Site collaboratif d’infos alternatives

A la Croix-Rousse, la mairie transforme les espaces verts publics en terrains constructibles, pour les vendre au plus offrant

Le 10 Février 2017, la Ville de Lyon vient de lancer un appel à projet pour la mise en construction d’immeubles sur le terrain qu’elle possède en haut des pentes de la Croix Rousse, aux 33 et 35 rue du Bon Pasteur, après en avoir chassé ses occupants successifs (centre social auto géré, jardiniers amateurs, voisinage) à grands coups de force de l’ordre.

Pour mémoire, la ville de Lyon était déjà propriétaire d’un morceau de la parcelle sise à l’angle de la rue du bon pasteur et de la montée Allouche, dans le haut des pentes de la croix rousse depuis une dizaine d’année, puis elle a racheté un bâtiment et le jardin attenant en 2012.

Vous pouvez en demander le dossier ici : immobilier.consultations@mairie-lyon.fr.
Figure dedans tout le cahier des charges pour les futurs acquéreurs qui en feront la demande et voudront se porter candidats à l’achat.

JPEG - 43.2 ko

Qu’en est il vraiment ?

Une destruction du patrimoine naturel de la Croix Rousse

-  Ce terrain reconnu comme ayant « des puits dangereux », « non aménageable pour un espace public » selon les termes des courriers adressés par M. LE FAOU, Vice Président à l’Urbanisme et Adjoint au maire de Lyon devient apte « à la reconstruction » à condition de "purger" le sol avec des fondations, autrement dit d’injecter des tonnes de béton plutôt que de remettre en valeur les puits, les sécuriser et les utiliser pour par exemple arroser les espaces verts. Ce genre d’opération ne peut que compromettre à terme l’équilibre hydro-géologique du quartier, déjà très sensible selon la commission "des balmes".

-  Cet « emplacement réservé pour la réalisation d’un espace vert et d’un parking en 2005 » devient zone constructible par le biais d’une modification du Plan Local d’Urbanisme. Ainsi, par un tour de passe passe politique, le terrain gagne en valeur et son incription/blocage en tant qu’espace vert ne sera plus opposable ! Dans le même temps, le document de l’appel à projet précise "que la trame verte est faible dans ce quartier"...

-  Les espaces verts actuels seront donc transformés en un « espace végétalisé en cœur d’îlot, affecté au programme » donc privatisés. La ville laissera cependant des "cônes de vue" depuis la rue. Autrement dit, les passants auront le droit de regarder les espaces verts privés à travers des grillages.

Une spéculation immobilière de la collectivité

-  Le terrain a été acheté plus d’un million d’euros en 2012 à des propriétaires privés avec des fonds destinés « aux espaces publics et aux espaces verts » . IL s’agit donc de fonds dédiés, votés comme tels, dont la destination doit être conforme. Néanmoins, il s’agit aujourd’hui d’un placement "dans la pierre" et non plus d’une "affectation espaces verts".

-  La ville opère au passage "une régularisation foncière", autrement dit brade 10 m² de terrain , sans consultation ni publicité, au propriétaire du 39 rue du Bon Pasteur, pour agrandir sa parcelle (AL 150). Il est à savoir que les occupants de cette parcelle ont systématiquement appelé la police à chaque intrusion de personnes voulant bénéficier du jardin et qu’ils ont lancé des pétitions contre un espace public.

-  Sa vente est « non soumise à la législation définie par le Code des marchés publics », donc « La Ville de Lyon n’aura pas à justifier sa décision »…Donc toutes les ventes sont possibles, à n’importe qui, sans aucune règle. Si la vente avait pour objet de combler la dette de la collectivité, il serait vendu au plus offrant mais fi de la bonne gestion et de l’équilibre financier, un prix d’ami peut donc être négocié. Avec qui ? Et avec quelle contrepartie ?

Plus d’habitants, plus de voitures, plus de pollution :

-  Lyon a connu tout l’hiver des pics de pollution très importants. Un des exemples les plus alarmants est la pollution de l’école Michel Servet, asphyxiée par les gaz d’échappements. La Croix Rousse est connue pour l’exiguïté de ses rues et ses problèmes de stationnement. Le quartier est totalement saturé, ce qui favorise le parking sauvage, notamment montée Allouche. La Ville, plutôt que de mettre de poteaux métalliques pour empêcher les voitures de monter sur le trottoir, préfère diligenter les agents de contravention, qui verbalisent allègrement les jours de marché. Un bel exemple d’hypocrisie en matière de gestion de la voirie.

- Mais cela ne s’arrête pas là. Qui dit nouveaux immeubles dit occupants supplémentaires. Au vu de la surface de plancher indiquée pour les constructions, on peut tabler sur 20 à 30 logements soit au moins autant de voiture en plus. et c’est là que le bât blesse car aucun espace de parking n’est prévu ni en surface ni en sous sol...Et l’opération immobilière devra s’acquitter d’une pénalité. En effet, La participation pour non-réalisation d’aires de stationnement (prévue par l’article L. 123-1-12) avoisine les 12 000 euros par place. Qui d’autre qu’un promoteur visant le luxe pourrait se permettre ceci ?….. Que deviendront les dizaines de voitures supplémentaires dans le quartier ?

JPEG - 599.2 ko

BREF, A-t-on vraiment besoin de logements en plus dans les pentes ? Ce quartier, un des plus denses d’Europe croule sous les voitures, devient inaccessible aux classes ouvrières et moyennes, se gentrifie à tout va.

Les centres pour SDF deviennent des hôtels de luxe, les services municipaux ferment (Bain Douche, collège,..), les ventes de patrimoine se font entre amis (École des Beaux Arts vendue au Crédit Agricole), les espaces verts deviennent des opération immobilières...

Réagissons contre cette politique de privatisation et de revente du bien commun, qui in fine, profite toujours aux mêmes réseaux et aux mêmes populations, favorisant l’émergence d’un quartier qui, sous des dehors populaires, se regarde le nombril , heureuse de sa suffisance, de son quant à soi et de son arrogance !!!

Appel à contre visite au 33 rue du Bon Pasteur les :

Vendredi 17 février 2017 à 11h00
Jeudi 23 février 2017 à 14h00
Jeudi 9 mars 2017 à 11h00

+ d’info sur jardinmontsauvage@gmail.com

JPEG - 142.9 ko

P.-S.

Sources :
- Autorisation de programme 2009-1 « Divers aménagements espaces publics et verts », programme 00012 « Espaces publics ». Conseil municipal du 17/9/12
- CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE d’un terrain situé33-35 RUE DU BON PASTEUR A LYON 1ER en vue de la réalisation d’un programme immobilier à usage principal d’habitation / Ville de Lyon 01/2017 /
- Le progres 22 8 2016

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Politicaillerie » :

> Tous les articles "Politicaillerie"

Derniers articles de la thématique « Vie des quartiers - urbanisme - initiatives » :

On pense tous·tes monnaie monnaie : présentation de la Mutuelle de Lyon

C’est au printemps 2011 qu’un groupe affinitaire d’une vingtaine de personnes a décidé de créer une mutuelle de revenus sur Lyon et environs. Partager son argent ? Pourquoi ? Comment ? Pour en parler des personnes du groupe proposent une brochure et vous invitent à une réunion publique (7 juin...

> Tous les articles "Vie des quartiers - urbanisme - initiatives"