A Lyon, pas de soucis pour les nazis, à condition de ne pas se tromper de drapeau

1686 visites

Un père de famille lyonnais était accusé d’avoir publié sur Facebook une photo de son fils enveloppé dans un drepeau nazi. L’audition devant le tribunal correctionnel de Lyon s’est déroulée ce mardi après-midi.

Le procureur a demandé la relaxe. L’accusé était poursuivi pour provocation à la haine et à la violence raciale, sur plainte de son épouse.

Il ressort de l’audience que le drapeau utilisé ne serait pas un drapeau nazi, comme le laissaient entendre les premières informations sur cette affaire. Il s’agirait d’un drapeau impérial de Guillaume Ier.

Le procureur a demandé la relaxe tout en s’interrogeant sur les facultés éducatives de ce père. Décision sera rendue le 16 octobre.

Source : Le Progrès

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Extrême-droites / Réactionnaires » :

>Des « loups gris » (fachos turcs) attaquent la maison de la Mésopotamie

Après l’attaque survenue la semaine dernière à la fin de la manifestation en soutien au Rojava, et alors qu’une manifestation antifasciste en soutien à la plume à été interdite aujourd’hui, une quarantaine de fachos « des loups gris » [1] a attaqué la maison de la Mésopotamie place mazagran ce samedi 3 ...

>Report de la manifestation antifasciste du samedi 3 avril

Suite à l’interdiction de la Préfecture et au trop court délai pour avoir un rendu du référé liberté toujours en cours d’élaboration, l’UCL Lyon prend la difficile décision de reporter sa manifestation antifasciste à une date ultérieure.

› Tous les articles "Extrême-droites / Réactionnaires"