Nouveau témoignage sur les violences policières à Lyon

1763 visites
7 compléments

Après la lecture de nombreux articles sur ce sujet, je tiens à faire part de mon vécu maintenant que j’ai pu digérer ce qui est arrivé à un pote, ainsi qu’à moi.

Après la lecture de nombreux articles sur ce sujet, je tiens à faire part de mon vécu maintenant que j’ai pu digérer ce qui est arrivé à un pote.

Nous étions quatre et revenions d’un concert dans le 7e arrondissement de Lyon. Un de nous quatre, appelons-le S., est un anti-pub avéré ; nous sommes d’accord avec ce qu’il pense mais passons rarement à l’acte. Ce soir là, S. avait une bombe de peinture dans son sac, nous avons donc décidé de nous faire un panneau publicitaire.

En pleine revendication anti-pub, une première voiture de la police nationale arrive. Nous avons tout de suite compris que l’on allait se faire embarquer. Très bien, c’est la loi, on est quatre, on revendique quelque chose en en dégradant une autre. Jusque là rien de surprenant, c’est la suite...

Nous pensions nous faire embarquer tous les quatre, mais c’est seulement moi et S. qui avons été contrôlé par les deux premiers flics arrivés sur les lieux. Nous tournions la chose à la rigolade avec nos deux potes qui ne se faisait pas contrôler, et les flics riaient avec nous, à coup de : "On reviens dans 5 minutes, on en a pour 1 heure" ou "Laissez moi finir au moins et après je viens avec vous".

Nous n’avons pas ri longtemps.

10 minutes après le début de l’interpellation, 3 autres véhicules de la police nationale, dont la BAC sont arrivées sur les lieux. Les deux premiers flics ont laissé tomber la rigolade et sont entrés dans un rapport de force. Comme s’il fallait prouver aux autres flics qu’ils savaient frapper et faire croire que nous étions résistants !

Par la suite, procédure classique de la garde à vue, on t’envoie d’une cellule à une autre, en passant par l’éthylotest, la PJ, la fouille... La fouille tient le moment clé de l’histoire.
Pour ma part aucun problème, même si le flic qui m’a fouillé s’est limité, mais pour S., et ça je ne l’ai vu que le lendemain, ils lui ont démonté la gueule.

Je suis passé à la fouille avant lui, on s’est croisé dans les couloirs, et aussitôt qu’il est entré dans le local de fouille, je n’ai pas entendu quelqu’un se faire fouiller, mais quelqu’un se faire tabasser. Le lendemain une fois que l’on décide de te transférer je réapperçois S. dans le couloir ! Oeil cocardisé, boucle d’oreille arrachée, S. titubant... Je viens de comprendre les bruits étouffés de la salle de fouille après mon passage.

Après notre transfert au commissariat du 7e, nous avons été mis dans une autre cellule avant de passer devant l’IPJ pour les dépositions. Cette cellule remplie de pisse et où l’on ne pouvait poser le pied a fait rire les flics quand il m’ont vu marcher dedans car ils m’avaient retiré mes lunettes et je n’y voyais pas à 1 mètre.

Lors de notre sortie j’ai attendu S., qui est sorti un peu après moi avec ces première paroles : "J’ai jamais eu aussi peur de ma vie".

Est-ce normal quand on sort du commissariat, même si c’est pour une petite dégradation de bien publicitaire ?

Merci.

P.-S.

Le tag a été effacé dés le lendemain, mais la tête de S. a gardé des traces pendant deux semaines...

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 9 mars 2011 à 22:16, par dom

    .Niark. a raison..... :
    La classe capitaliste sait qu’elle est en guerre.
    Le prolétariat ne le sait pas , dans son immense majorité.
    S’il le savait , ce serait la révolution.....

    Qu’est ce que le dispositif du 21 Octobre 2010 ,place Bellecour,à LYON,
    si ce n’est un dispositif de guerre....?? (GIPN armé de fusils - à - pompe,
    hélicos...).

  • Le 6 mars 2011 à 13:32, par .Niark.

    à Ronwood : Concrètement, dans la vie de tout les jours, dans les manifs, dans la rue, c’est des flics qu’on a en face de nous, et qui représente l’Etat. Donc d’accord faut pas se focaliser que sur eux, mais faut pas non plus s’étonner à chaque bavure et prendre enfin conscience que ce sont nos ennemis.

