Réflexions sur les médias après l’occupation d’un silo de maïs OGM

1357 visites
14 compléments

Aujourd’hui il est du devoir de chaque individu de se réapproprier l’information. Ne faisons pas appel aux « grands » médias en croyant qu’ils servent notre cause.

- Samedi matin 15 décembre, près de 160 personnes ont participé à l’occupation d’un silo de maïs OGM à Moidieu-Détourbe, dans l’Isère. Ce silo appartient au négociant en grains Girardon, de Saint-Prim, à 10 kms au sud de Vienne, qui avait vendu les semences OGM dans la région. [1]

À l’appel des Faucheurs Volontaires, près de 160 militants anti-ogm ont installé des banderoles sur le silo et révélé ainsi (après que des tests aient été faits, prouvant la présence de maïs OGM tout autour du silo) que du maïs contaminé était ou avait été entreposé ici, sans aucun contrôle de la part des autorités publiques, et sans aucune sécurité, avant d’être vendu pour être consommé. L’action a duré quelques dizaines de minutes.

JPEG - 71.1 ko

L’après midi, une conférence de presse et un rassemblement-débat a eu lieu à la salle polyvalente d’Estrablin, avec les Faucheurs Volontaires, la Confédération Paysanne, les collectifs anti-ogm des départements, des apiculteurs, etc. Pour exiger la liberté et le droit de produire sans OGM et dénoncer la supercherie qu’est en train de devenir le Grenelle de l’environnement, avec la trahison des engagements de l’État qui cède aux lobbies agricoles et semenciers.

- Lettre d’un faucheur Volontaires sur la manière dont a été traitée l’information.

Bonjour à tous,

Samedi 15 décembre a eu lieu une action anti-OGM a Moidieu dans l’Isère. Je tiens à remercier les personnes qui se sont investies pour l’organisation de cette manifestation et à toutes les personnes qui y ont participé.

Je regrette en revanche, la manière dont a été traitée l’information ! France 3 régional a fait un rapide bilan de cette mobilisation, et on peut regretter le parti pris de la chaîne publique dès les premières phrases prononcées par la présentatrice !

Je cite :

    • Dès le début : « Malgré les engagements pris par le gouvernement pendant le Grenelle... »

Doit-on comprendre que nous devrions nous satisfaire de la farce qu’est le Grenelle de l’environnement ? sommes-nous des nantis jamais satisfaits ?

    • « des commandos anti-OGM... »

drôle de façon de présenter une association pacifiste ! on appelle commando un groupe d’intervention militaire !

    • « auraient stocké des OGM selon eux... », « pas forcémment faite de cultures OGM... », « il semble que... », « estiment que... », « l’inquiétude pour eux.. ».

Notre parole est mise en doute pendant tout le reportage, nous sommes apparemment de beaux menteurs, ou en tout cas nous ne sommes pas dignes de confiance.
À croire que seules les déclarations du gouvernement peuvent être perçus comme vraies !

De plus, le reportage n’implique absolument pas l’ensemble de la population, il vise même le contraire, à isoler notre mouvement, de manière à montrer un groupe d’individus qui se mobiliseraient pour leur intérêt personnel. À aucun moment le reportage ne mentionne un problème, un débat national et international qui s’inscrit dans le cadre d’une mondialisation qui nous concerne tous...

Je ne parlerai pas de l’article du Dauphiné qui est sans grand intérêt, et manie l’humour de mauvais goût : allégorie des moustaches pour parler de José Bové, et j’en passe...

À quand des médias compétents ?

Je pense que pour les prochaines actions, il nous faut nous méfier des médias, et peut-être faire appel à des médias alternatifs ou bien faire les médias nous mêmes. Nous avons des capacités d’action, de mobilisation et d’information ! Il existe des médias qui essayent de créer une autre information... Nous pouvons créer nos propres articles et les publier sur internet. Mais pour cela il faudrait ne pas viser que l’aspect médiatique d’une action. Aujourd’hui il est du devoir de chaque individu de se réapproprier l’information.

