Skyline de la Part Dieu : la résistance s’organise pour remettre en cause le projet phare de Collomb

903 visites

Passé de fils de prolo à grand baron lyonnais, Gérard Collomb a placé une énergie folle dans l’accomplissement de son rêve de bâtir une véritable Skyline New-Yorkaise à la Part Dieu. Un véritable alignement phallique pour graver à jamais dans la postérité sa virilité, et assoir sa légitimité auprès d’une classe politique bourgeoise qu’il n’a jamais complètement réussi à intégrer. Mais dans un contexte où son pouvoir s’effrite enfin, comme les fenêtres d’InCity, son beau projet risque plus que jamais de s’effondrer...

Dans les rêves les plus fous de notre Gégé, c’est une dizaine de tours flambant neuves qui devraient fouler les cimes lyonnaises d’ici la fin de son règne. Or à ce jour, seules deux d’entre elles ont finalement pu voir le jour aux côtés de la vieille tour du crayon. Pour accélérer le développement de son projet et permettre l’implantation rapide de nouvelles tours, tous ses réseaux sont mis à contribution.

Chez ses amis du "Progrès Economie", un nouvel article à la gloire de la métropolisation hypertrophiée, sorti le 15 janvier dernier, fait ses gros titres sur l’adhésion des lyonnais au projet. Selon ce "sondage" à la méthodologie plus que douteuse, 59% des lyonnais se montreraient en effet favorables à l’implantation de nouvelles tours dans le quartier de la Part Dieu. Une véritable aubaine pour l’équipe de Collomb, à quinze mois des prochaines élections municipales ! Mais contre toute attente, c’est cette enquête, pourtant si complaisante à l’égard de Collomb et de sa politique de marketing urbain, qui a réanimé ses plus farouches opposants.

JPEG - 190 ko

Le collectif d’habitants "Part-Dieu", qui se mobilise depuis 2005 contre la rénovation urbaine forcenée de ce quartier et la destruction de la mixité sociale, s’est saisie de cette enquête pour mieux la dénoncer :

« [Cette] enquête représente une véritable manipulation de l’opinion publique puisque aucune méthodologie de représentativité des sondés n’a été mise en place (ont répondu ceux qui ont bien voulu, cela ne garantit en aucun cas que ce soit représentatif de l’avis des lyonnais, puisque l’échantillon ne l’est forcément pas) et aucun débat n’a été organisé sur les avantages et inconvénients de tels projets (coûts, consommation énergétique, conséquences environnementales, hausse prévisible du foncier, nuisances pour les riverains, problèmes d’insertion urbaine, impact paysager sur la Skyline lyonnaise, alternatives possibles, etc…). »

JPEG - 400 ko

Le collectif, qui dénonce cette désinformation, faite à coup de communication clinquante et onéreuse du projet de refonte urbaine verticale de la Part Dieu, s’est toujours battue à forces inégales, face au rouleau compresseur des politiques et multinationales du béton, solidement liés pour le meilleur, et surtout pour le pire. Ce lien est devenu encore plus puissant avec la création en 2014 de la "SPL La Part Dieu" [1] qui permet en gros de passer outre l’obligation de faire des appels d’offre pour réaliser des chantiers. Cette SPL est détenue à 90% par la Métropole et 10% par la ville de Lyon avec bien entendu à sa tête ... ce bon vieux Gégé la fripouille ...

Non à green-béton-city-business : pour un quartier à vivre à la part-dieu, rassemblement le 9 juin

4 autres tours sont prévues sur le carré Garibaldi Deruelle, vivier—merle Paul sert : la tour Tolyon de 170 m à côté de la gare (bureaux et hôtel de luxe), sil.ex2. un autre immeuble haut sur la rue Bouchut et la tour d’appartements de luxe « Le nuage » rue Desaix. 7-1 Nous vous expliquerons les (...)

9 juin 2018

Le collectif profite de la sortie de ce sondage, grossière publicité à la politique de Collomb, mais aussi de la conjoncture nationale de développement des débats publics, pour contrecarrer cette mauvaise réclame en invitant à inclure véritablement les lyonnais.es dans la décision, y compris celles et ceux que l’on a si longtemps réussi à invisibiliser :

« Comme notre président nous invite au grand débat en toute franchise, sans tabou, on pourrait à Lyon organiser un vrai grand débat sur l’urbanisme qui permettrait d’éclairer ce référendum. [ ...] qu’un véritable référendum citoyen soit organisé sur cette question et laisse la possibilité à tous les habitants de la Métropole de s’exprimer. Ce véritable débat serait largement ouvert à tous les avis contradictoires qui pourraient s’exprimer, à part égale, sur les conséquences et les enjeux des différents aménagements. »

