Une cantine pour cantiner qui met à l’honneur Georges Ibrahim Abdallah le samedi 3 août

1194 visites

Envie de manger un bout tout en soutenant des prisonnier·es ? écrire une carte pour Georges ? Venez à la prochaine édition de la Cantine pour cantiner !
Le rendez-vous est lancé pour le samedi 3 août 2019, de 19h30 à 3h00 du mat’ pour manger, se retrouver, papoter des taules, écrire une carte à Georges Abdallah et aux autres prisonnier.e.s et shtah contre le chtar au quartier gratte ciel à Villeurbanne.

Cantine pour cantiner c’est un repas préparé avec amour et servi à prix libre. La thune collectée avec ce repas servira à envoyer des mandats aux prisonnier·es avec lesquel·les nous sommes en contact.

Pour cette cantine de soutien nous avons souhaité mettre à l’honneur Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste libanais, et combattant pour la libération de la Palestine.

En 2019, Georges Ibrahim Abdallah est toujours détenu en France, et cela depuis le 24 octobre 1984, alors qu’il est libérable depuis 1999. Georges Ibrahim Abdallah a déjà déposé en vain neuf demandes en ce sens.

En 2003,la justice française avait accepté sa libération mais Dominique Perben, alors ministre de la justice, s’y était opposé ainsi que le gouvernement américain. En 2013, la justice accepte – de nouveau – de libérer Georges Ibrahim Abdallah. Manuel Valls, alors ministre de l’intérieur, doit prendre l’arrêté d’expulsion vers le Liban mais voulant ménager le gouvernement israélien, il tarde à signer ; la Cour de Cassation intervient pour annuler la libération conditionnelle. Depuis 1999, Georges Ibrahim Abdallah, du fait de ses convictions politiques, subit un “régime d’exception” qui en fait le plus vieux prisonnier politique d’Europe.

Et c’est parce qu’il est de nos luttes et que nous sommes de son combat que cette cantine pour cantiner en soutien aux prisonnier.es, le met à l’honneur !!!

L’argent collecté pourra leur servir à cantiner. En taule, tout se paie : la télévision (8 – 10 euros par semaine), le savon, le papier hygiénique, se procurer un poste de radio, acheter des aliments en supplément des plateaux-repas généralement dégueu. Et quand on bosse, c’est pour 1,9 euros de l’heure.

Ça pourra aussi servir à payer les timbres et les enveloppes ou encore à soutenir les familles et les proches dans les frais de transports pour se rendre aux parloirs.

C’est un moyen pour créer de la solidarité, aller au-delà des murs qu’on voudrait nous faire croire trop hauts, trop infranchissables, trop loin.

JPEG - 522.8 ko

Rendez-vous le samedi 3 août, de 19h00 à 3h00 du mat’ pour manger, se retrouver, papoter des taules, écrire une carte à Georges Abdallah et aux autres prisonnier.e.s et shtah contre le chtar au quartier gratte ciel à Villeurbanne.

P.-S.

Pour avoir l’adresse du lieu, contactez : dihia[at]riseup[]point]net

samedi 3 août 2019

Une cantine pour cantiner qui met à l’honneur Georges Ibrahim Abdallah

19h00 - 03h00
quartier gratte ciel à Villeurbanne.

dihi[at]riseup[]point]net

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Violence à la manifestation du jeudi 5 décembre

Récit d’une violence devenue que trop banale dans les manifestations en France et à Lyon. Jeudi 5 décembre, un manifestant reçoit en plein visage une bombe à gaz lacrymogène alors qu’il s’éloigne des gaz pour se protéger. Après plusieurs jours de douleurs, une visite à l’hôpital montre cinq fractures au...

› Tous les articles "Répression - prisons"