Suite à des manœuvres d’intimidation, le Comité de Lyon contre les violences policières dépose plainte

2381 visites

En février dernier, le Comité a fait l’objet d’appels téléphoniques et de courriels malveillants en provenance d’une adresse IP gouvernementale. Ces faits font suite à une enquête du Comité sur la présence d’un policier de la BAC en manifestation, porteur d’un LBD, alors qu’il était identifié comme l’un des auteurs des blessures graves infligées à un manifestant en décembre.

Entre le 11 février 2020 et le 17 avril 2020, le Comité contre les violences policières a vu subitement sa boîte mail envahie de centaines de courriels indésirables en provenance de divers sites Internet. Simultanément, entre le 11 et le 14 février, le téléphone portable de l’un de ses membres a été contacté une dizaine de fois par des entreprises qu’il n’avait pas sollicitées. Des faits banals, à deux détails près. D’abord, les appels et courriels malveillants sont arrivés juste après que le Comité a contacté les services de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Rhône, de la préfecture et du parquet de Lyon pour les questionner sur la présence d’un policier de la BAC armé d’un LBD à la manifestation du 6 février, alors qu’il était identifié comme l’un des auteurs des violences commises sur Arthur le 10 décembre précédent. A l’époque, le Comité avait publié un communiqué sur le sujet.

Adresse IP gouvernementale

Ensuite, après une enquête effectuée par le Comité, il apparaît que ces appels téléphoniques ont été passés suite à une demande de rappel effectuée sur les sites Internet de six sociétés, le 11 février, à partir d’une adresse IP correspondant à un service gouvernemental. A ce stade, la direction du numérique du Gouvernement (DINUM) ayant refusé de donner plus d’informations au Comité, il est impossible de dire quel service est concerné : il appartiendra à l’enquête de le révéler. En tous cas, l’intention de nuire et d’intimider est caractérisée. Le fait qu’un service ou une ou plusieurs personnes à l’intérieur de celui-ci se soit senties libres d’opérer ce type d’acte depuis une adresse IP gouvernementale parfaitement identifiable est éloquent sur le sentiment d’impunité qui règne dans les rangs de l’administration.

Le procureur saisi

La plainte déposée ce mardi 7 juillet par Yannis Lantheaume, avocat au barreau de Lyon, auprès du procureur de la République de Lyon aboutira-t-elle à une enquête sérieuse et approfondie ? En juin 2020, Thomas Fourrey, l’avocat de Arthur, blessé le 10 décembre a appris que l’IGPN avait terminé son enquête. Depuis, il demande au procureur de la République quelle décision il compte prendre (poursuites, classement). Plusieurs semaines plus tard, il est toujours sans réponse. De même, il a fallu attendre exactement trois mois pour que la dénonciation adressée par le Comité au procureur le 19 mars dernier sur la manifestation « carnage » du 7 mars 2020 à Lyon (au moins 26 personnes blessées) soit simplement transmise à l’IGPN de Lyon, pour qu’elle lance (enfin) une enquête. Espérons que cette fois-ci, les services du procureur seront moins débordés...

P.-S.

Pour contacter le Comité :
surveillonsles[at]riseup.net
Surveillonsles.art.blog
Twitter : @SurveillonsLes
FB : Comité de liaison contre les violences policières

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Surveillons les » :

› Tous les articles "Surveillons les"

Derniers articles de la thématique « Répression policière » :

>La police prédictive progresse en France. Exigeons son interdiction !

Pendant que les dispositifs de police prédictive (comme PredPol) commencent à être interdits ou abandonnés aux États-Unis, la police française et plusieurs collectivités continuent à acheter et utiliser des équivalents français, à l’image de « Map Révélation » proposé par l’entreprise angevine « Sûreté...

› Tous les articles "Répression policière"