12 août 1883 : sortie du « Drapeau noir » à Lyon

16382 visites
6 compléments

« C’est sur les hauteurs de la ville de la Croix-Rousse et à Vaise que les travailleurs, poussés par la faim, arborèrent, pour la première fois ce signe de deuil et de vengeance, et en firent ainsi l’emblème des revendications sociales. »
Extrait du n°1 du journal “Le Drapeau noir” paru à Lyon le 12 août 1883

« Les événements, les faits de tous les jours, nous ont montré clairement que le drapeau rouge, si glorieux vaincu, pourrait bien, vainqueur, couvrir de ses plis flamboyants, les rêves ambitieux de quelques intrigants de bas étages. Puisqu’il a déjà abrité un gouvernement et servi d’étendard à une autorité constituée. C’est alors que nous avons compris qu’il ne pouvait plus être pour nous, les indisciplinés de tous les jours et les révoltés de toutes les heures, qu’un embarras ou qu’un leurre. »

Extraits du n°1 du journal “Le Drapeau noir” paru à Lyon le 12 août 1883
JPEG - 23.9 ko

À Lyon, ville qui avait vu les Canuts brandirent cet emblème lors de leurs révoltes de 1831 (21 novembre 1831 : début de la révolte des canuts) et de 1834 (9 avril 1834 : début de la 2e révolte des canuts et sa Sanglante semaine), le premier numéro d’un journal portant le titre "Le Drapeau noir" sort dans cette ville le 12 août 1883. Cette même année, le 9 mars 1883, lors d’une manifestation des sans-travail aux Invalides à Paris, un drapeau noir fait une apparition très remarquée : il s’agit d’un vieux jupon noir que Louise Michel a fixé sur un manche à balai (Le 9 mars 1883, Louise Michel brandit le drapeau noir). Le journal "Le Drapeau noir" écrit que, pour la fête du 14 Juillet 1883, les anarchistes ont bien fait d’inviter la population à manifester "un drapeau noir à la main", car « seul celui-ci peut convenir pour représenter le combat anarchiste, la guerre des partisans et le combat des tirailleurs dispersés ».

JPEG - 219.2 ko

Louise Michel a tenu à inscrire le symbole du drapeau noir dans une continuité historique : celle de la Révolte des Canuts, mouvement révolutionnaire « autonome », « spontané » au sens où il n’a pas été conduit par un chef, un parti, une organisation…

Elle a combattu avec la drapeau rouge de la Commune aux côtés des socialistes, des socialistes révolutionnaires, des communistes autoritaires… parce qu’elle était aux côtés des ouvrier(e)s, des prolétaires. Au lendemain de l’échec de la Commune (autoritaire), échec terrible pour les communard(e)s au prix du sang, des larmes, des souffrances, des morts, pour elle il était important de marquer la « différence » de l’anarchisme, par rapport aux différents courants socialistes, réformistes, blanquistes, marxistes, guesdistes…

Le noir est un signe manifeste de deuil par ici et Louise Michel tenait bien à arborer le deuil des communard(e)s massacré(e)s par les Versaillais.

Le terme de « drapeau » n’est-il abusif ? Ne doit-on pas plutôt parler d’un… chiffon noir, ou d’une patte noire, comme on dit à Lyon, et non d’un « drapeau » à proprement parler puisque, en fait, le « drapeau » noir est un « anti-drapeau » qui annonce la disparition de TOUS les drapeaux. En effet dans la mesure où l’anarchiste est pour l’abolition des États, des frontières, des nationalités, il s’oppose au nationalisme, à l’internationalisme et à leurs symboles : les drapeaux.

Mais c’est vrai que le drapeau ce n’est pas qu’une bannière représentant une nation, c’est aussi le carré de tissu de coton qu’on utilise pour emmailloter les fesses des bébés (si leurs parents refusent les couches cellulosiques ou synthétiques). Du coup ce drapeau (teint en noir), brandi par les hommes aussi bien que les femmes, clame en plus qu’il n’y a pas de tâches réservées aux femmes et inversement.

JPEG - 10.7 ko

Le journal anarchiste LE DRAPEAU NOIR paraît le dimanche à partir du 12 Août 1883. Il sera très vite victime de la répression et cessera sa parution à son dix-septième numéro, le 2 Décembre 1883. Le local de rédaction est situé à Lyon au 26 rue Vauban. Il est tiré par l’Imprimerie Nouvelle située au 52 rue Ferrandière. Le co-gérant est J L Pagent.

Un des rédacteurs du "Drapeau noir" fut Léon Domergue, qui, venant de Montpellier, s’installa à Lyon en janvier 1883. Dès son arrivée il participa aux activités du groupe anarchiste “La Lutte” et était l’un des rédacteurs du journal du même nom, qui avait fait suite au “Droit Social” et à “L’Etendard Révolutionnaire” (51 rue Molière à Lyon, gérant : Crestin, puis Cyvoct). Il y eu 19 numéros de “La Lutte”, dont les gérants furent tour à tour Lemoine, Morel et Louis Chautant. Après la participation à la rédaction du "Drapeau noir", qui avait pris la suite de “La Lutte” étant donné les poursuites contre ses gérants, Léon Domergue assuma les fonctions de secrétaire de rédaction du journal “l’Émeute” (jusqu’à 9000 exemplaires, 7 numéros du 9 décembre 1883 au 20 janvier 1884, rédigé par des groupes anarchistes de Lyon, Roanne, Saint Etienne, Dijon, Amiens, La Voulte - qui toujours pour les mêmes raisons avait pris la suite du "Drapeau noir"). P. Labille, gérant de “l’Émeute” fut arrêté et remplacé par P. Parich qui fut condamné à deux ans de prison. Ce journal connaitra le même sort et sera remplacé par un nouveau titre “Le Défi” (3 numéros en février 1884, gérant : Frenéa, puis C. Robert).

