Service minimum = attaque maximum contre les travailleurs

565 visites

Dans l’Education comme partout : Résistance !

Tous les acquis sociaux ont été acquis par la lutte et pour cette lutte l’arme des travailleurs
c’est la grève.
Le droit de grève c’est le droit qui conditionne tous les droits.
En effet, les droits sociaux conquis par les travailleurs l’ont été grâce à elle. Restreindre le
droit de grève c’est ainsi désaffûter cette arme. C’est la rendre moins efficace quand elle
doit répondre aux tirs groupés des patrons et de l’Etat contre les travailleurs.

Une attaque contre tous les travailleurs

Le gouvernement tente de restreindre
le droit de grève des
travailleurs du secteur public ou
d’amenuiser ses effets.
Mais c’est aux capacités de résistance
de toutes les classes populaires
qu’il s’attaque par ce fait.
Quand il s’en prendra aux droits à
la Sécu, aux retraites (de nouveau),
au chômage etc. (comme il
l’a annoncé) bref à des droits qui
concernent tous les travailleurs, il
sait qu’il devra compter sur de la
résistance.

Prévoyant, il tente de désarmer
préventivement une partie de ses
éventuels opposants en s’attaquant
au droit de grève. Il sait en
effet à quel point elle est dangereuse
pour ses projets antisociaux.

Ce n’est pas pour arranger les
usagers mais pour gagner le combat
contre les travailleurs de
l’Education et tous les travailleurs,
donc l’énorme majorité des usagers
de l’école, qu’il veut instaurer
le service minimum.

Les usagers vont trinquer

De plus, on sait que beaucoup de
grève dans l’Education ont lieu
pour améliorer les conditions de
travail à l’école.

Ceux qui travaillent à l’école sont
les salariés certes mais surtout
les élèves. Ce qui est gagné pour
l’école l’est pour tout ceux qui y
sont actifs, donc surtout pour les
élèves. On ne compte plus les
grève qui ont eu lieu contre les
fermetures de classe, contre les
classes surchargées, pour
demander des remplacements,
des possibilités de dédoublement,
de travail en demi-groupe, du
matériel en quantité et qualité etc.
Que de journées perdues par les
élèves car le gouvernement ne
daigne pas embaucher suffisamment
de remplaçants... alors que
les grèves le forcent à le faire !

Les conditions de travail vont se
dégrader pour tous si 17 000 postes
sont supprimés, comme l’a
annoncé le gouvernement. Bref
les premiers touchés par la casse
du service public d’éducation qui
serait rendu possible par toute
restriction du droit de grève ou de
ses effets seraient les élèves.

Et ce, quel que soit la manière
dont sera instauré ce service minimum
 : obligation pour les communes
d’instaurer un service de
garde en cas de grève, réquisition
du personnel précaire, du personnel
municipal, attaques statutaires
etc.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info