Quand le patronat et le gouvernement nous précarisent !

2531 visites

L’un, le Contrat d’accompagnement à l’Emploi (CAE) vient se rajouter à la longue liste des emplois dits “aidés”, l’autre, le Contrat Nouvel Embauche (CNE) entraîne une modification profonde du Code du travail, et de fait, renforce encore plus la précarité des travailleurEs et la toujours plus grande difficulté que nous aurons à défendre nos droits !

JPEG - 48.2 ko

Le CAE, petite perle sortie du plan de cohésion sociale de Jean-Louis Borloo, se met donc en place dans les structures « ou les besoins collectifs ne sont pas satisfaits », il est applicable au service "non-marchand". Sous l’éternel argument de la réinsertion sociale des plus démuniEs, c’est donc l’embauche du /de la plus précaire - et du plus jeune - qui va ramener le plus d’argent à l’entreprise !
Comme dans le cas des salariéEs embauchéEs en CES et en CEC, mis en œuvre par les précédents gouvernements, le/la postulantE doit répondre aux critères les plus misérabilistes pour se voir embaucher en CAE. Une très longue période de chômage d’unE travailleurE postulant sur un CAE donne la possibilité à l’employeur d’avoir des aides financières bien plus conséquentes (jusqu’à 95% de prise en charge accordée par l’État) que pour unE travailleurE venant tout juste de s’inscrire au chômage. Ou encore les travailleurEs les plus âgéEs se trouvent être en concurrence directe avec les plus jeunes (le dispositif est particulièrement conciliant avec les “moins de 26 ans”)

Le CAE est un contrat à durée déterminée pouvant aller jusqu’à 12 mois, et pouvant être renouvelé une fois. Entre les différents CDD, pas de délai de carence pour l’entrepreneurE/exploiteurE qui peut donc se servir à sa guise dans la misère sociale, en contournant les droits les plus élémentaires de code du travail. Un CDD de 2 ans, qui une fois terminé (mais bon on est devenu "réinséré" quand même !) ne donne même pas droit à la prime de précarité de fin de CDD auxquels tous les autres travailleurEs ont droit .

Mais non seulement le/la travailleurE est exploitéE, mis en situation de précarité extrême, mais en plus ces contrats aidés viennent renforcer la mise à mal du salaire socialisé ! [1]
C’est sur le salaire socialisé qu’est fondé notre système de protection sociale ; celui-ci a été acquis par la lutte des travailleurEs !
Quand l’employeurE est exonéréE de tout ou partie des charges sociales - dites patronales - selon les différents contrats « aidés » en vigueur, qui comble le vide laissé dans les caisses de cotisations ?
Dans le cadre du CAE, l’employeurE est exonéréE des charges se rapportant aux cotisations de sécurité sociale, à savoir : accidents du travail, allocations familiales, taxes sur les salaires et d’apprentissage...

À Lyon, un syndicat CNT vient de se créer dans le secteur du spectacle. Contactez-nous !

Notes

[1Salaire socialisé :

Pour qu’on travaille pour lui, le patron doit fournir du salaire. Ce salaire s’entend comme la somme globale que le patron doit débourser pour obtenir ce travail. On s’en met une partie dans la poche tout de suite, et une autre dans les caisses de solidarité sociale (retraite, sécurité sociale, chômage). Quand ces caisses sont en déficit c’est que la part de la richesse produite qui revient aux travailleurEs sous forme de salaire diminue d’autant que s’accroît la part du capital. Au sens de cette définition, quelle que soit sa situation par rapport à l’emploi (maladie, retraite, chômage), unE travailleurE demeure unE salariéE.

Proposer un complément d'info

Les compléments d'infos ont été désactivés temporairement.

Le collectif d'annimation tourne en effectif minimum jusqu'au moins septembre et se concentrera autant que possible sur vos propositions d'articles.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CNT Interco 69 » :

› Tous les articles "CNT Interco 69"