Léon Domergue était un grafre, un péju qui dut déménager à maintes reprises dans la région lyonnaise, selon comment les affaires fonctionnaient dans la cordonnerie, mais probablement aussi pour sa protection : ce regrolleur a habité au 50 grand’rue de la Guillotière, puis Chaponost, ensuite Villeurbanne, il est allé à Montluel, pour de nouveau revenir à Lyon. Le 7 septembre 1896, il reçut à son domicile l’anarchiste parisien Émile Pouget et fut de ce fait pendant des années étroitement surveillé par la police.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 26 août 2011 à 03:22, par Alesk

    Pour compléter ce que dit Barnabé, on emploie aussi le terme d’anationalisme pour parler de la volonté de faire disparaître les frontière (et donc les États).
    C’est donc en opposition (au moins partiellement) avec l’internationalisme.

  • Le 14 août 2010 à 16:24, par Barnabé

    Bien sûr la différence est énorme. L’internationalisme c’est créer des liens, une coordination entre les nations qui sont toujours présentes, tandis qu’avec l’abolition des états les nations n’existent plus du tout !

  • Le 13 août 2010 à 15:48, par hasta la victoria siempre

    Je trouve cet article et l’histoire du drapeau noir intéressants mais je ne comprend pas pourquoi on tient à l’opposer à l’internationalisme qui traduit bien une abolition des frontières. Est-ce seulement pour s’opposer à un terme qui évoque plus le communisme ou y a t-il une une réelle nuance entre « abolition des Etats » et « internationalisme » ?

  • Le 13 août 2009 à 02:42

    En 1848 a eu lieu à Limoges , la prise de la ville par les ouvriers.
    Cette « commune » durera 20 jours avant d’être réprimée par l’armée.
    On peut la qualifier de mouvement « Autonome » : un journal paru pendant 3 mois avait pour devise « Tout pour le peuple par le peuple ».
    Les 107 inculpés appartenaient essentiellement au monde des ateliers et des usines hormis un avocat et un imprimeur poursuivi pour publications révolutionnaires.
    On ne repère aucun représentant dits « des élites populaires » ni de la petite bourgeoisie à la tête de ce mouvement spontané.

    herope
    www.fa-heropelyon.fr.gd

    ps : autonome une idée à creuser !

  • Le 19 août 2007 à 10:55

    Lyon ou Reims ?

    A la même époque que la lutte des Canuts à Lyon avait lieu une lutte des tisserands rémois où le drapeau noir est apparu.

    A noter qu’en Belgique, le drapeau noir est toujours un signe de lutte et on le voit souvent flotter dans des entreprises en lutte.

  • Le 12 août 2007 à 10:41

    Toujour tres interessant ces articles « mémoire » qui nous restituent
    avec brio le patrimoine anarchiste. Journeaux,groupes,compagnons(es),luttes,solidarité,manifestations,réunions,répression,conférences,
    fêtes,chansons etc.. cela démontre la richesse de l’anarchisme et de
    ses acteurs(es). En ces temps de banalitée et de médiocritée notre
    « mémoire » se veut une bouffée d’oxygène.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Médias » :

>Il y a 120 ans naissait Regeneración « Journal indépendant de combat »

Le 7 août 1900, paraît, à Mexico le premier numéro de Regeneración, hebdomadaire qui sera publié successivement dans cette capitale (de 1900 à 1901) et aux États-Unis (San Antonio, Texas, 1904-1905, Saint Louis, Missouri, 1905-1906, Los Angeles, Californie, 1910-1918) et jouera un rôle majeur dans la...

>Amphi Z - on vit ici, on reste ici ! [Le film]

Après plus de deux ans d’occupation et de luttes, l’Amphi Z va bientôt avoir son film ! Tillandsia produit des films documentaires autour de sujets souvent ignorés des médias hégémoniques. L’association a aujourd’hui besoin d’un petit coup de pouce pour faire continuer à vivre cette histoire ...

>Oh, Jules Vignes, qu’ont-ils fait du journal « Libération » ?

En effet, à St Genis-Laval le 1er juillet 1927, c’est Jules Vignes qui a édité le premier journal « Libération ». C’était une gazette libertaire, dont le titre a été repris plusieurs fois. Journal clandestin pendant la résistance, puis quotidien à partir du 21 août 1944. Le projet de 1973 d’un « Libération »...

› Tous les articles "Médias"

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>Nid de Coucous ! un documentaire sur les Squats à Lyon

A Lyon comme ailleurs, pour les jeunes squatteurs et pour les familles sans papiers, il faut lutter pour habiter et habiter pour lutter. « Nid de Coucous », documentaire de 2012, raconte l’histoire de ces indésirables et de ces sans voix, qui à l’échelle d’un immeuble ou à l’échelle d’un pays, occupent...

>Salut Charlie ! Ceux qui vivent sont ceux qui luttent

Charlie Bauer a cassé sa pipe dimanche 7 août 2011. Fait chier. Un petit docu, « Charlie Bauer, Marathonien de l’Espoir » lui avait été consacré il y a quelques années, l’occasion de revenir sur son parcours entre banditisme et révolution. Repose en Guerre Camarade ...

>BOUH ! Le squat des 400 couverts à Grenoble

À Grenoble, de 2001 à 2005, une traverse entière a été squattée : plusieurs maisons d’habitation, une salle publique, des ateliers et plein de folies, d’humour, de galères, de collectifs, de colères, d’expérimentations...

› Tous les articles "Mémoire"