Un mois après la révolte, comment le Lyon Bondy Blog a abandonné les quartiers populaires

1948 visites

Après le meurtre policier du jeune Nahel et la révolte qui s’en est suivie, les médias alternatifs donnant la voix aux habitants des banlieues pourraient jouer un rôle clé dans le débat public. Cette occasion a été totalement manquée par le Lyon Bondy Blog, révélant un dysfonctionnement bien plus ancien et profond de ce média « citoyen », qui prétend être « être l’écho de l’actualité des quartiers de Lyon et sa périphérie ».

Un mois environ après une révolte inédite dans les quartiers populaires entre fin juin et début juillet 2023, des questions se posent : comme en 1990, 2005, pourquoi la situation se répète et ne s’améliore-t-elle pas dans ces quartiers ? Pour mieux prendre en compte les habitants des banlieues défavorisées, des médias alternatifs avaient vu le jour suite à la révolte de 2005, notamment le Bondy Blog en région parisienne.

S’inspirant ouvertement de ce dernier, le Lyon Bondy Blog a été créé en 2008 pour « être l’écho de l’actualité des quartiers de Lyon et sa périphérie » et « donner la parole aux jeunes » de ces quartiers, selon sa présentation sur son site. 15 ans plus tard, force est de constater que ces objectifs sont tombés aux oubliettes. Enquête sur un journal qui donne d’avantage la parole aux élus politiques (y compris d’extrême-droite) qu’aux « jeunes des quartiers »…

Aucune mention de la mort de Nahel

Depuis 2005, les « banlieues » n’avaient jamais été autant sous le feu des projecteurs que durant les jours qui ont suivi l’assassinat à Nanterre du jeune Nahel, 17 ans, par un policier. L’embrassement spontané à travers tout le pays et l’intensité de cette révolte ont pris de court l’élite politico-médiatique, totalement déconnectée des réalités que vivent les habitants de quartiers populaires.

Face à la gravité de la situation, le Lyon Bondy Blog aurait pu fournir de précieuses clés de compréhension de la situation. C’est d’ailleurs ce qu’a fait son homologue parisien, dont les journalistes ont largement couvert et analysé les événements sur leur site et partagé leurs connaissances sur ce sujet complexe auprès d’autres médias (comme par exemple Arrêt sur images ou Ouest-France).

Mais la rédaction lyonnaise a totalement passé sous silence la révolte. Sur son site, seuls 2 articles l’évoquent : un reportage sur le rassemblement des maires devant la mairie de Lyon (pour soutenir un de leur confrère dont le domicile a été attaqué par des émeutiers à l’Haÿ-les-Roses), et l’interview quelques jours plus tard de 2 maires locaux reçus par Emmanuel Macron. Si ces articles relaient des positions condamnant les violences des émeutiers, ils n’évoquent en revanche pas une seule fois le meurtre de Nahel. La dernière apparition du terme « violence policière » sur le blog date quant à elle d’un article de décembre 2021.

Rien sur les habitants des « quartiers de Lyon et de sa périphéries », dont le média se targue dans sa rubrique « Qui sommes-nous » d’être « l’écho ». Que pensent ces habitants des révoltes ? De la police ? Du racisme ? Qui sont les émeutiers ? Quelles sont leurs motivations ? Autant de questions que le média « des quartiers populaires » n’a pas jugé intéressantes à traiter.

Si le décalage entre la ligne éditoriale affichée par le site et le contenu publié saute aux yeux dans ce contexte, cette rupture entre le Lyon Bondy Blog et les quartiers populaires ne semble pas nouvelle.

Les quartiers populaires pas particulièrement mis en avant

Regardons de plus près sur les 3 derniers mois (du 21 avril au 21 juillet 2023). Sur cette période, le Lyon Bondy Blog a publié 40 articles. Parmi eux, 32 traitent comme le revendique le média de « l’actualité des quartiers de Lyon et de sa périphérie ». Mais quand on s’y penche d’un peu plus près, les choix éditoriaux mettent peu l’accent sur les quartiers populaires.