Ne faisons pas appel aux "grands" médias en croyant qu’ils servent notre cause, je pense que le bilan médiatique de cette action nous l’a montré. Nous ne pouvons plus faire confiance à ces médias, à leurs médias.

Je vous souhaite à tous une bonne continuation et un Noël sans OGM !

Amitiés militantes,

Tristan, Faucheur Volontaire

PS : pour ma part je vais écrire à France 3 pour leur exprimer mon
mécontentement. Je vous invite à faire de même. Mais gardons à l’esprit que ça ne sera pas d’une grande utilité.

Notes

[1Voir sur “Réseaux citoyens de Saint Étiennele compte-rendu du rassemblement du 22 septembre 2007 devant les Éts Girardon de Saint-Prim.

Proposer un complément d'info

Les compléments d'infos ont été désactivés temporairement.

Le collectif d'annimation tourne en effectif minimum jusqu'au moins septembre et se concentrera autant que possible sur vos propositions d'articles.

  • Le 28 décembre 2007 à 19:04, par Bakou

    Hé bé voilà pourquoi après avoir été de toutes les opé, partout en france, je ne me déplace plus que rarement sur ce genre de coup ! Vous avez tout dit mes camarades. Des bornes des bornes et encore des bornes pour avoir l’air contents de deux minutes d’antenne orientée vers la voix de son maitre. RADICALISATION BORDEL A CUL ! Du temps ou je publiais beaucoup, ou je poussais régulièrement mon coup de gueule, je n’arrêtais pas de titiller le militant mou. Si je suis faucheur, ok alors je fauche !!! Je mène des actions efficaces en détruisant cette merde parce que l’état ne le fera jamais. Tout le reste c’est du pipeau tout comme l’éducation des masses chère à Karl.Les masses elles viennent, à la rigueur, te taper dans le dos pace que t’a un beau tee shirt en te disant « c’est bien ce vous faites » mais elles ne bougeront jamais leur cul. Tout au long de l’histoire, 2°/°d’activistes ! On n’en sort jamais des 2°/° .Et ça fait chier.

    Bakou

  • Le 28 décembre 2007 à 12:08

    Bon, écoute, je ne veux pas être méchant mais là, vraiment, tu tombes dans la caricature des comportements militants qui font fuir tout le monde.

    Dans le monde militant, il n’est jamais temps pour débattre des questions de fonds. Dans les réunions ou les AG, les procédures démocratiques (quand j’utilise le terme de démocratie, c’est systématiquement ironiquement) permettent aux grandes gueules de s’exprimer tandis que ceux qui ont des difficultés à s’exprimer en public s’abstiennent. J’ai remarqué que dans ce cadre, ce n’est jamais le moment de débattre des questions de fond. Une stratégie souvent utilisée pour bloquer le débat de fond est d’invoquer l’urgence (relire le message de FV). Résultat, ce sont toujours les actions les plus conformistes qui l’emportent, genre les actions de sensibilisation. Ici, dans ce forum de Rebellyon, c’est caricatural dans la mesure où un apparatchik, FV, intervient dans un cadre différent de son groupe militant pour faire cesser un débat.
    Tu écris :

    « On a bien précisé que les objectifs avaient été clairs avant la manif et qu’ils avaient été respectés. »

    Lénifiant. Là, tu parles de ton groupe militant auquel je n’appartiendrai jamais. Malgré toute le plaisir et la sympathie que j’éprouve à rencontrer des militants comme vous, vous êtes incurables. J’ai cherché des pistes dans l’article que je cite plus haut, et que tu ne liras jamais parce que tu as mieux à faire (quand bien même le lirais-tu que tu ne pourrais pas te l’approprier. C’est ce que je dis à la fin quand j’écris qu’il ne s’agit pas de convaincre qui que ce soit mais de mettre en mot quelque chose), pour comprendre pourquoi le débat est désormais impossible, où que ce soit (à droite comme à gauche, bien que les gens de droite ont moins la sensation de détenir la vérité que les gens de gauche). Si j’en juge par la phrase que je cite, vous avez l’air content de vous. C’est l’essentiel. Les cercles militants ont désormais plus besoin de cohésion que d’efficacité.
    Tu nous ordonnes de cesser ce débat. Tu tires ta légitimité à siffler la fin de la récré du fait que ceux qui n’étaient pas contents pouvaient s’exprimer lors de conf’ qui a suivi la manif.
    Tu écris :

