Putes en galère, putes en colère

1508 visites

Ceci est un texte rédigé et distribué par des putes pendant la journée de grève et de la journée internationale contre les violences faites aux travailleuses et travailleurs du sexe le 17 décembre à Toulouse.

Aujourd’hui nous sommes le 17 décembre, journée internationale de luttes contre les violences faites aux travailleuses et travailleurs du sexe (tds).
C’est aussi une journée de grève nationale en fRance. Il est assez rare de voir des cortège de travailleuse travailleurs du sexe, n’est ce pas ?
Cette fois-ci on est là. On en a marre que notre travail ne soi pas considéré comme tel de la part de l’état, des abolitionniste et finalement de la plupart de concitoyens. Cela a des répercutions énorme sur nos conditions de vie et nos conditions de travail. Dans la rue et sur internet.

Sur Toulouse, la situation a atteint un niveau surréaliste.

"Selon un adjoint au maire : « Les arrêtés anti-prostitution sont une réussite », bien que les riverains, entre espoir et fatalisme doutent de l’efficacité du dispositif."
La prostitution, pour riverain et élus, serait donc un mal, une nuisance à supprimer de nos belles rues proprettes. C’est pratique pour déshumaniser les travailleuses. Pour nier, invisibiliser une réalité sociale bien différente.

 

La suite à lire sur : https://iaata.info/Les-putes-en-galere-les-putes-en-colere-3847.html

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info