Site collaboratif d’infos alternatives

Qu’est-ce qu’on attend dis-moi ? - Poésie révolutionnaire

La soumission : cette bavure de lâcheté quotidienne.

A genoux un peu plus à chaque matin et la gueule encore ternie de la veille à venir. Train-train mon amour et ma rage au creux du bide qui en demande encore. Qu’est-ce qu’on attend dis moi ? Encore un peu plus de têtes baissées et de claques aux joues insoumises ? Encore un peu de sang sur les trottoirs ?
Je revois mars mon calendrier nouveau, et le tien aussi, cette aubaine qui a fait le poing levé et le sourire comme un espoir, je revois les mains aux couteaux pour les soupes aux goûts de mille couleurs et le bruit du vivant, toujours le bruit du vivant.
Et tout s’éteint comme on souffle sur une bougie de cire, l’année s’écoule, et les journaux de papiers soumis qui taisent les scandales, mort après mort, coups après coups sur le terrain cupide de cette mascarade élection. Qu’est-ce qu’on attend dis moi ?
Mai. Mai ça n’a pas suffit ? Et leurs pantins mains sur les matraques dans les genoux, dans ta gueule à toi et dans sa gueule à elle, à lui, à eux, à nous, et les containers de verres qu’on renverse, les feutres sur les murs - ACAB - et au matin les lèvres fermées, les bleus sur la peau, pas un mot, pas à moi, à toi, à elle, à lui, à eux, à nous.
A-t-on donc si peur ? Pourtant j’entends l’Irlande, que le vent se lève, et j’entends l’Espagne, j’entends chaque drapeau et chaque crayon, et les plumes aux chaînes, les corps du monde qui se fracassent de nos balles mon Occident, tu les entends ?
A mort les nantis du délire fasciste, et vitres brisées sous les pavés pavots, les pas partis, partisans des peu ou rien tant qu’on peut sans pardon. Et pourquoi pas tout démolir ? Qu’est-ce qu’on attend pour museler les chiens de gardes de cette oligarchique ronde ? Pour renverser les poubelles encore et tenir à la culasse les bouteilles poussières qui feront nos armes ? Et pour l’effacer du tableau, cette ombre imbécile , cette silhouette de haine dans nos rues ? Guerrier contre la connerie qui n’a plus peur de l’ouvrir, toutes dents dehors, qui n’a plus peur de rien, et pourtant moi, elle, lui, eux, nous, cachés, si peur dans les rues de ma ville, de ma vieille ville, de mon Vieux Lyon.
A ma brève je tremble bévue de notre silence. Complices moutons de nos fissures au-dedans des os, au-dedans des rêves, pas un souffle à la lumière de l’aube, le noir se porte pourtant aussi le jour, les affiches s’arrachent à la lumière, les chansons se chantent à la vue, dans le métro, les poings se serrent même seul, même à plusieurs, même sans préfecture.
Qu’est-ce qu’on attend dis moi ?
A quand enfin les chants en étendard ? Les fleurs Molotov tendues en robe d’été ?
Que faut-il de plus ? Des cadavres sous les fenêtres de Croix-Rousse ? Est-ce ce confortable nid télévisé qui sangle à nos pieds ces chaînes sans parfum ?
Reprends liqueur, regarde comme nos gosiers sont beaux, comme ils brillent d’autre chose à la lueur de nous.

La soumission : ce tyran interne de notre béante

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Expression - contre-culture » :

Poésie révolutionnaire : mon étranger

Sentir, Sentir refuge la note à demi mouillée de l’archer sur l’alto, la caisse futile qui répond en clé de Sol au barbouillage indécent du cordier à cheval, et l’ouïe à ma table, Lui à ma table, moyen orient de ses amours. Le fond de caisse vibrato au frottement trop riche du tapis sous ses pieds nus,...

À la recherche de l’Alliée Licorne

Je m’intéresse aux questions politiques liées aux oppressions et à la justice sociale depuis un moment, du point de vue d’une personne directement concernée par certaines choses que je souhaite changer dans la société, autant que du point de vue d’une alliée qui tente d’aider d’autres personnes à faire...

[Livre jeunesse] "Le passeur", une dystopie orwelienne

Jonas va devenir le porteur de mémoire, il sera seul à se souvenir de ce qu’était le monde , avant que la nature, les choix ou l’amour aient été abolis pour préserver la communauté des inégalités et de l’arbitraire. Chronique du livre de Lois Lowry, Le Passeur, 1993 (plusieurs...

> Tous les articles "Expression - contre-culture"