    « Ils ont exprimé des choses. Il faudra en tenir compte pour une prochaine mobilisation, etc... Mais là, c’est bon, on passe à autre chose »

    Plusieurs choses. De mon coté, je n’y était pas. J’ai entendu parlé de cette manif et j’en débat sur un site lu par plein de personnes qui n’étaient pas non plus à cette manif. C’est mal ? Pourquoi passer à autre chose alors que vous allez continuer comme avant ? C’est vraiment le discours de ceux qui sont installés dans le militantisme et qui ont envie de tout sauf que des discours et des actes viennent remettre en cause la position la plus conformiste qui leur permet de maintenir leur cohésion et donc leur place au sein du système militant. Sur le thème du "ils ont pu s’exprimer librement à la conf’ ou à l’AG" , ça me fait penser à un article particulièrement puissant paru dans le dernier CQFD (http://www.cequilfautdetruire.org/) intitulé « la démocrassie » (p.6) à propos des AG des récentes grèves. Extraits : « Représentative ? Participative ? La démocratie, c’est celle qu’on a ici dans les pays occidentaux. [...] Celle qui fait peser le soupçon de totalitarisme sur la moindre critique à son encontre ».

    Tu écris :

    « mais il y aura d’autres actions avec d’autres objectifs... »

    Ha bon ? Vraiment ? De quoi peut-il bien s’agir ?

    « Si on ne bouge pas, dans 1 mois, on se retrouve avec une loi qui légalise les OGM »

    Bon, toi tu décides de t’opposer à ça. En quoi ça veut dire qu’il ne faut pas débattre ? En quoi ça interdit de dire que les manif actuelles, la communication, les actions symboliques et tout ça sont nulles ? C’est marrant cette tendance qu’ont les apparatchiks a affirmer que ceux qui critiquent ne font rien.

    « arrêtez de jacasser et passez aux actes »

    Que sais-tu de moi pour dire une telle chose ? Pourquoi, sous prétexte que je critique la forme de vos actions, ne serais-je qu’un intello à lunettes ? En essayant de dévaloriser la personne qui critique, tu crois dévaloriser les arguments de la critique ? Ca en dit long sur les pratiques démocratiques qui règnent dans le monde militant et sur la manière dont la parole critique est contenue. Il faut que je montre mon CV pour critiquer ? Si c’est le cas, je veux bien comparer le mien au tien.

    Vous ne serez jamais prêt au débat et c’est pour ça que vous allez échouer concrètement. Vous êtes dignes de ses généraux français qui perdent toutes les guerres à force d’entêtement, vous êtes fait du même bois. Rien de pire qu’une bonne cause mal défendue.

    « Il y a de la place pour tout-le-monde, toutes les idées, toutes les formes de luttes »

    Bon là, au vu de ce qui a été dit plus, c’est "no comment". Totalement démagogique. Vous vous placez sur un terrain (cette loi dont tu parles, parce que vous êtes légalistes) que vous avez choisi et à partir de là, une fois que vous avez décidé des objectifs, vous demandez des idées pour y arriver. Celle-là, on ne me la fait plus. Vous voulez vous opposer à une loi ? Ca veut dire que vous allez encore vous fourvoyer dans des actions de merde (sensibilisation, communication, symbole) pour mettre en branle des médiations politiques complexes plus imaginaires que réelles dans la république. Peut être que la loi va passer sous une forme édulcorée, peut être, mais ça fait partie de la stratégie du pouvoir de faire un truc énorme pour revenir un peu en arrière si ça râle trop. Mais loi après loi, année après année, ils arrivent à leurs fins. Vous croyez dans le système politico-économique actuel. Ce qui ne vous convient pas, c’est les hommes qui sont à sa tête.
    Bref, vous allez échouer, c’est sûr, mais ça ne veut pas dire que la guerre des OGM est perdue.