Parmi toutes les communes de la Métropole, la plus médiatisée par ce journal des « banlieues » est Lyon, avec 10 articles. Si on peut objecter qu’il existe de nombreux quartiers populaires dans Lyon même, ce n’est pas sur eux que le Lyon Bondy Blog focalise son attention. Si on excepte le 3ème avec ses 4 articles mais dont 3 sont des chroniques judiciaires (le tribunal y étant situé), les arrondissements les plus récurrents sont le 7ème (voir ici et ), le 1er (voir ici et ) et le 2ème. Ces 4 arrondissements sont nettement loin d’être les plus défavorisés. D’après une étude de l’Insee de 2013, Le taux d’ouvriers y est en-dessous de la moyenne lyonnaise, et tous à l’exception du 7ème comptent également un taux de cadres au-dessus de la moyenne. L’arrondissement le plus défavorisé de Lyon, le 9ème, avec notamment le quartier de la Duchère, ne fait l’objet d’aucun article sur les 40. Un micro-trottoir a lieu à Grange-Blanche, à cheval sur le 3ème et le 8ème arrondissement. Ce dernier est le second arrondissement le plus défavorisé de la commune, mais le quartier de Grange-Blanche est éloigné des quartiers les plus précaires de l’arrondissement (États-Unis, Mermoz, Grand-Trou, Santy…).

Vénissieux, grande oubliée ?
3ème commune par le nombre d’habitants (derrière Lyon et Villeurbanne) et 3ème commune la plus pauvre (derrière Vaulx-en-Velin et Saint-Fons d’après l’indice de revenu fiscal par habitant calculé par l’Insee en 2017) de la métropole, Vénissieux est peu présente dans les colonnes du Lyon Bondy Blog. Le dernier article à son propos remonte à juillet 2022. Un mois plus tard, en août 2022, des policiers tuaient le conducteur et le passager d’un véhicule pour un refus d’obtempérer. Depuis, le Lyon Bondy Blog, qui n’avait pas traité cette affaire, n’a durant une année entière consacré aucun article à Vénissieux.

Hors de la ville Lyon, le traitement des villes de banlieues populaires laisse aussi à désirer. Parmi les 10 communes les plus pauvres de l’agglomération (d’après l’indice de revenu fiscal par habitant calculé par l’Insee), 6 n’ont fait l’objet d’aucun article en 3 mois (Saint-Fons, Vénissieux, Pierre-Bénite, Grigny, Saint-Priest et Feyzin). Concernant les 4 autres, elles font l’objet de 9 articles. 6 de ces articles traitent de Vaulx-en-Velin, dont 5 de son club de handball féminin, principal sujet de médiatisation de cette commune la plus pauvre du Grand Lyon et 4ème plus peuplée. Un seul sujet sur Givors : une interview de son maire suite à sa rencontre avec le président Macron. Le seul sujet sur Décines est lié à la présence dans cette commune de l’Olympique lyonnais, qui n’est pas franchement un petit club de proximité. Le sujet sur Rillieux-la-Pape, bien que relevant plus d’un article promotionnel que du journalisme, a le mérite de médiatiser l’initiative culturelle de jeunes associatifs.

Mettons le focus sur Villeurbanne, la plus grande ville de banlieue française. Avec 6 articles en 3 mois, elle est, après Lyon, la plus médiatisée par le Lyon Bondy Blog. Parmi les 6 articles, un fait la promotion d’une start-up villeurbannaise, un autre de l’événement caritatif d’une fondation de recherche, trois d’initiatives culturelles de la mairie (voir ici, et ) et un contient une interview du maire Cédric Van Styvendael au sujet de sa rencontre avec le président Macron. Le seul de ces articles qui semble avoir fait l’objet d’un déplacement sur le terrain est celui ayant lieu à l’intérieur de la mairie de Villeurbanne, bien éloigné des 6 quartiers prioritaires de la ville (QPV) dans lesquels résident près d’un Villeurbannais sur 10. Cet article est aussi le seul sur 6 donnant la parole à des habitants, en demandant à des participants leur avis sur l’événement.

En 3 mois, les politiques ont eu la parole dans 14 articles, les « jeunes des quartiers » dans 2…

Alors que le média prétend « donner la parole aux jeunes, pour la plupart issus de l’immigration », ce n’est le cas que dans 2 articles sur les 40 publiés en 3 mois. Deux jeunes associatifs sont ainsi interrogés à l’occasion de reportages à Vaulx-en-Velin et Rillieux-la-Pape. Par ailleurs, 3 articles contiennent des micro-trottoirs (un dans le métro B, un à la mairie de Villeurbanne et un dans le quartier de Grange-Blanche) dans lesquelles le profil social des interrogés n’est pas établi.

