Rroms : Le Progrès invente le crime de débrouille

2156 visites
2 compléments

Depuis plusieurs années, des personnes, poussées par l’absence d’accès à toute forme de revenu légal, se sont tournées vers une petite combine qui profite d’une vieille forme de solidarité entre les usagers de transport en commun à Lyon. Le Progrès a décidé dans un article publié le 23/09 au soir de transformer cette question en un problème public.

Une nouvelle fois la presse lyonnaise s’illustre par son action politique au service des idées réactionnaires. Cette fois encore c’est les petites fraudes de quelques euros qui sont visées alors que le Progrès ne juge pas utile d’informer ses lecteurs-trices sur les 10 milliards de fraude à la TVA via des paradis fiscaux pour 2012.

Le préambule de l’article est édifiant sur un certain discours journalistique aux ordres. Il illustre à merveille la manière dont, au service des puissant-e-s la presse et les acteurs-trices qui la composent peuvent servir les idées réactionnaires en constituant de toute pièces un problème « sécuritaire » visant les pratiques de débrouille et de solidarité des populations les moins favorisées. Cette fois c’est les Rroms et le partage des tickets de métro qui est attaqué. Dès les premiers mots l’article annonce la couleur :

Depuis une quinzaine de jours, a constaté Le Progrès, des femmes roms roumaines de l’agglomération de Lyon ont élaboré de nouvelles stratégies de survie pour leurs familles

Il semble peut probable que les journalistes de la rédaction du Progrès ne fréquentent jamais les grands axes de transports en communs lyonnais, ceux-ci n’ont donc pas pu manquer de constater que depuis plusieurs années des personnes se placent aux portiques TCL de certaines stations et y collectent les tickets des usagers qui ont fini leurs voyages. Les choses semblent donc relativement claires, cet article n’aura pas de caractère informatif mais cherchera plutôt a produire un récit [1] partisan

devant les distributeurs, elles tentent, de manière très insistante, de revendre aux usagers des tickets de métro déjà compostés, mais encore valides, abandonnés par les voyageurs sur les portails d’accès.

Et voila poindre le loup, puisque dans une bonne histoire il y a un loup, la pratique qui consiste à vendre des tickets glanés est négative puisque les personnes qui la pratiquent sont très insistantes. On se dit que plus c’est gros plus ça passe. Et donc pourquoi pas transformer un petit commerce illicite de rien du tout en tentative de racket en bande organisée. Voilà donc une armée de femmes (sûrement en haillons) qui forcent le gentil peuple des usagers à racheter du billet trafiqué parce que quand ça continue :

Tarif : 1 euro. Soit 70 centimes de moins qu’au prix de vente normal.

Heureusement le Progrès est là qui accoure nous informer de ce vaste péril. Quinze jours pour mettre à jour tout le réseau de la mafia du ticket de métro, au Progrès c’est des As, al Capone il tenait trois mois. T’y crois, un euro de bénéfice sur chaque ticket revendu ça en fait un sacré magot. J’imagine d’ici ces trafiquantes descendre de leurs voiture de sport en exhibant des armes de guerre pour forcer l’honnête citoyen à acheter du ticket de contre-bande.

JPEG - 119.9 ko
Entrainement de la Mafia du ticket de metro au parc de la tête d’or (source Le Progres)

C’est bien sûr formellement interdit, tout comme il est formellement interdit de racheter ces titres de transport.

Ah ba ouais par ce que bon quand même on te rappelle que bon, comme il disent dans le métro « Mesdames, messieurs, pour votre tranquillité n’encouragez pas la mendicité » et que même, cette fois, c’est un délit. En fait quand t’achète ton ticket de métro à ces dangereuses criminelles, tu es toi aussi un petit bout d’insécurité. Le recel de ticket TCL ça plaisante pas, selon un sondage au doigt mouillé c’est la préocupation n°1 pour 99,9% des français-es. Alors toi, tu vas acheter ton ticket dans la grosse machine : tu fais la queue, tu le paye plein tarif et tu la ferme si possible. Et comme c’est un enjeu de sécurité publique, dans ce journal on fait du travail sérieux, alors ils ont été poser des questions.