    Enfin, un petit bonjour à la police politique qui doit vraiment s’en donner à coeur joie à lire nos controverses.

    Totof

  • Le 28 décembre 2007 à 10:00, par mazenc

    Salut les gens,
    Cette discussion est très intéressante, de par son exigence et sa profondeur d’analyse ; c’est un « débat de fond » de toute première importance et urgence. Merci aux « débatteurs » ! Je crois effectivement que nous ne pouvons pas faire confiance aux « chiens de garde », et que nous devons radicaliser les actions. La mise en spectacle organisée par les « merdias » est notre perte : déréalisation, banalisation, « criminalisation » de l’action .... etc. Bon courage ! Luc.

  • Le 27 décembre 2007 à 11:53, par metalleux

    salut totof,
    je crois qu’on est d’accord finalement... :)
    en effet, en effet, à la manif pas mal de personnes ont été déçues, venaient de loin...j’ai d’ailleurs pris la parole à la petite réunion qui a suivi et ai proposé une « radicalisation » du mouvement, ou en tout cas de revenir aux même type d’actions comme au début, c’est à dire la déobéissance. (voir action à Bron devant le siège de monsanto, ou les fauchages...). sous forme d’actions nouvelles qui toucheraient largement la population, comme une action péage gratuit avec des tracts, tracter dands les grandes surfaces, envahir les locaux de l’UMP avec du maïs...ou des locaux de Monsanto...je n’étais pas seul à vouloir créer autre chose.
    je pense qu’on a tiré des leçons de cette action...
    enfin je crois qu’il est temps de s’organiser pour les jours qui suivent comme l’a dit jean luc à juste raison, organisons et agissons en regardant l’avenir !
    il y a des grèves de la faim organisées. le 12 janvier il y a des actions nationales, chacun peut organiser quelque chose à sa manière !

  • Le 26 décembre 2007 à 23:25, par F.V.

    Bon, ça suffit avec ce débat
    A la conférence qui a suivi la manif, tout ceci a été exprimé par des gens.
    On est allé en parler ensuite avec eux. On a bien précisé que les objectifs avaient été clairs avant la manif et qu’ils avaient été respectés. On a entendu que des gens s’étaient déplacé de loin et qu’ils avaient été déçus.
    Ils ont exprimé des choses. Il faudra en tenir compte pour une prochaine mobilisation, etc...
    Mais là, c’est bon, on passe à autre chose
    D’accord les médias sont vendus, d’accord on a joué avec eux, mais il y aura d’autres actions avec d’autres objectifs...
    Le plus important, c’est qu’il n’y a pas eu de lézard (peut-être un problème de formulation pas assez claire)
    Aujourd’hui, on a autre chose à faire. Si on ne bouge pas, dans 1 mois, on se retrouve avec une loi qui légalise les OGM, fout en l’air plein de choses et ouvre un portail énorme aux autres cultures que le maïs.
    Tout ce qui peut arrêter ça est bon à prendre ; toutes initiatives, idées de mobilisation, de pression, d’information, de communication... le sont aussi
    Il y a de la place pour tout-le-monde, toutes les idées, toutes les formes de luttes pour arrêter cette colonisation qui s’annonce
    Mais bon dieu, arrêtez de jacasser et passez aux actes.
    On a 1 mois...
    Un mois, c’est tout...
    Allez, on y va !
    On se souhaitera la bonne année le 9 février au soir...

