est pas nouveau. Et cette économie a un
nom : l’exploitation capitaliste. Cette exploitation
est internationale et il n’y a que le degré de
celle-ci qui change. D’un gamin payé quelques
cents de l’heure pour fabriquer des Nike en
Inde à un vendeur de ces mêmes chaussures
payés quelques euros de l’heure en France.
Les deux se font voler une partie de la valeur de
leur travail par leur patron.

Ainsi, la seule frontière que nous reconnaissons
à la CNT c’est celle qui nous sépare de
nos ennemis de classe : nos patrons. Notre
combat ne se situe pas dans un cadre économique
national mais bien international.

Ainsi, l’immigration n’est pas un problème
pour nous, bien au contraire, c’est une richesse
par le brassage des cultures et le métissage
qu’elle apporte. Plus on s’unit dans la différence
plus on s’enrichit. Par ailleurs, il serait mal
venu de refuser l’immigration des peuples chez
qui on est allé faire la guerre, faire des croisades,
capturer des esclaves, transformer l’économie
pour notre profit et cela encore aujourd’hui.

Après avoir saccagé leurs pays, on
refuserait qu’ils viennent chez nous dans
l’espoir de goûter à notre société de consommation
construite sur la ruine, les cendres et le
sang d’une immense partie de la planète.

Que ce soit par l’échange d’informations et la
construction de luttes internationales ou par
l’aide matérielle à la CNT la Solidarité
Internationale n’est pas un mot creux. Nous
sommes en relation avec de nombreuses organisations
syndicales de base qui combattent
contre l’oppression internationale du patronat.

Nous participons ainsi à la construction d’une
coordination mondiale du combat contre le
capitalisme.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info