    Pour ce qui est de la haine, elle est des deux coté, mais comme je l’ai dit normal comme on est en guerre (plus ou moins cachée pour l’instant). Je ne suis pas pour faire monter la haine, elle monte toute seule... Même si tu sais que c’est banal, des histoires comme ca renforce ce sentiment contre la police. Enfin pour moi en tout cas. Et cette rage n’est pas perdue. (BxN)

  • Le 6 mars 2011 à 12:00, par //

    Le problème c’est que face à la police nous ne disposons d’aucun recours , porter plainte à l’IGS même pour des faits très graves c’est une grosse galère la déposition de plainte est très stressante on te fait répéter la même histoire plusieurs fois en te posant des questions qui peuvent t’amener à te contredire en gros tout est fait pour décrédibiliser , embrouiller la victime.
    Ensuite encore faut-il obtenir du médecin un certificat honnête en ce qui concerne les blessures souvent par peur / soutien des forces de l’ordre ils ne sont pas tout à fait honnêtes.
    Enfin les procédures sont beaucoup moins rapides que lorsqu’elles sont initiées par les policier , de cette manière une personne tabassée devra payer l’amende pour la fausse charge d’outrage et rebellion (qui lui sera obligatoirement collé par les policiers pour se couvrir) bien avant que son affaire ne soit ne serait-ce qu’entendue par un tribunal.
    Tribunal qui s’il rends un verdict sera ridicule , des porcs qui assassinent s’en sortent avec des abandons de charge , ou quelques mois de sursis alors pour quelques coups ... les peines effectuées sont dérisoires.
    Par contre on peut toujours s’organiser pour limiter la casse et être plus efficaces , les rages face à la police sont là chez énormément de personnes mais restent trop à un niveau individuel à cause du vécu de chacun , il y a bien une stratégie de guerre envers une partie de la population désormais seulement tout le monde ne le sait ou ne le voit pas encore.
    a mon avis mettre les porcs sous surveillance , informer bien plus largement pour que plus de monde soit au courant et ça de manière locale pour que les habitants d’un quartier sachent qui sont les porcs qui les surveillent , ce qu’ils font , quand et avec qui ils dérapent c’est de cette manière que des situation de violence pourront être évitées ou au moins ne pas rester vierges de protestation.
    A mon avis le sentiment de toute puissance des porcs vient au moins autant de leur impunité judiciaire que de l’absence de contestation que leurs actions les plus basses engendrent.

  • Le 6 mars 2011 à 00:12, par RonWood

    à Niark : si j’ai bien compris tu es pour que la haine augmente entre les flics et le reste des gens ? prend le pas mal mais faire monter la haine c’est pas vraiment la solution et c’est justement le principe de l’extrême droite.
    Perso je suis pas "anti-flics", tout le monde sait très bien que pour la grande partie c’est des cons qui se prennent pour des cowboys mais c’est pas en se focalisant sur eux que ça va changer les choses. Les flics sont du côté de l’état et c’est contre lui qu’il faut lutter. Les flics sont des fachos et c’est également contre ça qu’il faut lutter. La répression policière est une répression d’état (même si on sait tous qu’ils se font bien plaisir à faire ça).
    Pour finir le 19 mars journée d’action nationale contre la répression et
    les violences policière, pour l’instant j’ai rien vu d’organisé sur lyon donc si ça intéresse certains il serait intéressant de prévoir quelques chose.

  • Le 5 mars 2011 à 19:46, par .Niark.

    C’est triste, mais ca arrive tout les jours, et même quand t’as rien fait, juste parce que les keufs se font chier et donc font chier les têtes qui ne leurs reviennent pas.

    Ca fait du bien de racontez ces GAV traumatisantes, je fais pareil, mais on pourrait en mettre des centaines, et on le sais ici que les flics sont des *F.D.P* et qu’ils abusent dès qu’ils le peuvent. La même pour la répression place bellecour , entre autre, en octobre, avec tous les témoignages.

    Donc je pense qu’ils faut arrêter de faire les "pleureuses" contre les bavures de la police, mais s’organiser contre elle. Et prendre conscience qu’on est en guerre, qu’ils occupent les rues et qu’on doit les récupérer.

    PS : prend pas mal le pleureuse, c’est pas spécialement contre toi, et ton article et ceux du même genre peuvent etre utile car ils engendrent une accumulation de la Haine contre la police.

  • Le 5 mars 2011 à 19:08, par crsss

    Quand un flic se prend un pavé sur la gueule, ça fait la une des journaux.
    Quand un flic défonce la tronche d’un innocent, personne n’en parle. Enfin si, Rebellyon.

  • Le 5 mars 2011 à 12:23, par bavure

    Des histoires comme cela yen a des tas mais apparament c’est normale et porter plainte o procureur ne sert a rien car toujours classer sans suite j’en ai fait la triste experience malgres que j’avais 10 temoins... Je ne sait pas si un autre rassemblement anti repression et violence policiere serait utile ? Mais qu’elle autre moyen avons nous ?

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

> Tous les articles "Répression - prisons"