  • Le 26 décembre 2007 à 19:26

    le pote en question qu’était à cette action minable : tout à fait d’accord avec Tof.
    La prochaine fois que je me déplace, c’est pour faire des popcorns. Un point c’est tout. Sans banderole, sans média, sans com’.
    Les médias manipulent 100 % du réel. Si nécessaire, ils créent le réel à leur guise. Ils en ont les moyens techniques.
    Rien à faire de ce qu’ils peuvent dire ou pas dire.
    Y a juste des OGM qui nous emmerdent. Dès qu’on peut, on les détruit.
    Virus ? anti-virus ! Point barre.
    C’est juste un problème de moyen, mais les journaleux collabos, ne valent pas mieux que les ogm. Faut les détruire aussi. C’est juste un problème de moyen. Pas de motivation.

  • Le 26 décembre 2007 à 11:39

    salut,
    bon... J’ai du mal m’exprimer car je pensais avoir déjà répondu aux questions que tu poses. Ceci dit, je t’ai titillé sur le fait que tu « y croyais un peu » car ça a permis d’aller un peu plus loin sur le sujet des médias. Tu me réponds que c’était ironique donc pas de problème, je comprends ta position.

    Par un hasard qui vaut son pesant d’or, j’ai fait une bouffe hier soir avec un pote qui m’apprend qu’il était à cette manif ! Et là, que me dit-il ? Qu’il est rentré chez lui dégoutté parce que, en gros, c’était une manif faite pour France3 (c’est ses mots). Une banderolle a été dépliée, la journaliste de France3 a fait son cadrage, a rangé les militants pour que tout le monde soit sur la photo et s’est barrée. Et c’était la fin du truc. Des gens ont fait beaucoup de bornes pour une action destinée, si j’ai bien compris, une fois de plus à sensibiliser l’opinion avec les médias. On en est encore là. Il faut bien comprendre que l’inefficacité totale des opérations de sensibilisation ne peut pas être perçu par la petite-bourgeoisie car la réalité est enveloppée par un discours de classe. Le discours, ou l’idéologie - comme vous voulez, est plus important que la réalité. Je vous renvois alors à ce texte que j’ai pondu il y a quelques temps : http://rebellyon.info/article4225.html Tu vois Tristan, j’ai bien suivi tes conseils et ai essayé de me défaire de l’analyse marxiste (que je n’ai jamais appliqué telle qu’elle de toute façon) au profit de l’analyse bourdieusienne.

    Quoiqu’il en soit, certaines personnes sont reparties pas contentes du tout d’avoir fait de la figuration pour les médias et d’avoir fait le jeu d’un discours de classe sur la conscientisation et tout ce genre de conneries. Le silo est encore là et tout va continuer comme avant. Bonne nuit les nenfants, dormez bien !

    Je passe le lien de cet article à mon pote pour qu’il voit et corrige éventuellement ce que je viens d’écrire.

    Totof

  • Le 24 décembre 2007 à 19:09, par metalleux

    et alors ? que va faire l’Etat que vont faire les institutions avec cette petite iinformation ? il est important d’exprimer notre opposition. je ne vois pas pourquoi je m’en priverais.
    pour ce qui est du service public, dans un système étatique, c’est l’Etat qui assure la redistribution des richesses après avoir fait des prélèvements.
    dans un système autogestionnaire par exemple, on peut très bien avoir un service public, c’est à dire des services qui profitent à tous ! pas besoin d’Etat pour cela.
    j’ai insisté sur ce fait, ironiquement, pour montrer à quel point on est loin d’un vrai service public ! voilà ce que je voulais dire...
    public ne signifie pas Etat, voilà juste la petite nuance que j’ai faite. après dans notre système...évidemment, on est d’accord...L’etat est maître...
    en revanche ne me dis pas que j’y croyais un peu...tu as mal interprêté mes propos, c’était ironique, de l’espoir faux si tu préfères.

    pour ton analyse marxiste en revanche, ne tombe pas dans le tout « Marx »..., la société a évolué depuis le temps, et des classes inexistantes à l’époque de Marx existent aujourdh’ui...là on part dans un autre débat !