En comparaison, les élus et institutions politiques ont la parole dans 14 des 40 articles. Les autres articles médiatisent en grande majorité des événements sportifs, culturels ou caritatifs, souvent soutenus par les institutions. La tendance à privilégier la parole d’institutions s’accompagne d’une absence totale de contradictoire : aucun des 40 articles n’en contient.

Tous les rédacteurs viennent de l’enseignement supérieur

Si les « jeunes de banlieue » ne sont quasiment pas interrogés dans les articles, on pourrait s’attendre à ce que certains des journalistes du Lyon Bondy Blog soient issus de quartiers défavorisés, à l’image de son grand-frère francilien. Si les auteurs étaient issus de ces quartiers, le média serait en lui-même un outil pour porter leur voix, indépendamment du contenu des articles.

Pourtant, la diversité sociologique des rédacteurs laisse à désirer : après un bref coup d’œil sur leur profil Linkedin respectif, les 8 journalistes ayant publiés sur le site en 2023 sont tous étudiants et/ou diplômés dans l’enseignement supérieur. 5 d’entre eux viennent d’écoles de journalisme privées, dont les frais de scolarité s’élèvent à environ 20 000€ pour une formation en 3 ans, comme l’ISCPA Lyon ou l’EDJ Nice.

Si le niveau d’étude n’indique pas avec certitude l’origine sociale, les classes privilégiées sont surreprésentées parmi les étudiants et les diplômés de l’enseignement supérieur. Par ailleurs, quid des autres « jeunes de quartiers populaires » ? De ceux qui travaillent ? Qui sont au chômage ? En formation professionnelle ? Des lycéens ? Leur voix n’a apparemment pas sa place dans les colonnes du Lyon Bondy Blog

Recours massif aux stages non-rémunérés

Parmi les rédacteurs, aucun n’a publié pendant plus de deux mois pour le Lyon Bondy Blog. Deux d’entre eux mentionnent un stage au Lyon Bondy Blog sur leur profil Linkedin et tout laisse penser que c’est également le cas des 6 autres : grosse fréquence de publication sur une période puis arrêt soudain, deux mois étant la durée maximum d’un stage non-rémunéré. Probablement aucun rédacteur bénévole venu avec comme seule motivation ses convictions donc. Ce manque de convictions se fait cruellement ressentir dans le contenu : sujets traités à la va-vite, de manière très superficielle et jamais critique, pas d’analyse de fond ni de prise de recul sur les événements/personnes/structures médiatisées… Cette mauvaise qualité des articles pourrait aussi indiquer un très faible accompagnement des stagiaires dû à l’absence d’autres membres dans la rédaction, notamment des journalistes plus expérimentés et/ou des salariés (comme ce fut le cas au début des années 2010).

En parallèle de ce recours massif à des stagiaires non-rémunérés, le Lyon Bondy Blog vient d’annoncer le 19 juillet dernier qu’il chercher à « recruter » un jeune en service civique pour une durée de 8 mois, trahissant une vision du bénévolat qui s’apparente à du travail dissimulé. Alors qu’un service civique est censé être un volontariat, l’annonce parle de « travail », et nomme « rémunération » l’indemnité de la mission… Vu le peu d’accompagnement manifeste des stagiaires, on peut imaginer que le futur service civique va se retrouver livré à lui-même. On notera aussi au passage que rien dans l’annonce ne valorise le fait d’habiter ou d’être originaire d’un quartier populaire pour candidater.

