Soutien inconditionnel aux revendications des personnels hospitaliers ! Ces revendications ne seront pas satisfaites par le « Ségur de la santé »

1236 visites

Communiqué de L’insurgé sur le « Ségur de la Santé », un nouveau chapitre réactionnaire de la destruction du service public de la santé.

Le gouvernement est inquiet. Durant toute l’année 2019, il a refusé de prendre en compte les revendications des personnels hospitaliers, mais aujourd’hui, il ne peut plus – après trois mois de crise sanitaire – continuer à ignorer ces revendications, car toute la population mesure les conséquences catastrophiques de la politique d’austérité qui a frappé l’hôpital public : les fermetures de lits et les suppressions de postes se conjuguent avec le manque de moyens matériels, les salaires de misère et la surcharge de travail deviennent insupportables, et même de simples masques ont fait défaut des mois durant.

Cette politique d’austérité mise en œuvre par les gouvernements successifs (Sarkozy puis Hollande notamment) a été poursuivie par Macron et a touché toute la santé publique, y compris la Recherche (non financement, par exemple, des recherches entamées sur les coronavirus).

C’est contre cette politique que les personnels hospitaliers se sont organisés et mobilisés depuis le printemps 2019, constituant des collectifs (dont celui des urgences) et appuyés par leurs syndicats pour revendiquer des salaires, des postes, des ouvertures de lits.

Durant le pic de l’épidémie, les personnels hospitaliers ont consacré toutes leurs forces au soin des malades, mais désormais, ils réaffirment leurs revendications, avec le soutien de toute la population. Et, depuis deux semaines, recommencent à manifester, à se rassembler devant les hôpitaux.

Le gouvernement, dont le bilan est désastreux, s’inquiète. Il a d’abord tenté de calmer la colère par quelques vagues promesses et quelques miettes pour diviser les personnels : des primes dont le montant est variable selon les services et hôpitaux. Puis il s’est imaginé d’offrir une médaille aux personnels et de les associer aux cérémonies du 14 juillet ! Une véritable provocation.

Macron lui-même a pu mesurer la colère que suscite sa politique lors d’une visite à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière le 15 mai. « On veut du flouze, du pèze, de la fraîche » lui lance une infirmière.
Et le gouvernement redoute que la mobilisation en défense de l’hôpital et de ses personnels devienne la pointe avancée du combat contre toute sa politique. Alors, il manœuvre.

Il propose un nouveau plan pour l’hôpital, préparé par des discussions organisées au ministère de la Santé, avenue du Maréchal de Ségur, sous la houlette de Nicole Notat : un « Ségur de la Santé ».

Le « Ségur de la Santé » : un nouveau chapitre réactionnaire ?

C’est donc un nouveau chapitre qui s’ouvre avec Nicole Notat. Olivier Véran, ministre de la Santé, a déjà indiqué que seraient remises en question les 35 heures. Autrement dit : travailler encore plus pour avoir quelques miettes. Cette concertation qui commence le 25 mai doit permettre, pour Véran, de « bousculer les conservatismes ». On ne peut donc que s’inquiéter quand on connait l’hostilité de Macron aux statuts (notamment ceux des fonctionnaires), d’autant plus que le 15 mai, Olivier Véran a fait mine de s’interroger sur le maintien du « cadre unique de la fonction publique ».

Quant à Martin Hirsch, le directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris qui – depuis 2013 – a mis en œuvre avec zèle la politique d’austérité, il est très clair : « il faut libérer l’hôpital public de ses carcans », en précisant par exemple : « Il n’est pas écrit dans la Constitution que l’existence d’une fonction publique hospitalière implique une égalité de rémunération entre toutes le disciplines médicales. »… Or cela revient à casser ce statut de fonctionnaire.

Et le choix de Nicole Notat laisse redouter le pire.

La suite à lire sur : https://www.insurge.fr/communiques/communique-2020/soutien-inconditionnel-aux-revendications-des-personnels-hospitali

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info