    amitiés militantes

  • Le 24 décembre 2007 à 13:27

    salut,

    bien sûr, je ne pense pas que ta lettre va changer de manière fondamentale la stratégie du pouvoir central. Aucune information de ce type ne le pourrait. Ne pousse pas à l’extrême ma position. Ce que je veux dire c’est que le pouvoir enregistre, classifie, fait des moyennes, des statistiques, de toutes les informations, même les plus petites qu’il reçoit. Il s’ajuste par rapport à ça. Ta lettre n’a surement pas fini au ministère de l’intérieur (euphémisme communicationnel pour dire « ministère de la répression »), mais tu informes les professionnels de la « communication » (encore un euphémisme qui signifie « propagande ») de comment les gens de ta catégorie reçoivent l’information. Tu reformules ce fait en l’euphémisant sur le lexique du « coup de gueule ». Toi, tu crois avoir poussé un coup de gueule mais en réalité un des rouage du pouvoir disciplinaire a reçu une (petite) information. C’est donc, pour répondre à ta question, en cela que ta lettre leur sert.

    Enfin, excuse moi de t’asticoter encore mais peux-tu m’expliquer la différence entre chaîne publique et chaîne d’Etat (je n’ai pas utilisé cette expression de « chaîne d’Etat » mais Je la trouve très juste) ? Je croyais que c’était la même chose...

    Tu écris :

    « donc par définition, ne pas assimilier public et Etat même si aujourd’hui tout secteur public implique un contrôle de l’Etat. »

    Ha ? Alors, si j’ai bien compris, c’est qu’à une période le secteur publique n’était pas contrôlé par l’Etat. Peux-tu me donner les dates de cet âge d’or ?

    Totof

  • Le 24 décembre 2007 à 09:54, par metalleux

    salut,
    je pense qu’il ne faut pas tomber dans l’excès, en quoi ma lettre va-t-elle les servir, les aider dans leur technique de contrôle de la population ?
    la lettre que je leur ai envoyé a pour simple but de faire entendre une contestation...serais-je écouté ? non bien sûr, mais au moins j’ai poussé mon coup de gueule, et je ne pense pas avoir « collaboré » ou bien être l’instrument de l’Etat et des medias en envoyant une simple lettre...
    de plus, la phrase concernant les chaînes publiques ne signifie pas que je crois en ces « grands » medias, pas plus que ma phrase en fin de lettre qui n’est qu’une formule de politesse (et encore) pour ironiser sur leur incompréhension volontaire du problème que sont les medias...
    de plus, je n’ai pas parlé de chaîne d’Etat mais de chaîne publique, c’est à dire « normalement » une chaîne pour tous qui en doit pas prendre parti... donc par définition, ne pas assimilier public et Etat même si aujourd’hui tout secteur public implique un contrôle de l’Etat.
    bref, tout ça pour repprocher à France 3 d’être un media à la botte des « bourgeois » comme tu dis...

  • Le 23 décembre 2007 à 18:08

    re,

    Bon, je pense que globalement on est d’accord. Mais quand même, un point qui me semble important : en quoi les laisser dans le noir c’est nous laisser dans le noir ? Les infos que nous donnons à la mégamachine lui sert à nous manager, à s’ajuster au plus près de manière à nous faire accepter l’inacceptable. En aucun cas ces infos servent à nous sortir du noir ! Sur la page du lien que tu indiques, j’ai lu :

    "Une chaîne publique est censée faire de l’information, et non pas servir le gouvernement en orientant vos reportages de cette manière."

    Nos maîtres doivent se tordre de rire en lisant ça. En fait, tu y crois quand même un peu puisqu’on peut lire sur cette page : "En espérant que vous saurez tenir compte de cette réalité préoccupante".