Média d’intérêt général ou marche-pied individuel pour son président ?
Le seul membre actif du Lyon Bondy Blog non-stagiaire est le président de l’association. Écrivant peu (en 2023, il n’a signé qu’une courte série d’articles sur le festival d’Avignon), on peut imaginer qu’il porte seul la responsabilité d’encadrer et d’accompagner les stagiaires et services civiques, une charge très lourde pour une seule personne. Pourquoi un tel engagement de sa part ? Peu probable que ce soit par conviction journalistique, ou pour la défense des quartiers populaires, étant donnée la qualité médiocre des contenus. Sur son profil Linkedin, le président du Lyon Bondy Blog indique être maçon mais vouloir devenir entraîneur sportif et mentionne son expérience en 2020-2021 d’entraîneur de handball bénévole… à l’ASUL Vaulx-en-Velin. Le même club dont le Lyon Bondy Blog couvre de nombreux matchs, de manière particulièrement régulière depuis 2018, et qui bénéficie d’une médiatisation incomparable sur le site (près de 80 articles sur le club). Une manière pour le président de soigner ses relations avec le club ? Une reconversion professionnelle, ça se prépare…

La cadence de publication plutôt élevée (2 articles en 3 jours en moyenne) en comparaison du très faible nombre de rédacteurs a de quoi interroger. Pourquoi ce choix de la quantité au détriment de la qualité ? Pour de nombreux autres médias, la médiocrité journalistique est souvent liée à des impératifs financiers, mais il y a peu de raison que ce soit le cas pour cette association a but non-lucratif et sans salariés. Le Lyon Bondy Blog semble d’ailleurs diminuer ses recettes ces dernières années : depuis 5 ans, aucune trace de subventions à l’association, alors qu’elle y avait auparavant régulièrement recours (10 000€ de l’État en 2018, 5 000€ de la Métropole de Lyon en 2016-2017, 10 000€ de la mairie de Lyon en 2015, 7 000€ de la région Rhône-Alpes en 2011…).

Depuis des années, le journal multiplie les ateliers d’éducation aux médias auprès de jeunes, par exemple dans des MJC (comme celle de Monplaisir en 2019), des centres sociaux (comme à Givors en 2020 ou Saint-Priest en 2023), des clubs sportifs (comme à Vaulx en 2020) ou des établissement scolaires (comme le lycée Doisneau en 2022). Les derniers ateliers de ce type évoqués par le journal en avril 2023 (voir ici, et ) sont manifestement animés par les stagiaires du Lyon Bondy Blog. Alors que le contenu des articles de ces étudiants en journalisme laisse sérieusement à désirer, c’est à eux qu’est confié la responsabilité d’initier aux médias des ados de quartiers populaires, et de les aider « au développement d’un esprit critique [...] notamment sur les sujets de société »... Vu le niveau d’esprit critique dans les publications du Lyon Bondy Blog, il y a de quoi s’inquiéter. On espère pour les structures accueillant ces ateliers que le média associatif fait ces interventions bénévolement et ne les leur facture pas…

Du gâchi…

Cette analyse pourra paraître agressive envers un petit média bénévole, dont la mauvaise qualité s’explique certainement en grande partie par le manque de moyens. Mais ne pas en tirer de profits personnels n’empêche pas de réfléchir à l’impact de son engagement. Les enjeux liés aux quartiers populaires sont grands. Derrière le terme fourre-tout de « problème des banlieues », des réalités graves : des jeunes tués par la police, du racisme, des familles dans la précarité…

Les événements récents dans les banlieues populaires nous rappellent encore une fois les difficultés que vivent les habitants de ces quartiers. Les causes sont multiples et trouver des solutions est complexe. Alors que la situation s’enlise depuis des décennies, ce que dénonce depuis longtemps le Bondy Blog parisien, le Lyon Bondy Blog prétend agir pour faire changer les choses. Si on a vu que ce n’est pas le cas, ce média n’est pas seulement inutile aux habitants des quartiers populaires mais également néfaste. En effet, tout en donnant l’impression par son existence que ces populations sont de mieux en mieux intégrées dans le débat public, il participe en fait par ses choix éditoriaux à leur invisibilisation.

Le Lyon Bondy Blog pourrait être un outil intéressant pour les jeunes habitants de quartiers populaires. Mais cela impliquerait d’abord une refonte très profonde de ce média.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Médias » :

>Faisons taire les voix de l’extrême droite

Action du Comité de Lutte Lyon devant le siège de BFM Lyon ce mardi 9 pour dénoncer la participation active des groupes de médias privés à la diffusion des idées d’extrême-droite.

>On a beau dire // Une émission de Minuit Décousu

Dans notre dernière émission, on se demande comment dire la guerre, l’amour, l’égalité, l’autre. Comment on adopte la culture écrite et comment la langue fabrique la norme et le politique... 📝

› Tous les articles "Médias"

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"