Contactée ce lundi par notre rédaction, la société Kéolis (Transports en commun lyonnais) indique qu’elle envoie ses équipes sur place pour disperser ces populations, dès qu’un problème est constaté par vidéo-surveillance ou par des remontées de terrain. Mais ces vendeuses à la sauvette ont vite fait de revenir…

Bien sur chez keolis on prend le problème avec sérieux, par ce que bon on n’aime pas trop que les gens ils resquillent. On y passe même une bonne partie de notre budget à les empêcher de le faire. On met tout le paquet, on utilise des techniques ultra moderne pour chopper la mafia du ticket mais franchement là, c’est la mafia ninja elles sont insaisissables. C’est pour ça que la presse se devait d’agir pour dénoncer le scandale.

P.-S.

Sur les nombreux dérapage du progrès voir aussi l’émission de radio canut angle(s) mort :
1- Coup de gueule à propos d’un article publié le 6/09/2013 dans le quotidien local Le Progrès intitulé « Vaulx-en-Velin : après le départ des Roms, les rats envahissent le quartier ». Article gerbant et inquiétant à la fois. 2- Une présentation du livre publié chez L’insomniaque et intitulé ZAD Partout. L’occasion de revenir sur la lutte à Notre-Dame-des-Landes. 3- Enfin, une introduction à la future « chronique auto ».

Notes

[1on dit storytelling quand on veut faire clinquant

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 29 septembre 2013 à 19:27, par DJOU

    Seize élus socialistes, parmi lesquels l’ancien ministre, Daniel Vaillant, et le maire de Lyon, Gérard Collomb, publient dans le Journal du dimanche une tribune saluant l’action de Manuel Valls contre les campements illicites de Roms...

  • Le 27 septembre 2013 à 19:08, par Bananarchiste

    C’est scandaleux ! Je n’ose plus sortir de chez moi maintenant que j’ai conscience de ces risques !
    A pied, les racailles nous rackettent, en transport en commun ce sont ces ignobles revendeurs... Comment voulez-vous qu’on fasse baisser les émissions de CO2 quand le seul moyen de se déplacer en toute sécurité est la voiture ?
    Je crois qu’on peut affirmer sans honte que la principale cause du réchauffement climatique est la communauté Rrom !

    Je terminerai donc par cette admirable sentence du défunt président Kennedy :

    Kill the poor !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « J.Bétine » :

>Christophe Colomb découvre l’Amérique : au premier jour d’un ethnocide

Le 12 octobre 1492 Christophe Colomb découvre pour le compte des rois catholiques, Isabelle Ire de Castille (1474-1504) et Ferdinand II d’Aragon (1479-1516), ce que l’on connaîtra bientôt comme le Nouveau Monde. Lui pensera jusqu’à sa mort avoir découvert la route des Indes par l’ouest. A partir de ce...

>28 février 1921 : révolte de Kronstadt dernier acte de la révolution russe

Si on entendra encore parler de la révolte de Kronstadt de 1921 longtemps après, c’est que, d’une certaine manière, en quelques semaines se concentrent tous les éléments de la révolution russe. Dans la tragédie de la révolution russe, ces événements sont ceux qui annoncent le dénouement. C’est le moment...

› Tous les articles "J.Bétine"

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

>Été 1982 dans la région lyonnaise : l’État tente de mater les banlieues

Dans l’agglomération lyonnaise, l’été 1981 est chaud, comme disent les journalistes de l’époque. Ce sont les premières émeutes urbaines à faire la une de la presse nationale. Tout au long de l’année, la répression va s’abattre sur l’agglomération et, à l’été suivant, l’ambiance est une nouvelle fois...

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"