    L’Etat appartient à une classe sociale : la bourgeoisie. Une chaîne publique n’est qu’un des rouages du maintien de l’ordre. Ca a été ça dès le départ, avec l’ORTF.
    Si tu les informes, tu leur permets d’affiner leur technique de management par une info leur donnant le résultat de leur précédente stratégie. Dommage, non ? D’ailleurs, le rôle de la police politique, les Renseignements Généraux, est d’éclairer la mégamachine sur l’humeur du cheptel (c’est-à-dire nous). Leur plus grande peur est de ne pas connaître ça. C’est pourquoi, dans le même ordre d’idée, je ne réponds jamais aux enquêtes INSEE (bien que, évidemment, ce soit illégal) (tu ne trouves pas hallucinant que ce soit illégal ? Ca met la puce à l’oreille quand même, non ?).

    Pour s’informer, ayons recours aux médias alternatifs comme tu l’as bien fait avec cet article intéressant. Une fois que les mensonges de leurs "Pravda" les auront réellement décridibilisé alors le principal risque pour les médias alternatifs sera l’institutionnalisation. Mais on n’en est pas encore là !
    Enfin, je ne résiste pas au plaisir de mettre cette citation de Marx et Engels :

    « Les pensées de la classe dominante sont aussi, à toutes les époques, les pensées dominantes, autrement dit la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est aussi la puissance dominante spirituelle. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose, du même coup, des moyens de la production intellectuelle, si bien que, l’un dans l’autre, les pensées de ceux à qui sont refusés les moyens de production intellectuelle sont soumises du même coup à cette classe dominante »

    Totof

  • Le 23 décembre 2007 à 15:20, par metalleux

    salut !
    pourquoi j’écris à France 3 ?
    pour exprimer mon mécontentement, tout simplement.
    je n’ai pas d’espoir particulier quant aux prochains reportages des « grands » medias...
    en revanche, les laisser dans le noir comme tu dis, c’est aussi nous laisser dans le noir...
    quelle influence peut bien avoir la pauvre lettre d’un étudiant ? je m’exprime point barre ! mais tout en restant lucide, j’ai d’ailleurs spécifer en fin de lettre aux faucheurs, qu’il ne fallait rien attendre de France 3, que ce n’était pas d’une grande utilité...
    A côté de ça, je fais tourner l’info sur les luttes contre les OGM, contre ces médias de merde, cette lettre aux faucheurs tourne sur plusieurs medias alternatifs, sur des blogs...

    http://pierro-fv.skyrock.com/

    Medias partout information nulle part !

  • Le 23 décembre 2007 à 12:28

    ouaip, juste une question, pourquoi veux-tu écrire à France3 ? Tu veux les améliorer ? Ils ont toujours été aux ordres des entreprises, tu ne changeras pas ça. A l’inverse, leurs mensonges les décridibilisent progressivement. Je crois qu’il ne faut jamais donner d’informations aux institutions ou aux médias officiels. Il faut les laisser dans le noir. C’est d’ailleurs leur plus grande peur.

    Totof

  • Le 22 décembre 2007 à 23:16

    Vidéo Les faucheurs en décembre :

    Les faucheurs de l’Isère, de la Loire, du Rhône, de la Drôme, de l’Ardèche, de l’Ain étaient présent lors de la convocation de Pierre à la gendarmerie.
    Ils ont mené l’assaut contre un silo de maïs de Moidieu-Détourbe.

    La Télévision Paysanne

    http://www.latelevisionpaysanne.org/

    http://video.google.fr/videoplay?docid=-899069121606071121

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Médias » :

>12 août 1883 : sortie du « Drapeau noir » à Lyon

« C’est sur les hauteurs de la ville de la Croix-Rousse et à Vaise que les travailleurs, poussés par la faim, arborèrent, pour la première fois ce signe de deuil et de vengeance, et en firent ainsi l’emblème des revendications sociales. » Extrait du n°1 du journal “Le Drapeau noir” paru à Lyon le 12 août...

>Agitations n°1 - nouvelle revue communiste, où la trouver ?

Le collectif Agitations sort sa première revue papier ! Un 80 pages couleurs de textes politiques, avec entre autre les textes des collectifs camarades de Carbure, Temps libre (Québec) et Translib (Allemagne). A retrouver en librairie et lieux militants pour 13...

› Tous les articles "Médias"