Bref, au moment où tout semblait bouclé, où les tours "Silex 1&2", "To-Lyon", "Sky 56" et toutes les autres allaient pouvoir sortir de terre sans aucune forme de débat, l’idée d’un "grand débat" sur le développement de la Skyline de la Part Dieu doit en faire frissonner plus d’un dans l’entourage de Collomb. Si un tel débat a lieu, ce qui, avouons-le, est loin d’être pour l’heure assuré, le choix d’implantation des tours pourrait être remis en cause, ce qui constituerait une véritable coup de tonnerre au niveau de l’urbanisme lyonnais, à l’heure où le nouveau PLU-H (Plan Local d’Urbanisme et de l’Habitat) s’apprête à entrer en vigueur.

JPEG - 45.4 ko
Projet des tours Jumelle Silex 1&2
JPEG - 193.3 ko
Projet des tours « To Lyon » prévue pour 2022
La grande tour et ses 43 étages abriteront des bureaux, la petite de 8 étages sera l’hôte d’un hôtel 4 étoiles
JPEG - 8.2 ko
Ensemble de tour Sky 56

Face à la mise sous silence de tous les contre-pouvoirs à son action durant des années, Collomb voit revenir plus forte et plus légitime que jamais, une opposition à son projet de ville verticale qu’il ne parvient plus à faire taire.

Alors qu’auparavant, rien ne semblait pouvoir résister à la "machine à broyer Collomb", cette opposition profite du lent mais inexorable effritement du pouvoir de Gégé depuis son retour anticipé en mode « sauve qui peut » du gouvernement. Son pouvoir totalitariste sur le territoire lyonnais prend du plomb dans l’aile, et même ses vieux poulains n’hésitent plus à le mettre en difficulté et lui ravir le pouvoir, Kimelfeld en tête. Ce dernier, en promettant de se re-présenter à la tête de la Métro, réalise en effet un nouveau pied de nez à son vieux maitre, qui ne peut plus qu’enrager en silence. Si l’on se souvient que, dans le cas de la restructuration de la Part Dieu, la Métropole détient 90% de la SPL, Collomb perd une grande partie de sa main mise, et va devoir apprendre à ne plus décider seul de l’avenir du quartier...

Reste à voir si tel l’effet papillon, ce petit grain de sable dans la chaussure du Collomb contribuera à le faire dégringoler encore plus vite, ou si tel un phénix il renaitra encore plus fort ...

P.-S.

Lire aussi :

La Part-Dieu ou « l’effet métropole »

Analyse et critique du quartier de la Part-Dieu, depuis sa conception dans les années 1960 jusqu’aux grands chantiers actuels. Histoire d’un des plus grands échecs urbanistiques à Lyon de ces cinquante dernières années, parfait exemple de ces grands centres d’affaires et de décisions interurbains, (...)

4 décembre 2014

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Vie des quartiers - urbanisme - initiatives » :

>Nid de Coucous ! un documentaire sur les Squats à Lyon

A Lyon comme ailleurs, pour les jeunes squatteurs et pour les familles sans papiers, il faut lutter pour habiter et habiter pour lutter. « Nid de Coucous », documentaire de 2012, raconte l’histoire de ces indésirables et de ces sans voix, qui à l’échelle d’un immeuble ou à l’échelle d’un pays, occupent...

>La gentrification est un mot barbare et parfois fourre-tout

La gentrification est un concept apparu dans les années 60, mais c’est au début des années 2000 que le terme « gentrification » apparaît dans les milieux académiques français. Depuis, il est utilisé à tort et à travers pour désigner de multiples politiques urbaines. Retour sur plusieurs articles publiés sur...

>BOUH ! Le squat des 400 couverts à Grenoble

À Grenoble, de 2001 à 2005, une traverse entière a été squattée : plusieurs maisons d’habitation, une salle publique, des ateliers et plein de folies, d’humour, de galères, de collectifs, de colères, d’expérimentations...

› Tous les articles "Vie des quartiers - urbanisme - initiatives"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

>Expulsion au 26 avenue Monin à la Feyssine

Ce mardi 30 juillet, à 6h30 à la demande de la mairie de Villeurbanne et de la préfecture (50 policiers, 6 fourgons 5 voitures banalisées dont la BAC) ont expulsé le squat où vivait des familles albanaises et Roms situé au 26 avenue Monin à Villeurbannne, quartier de la...

› Tous les articles "Logement - Squat"