Assemblée Générale à Lyon 1 : le vent tourne ?

914 visites
4 compléments

L’AG a rassemblé plus de 400 personnes dont les 3/4 de personnels. Les revendications et les 2 premiers points des actions ont été largement discutées, amendées et votées une à une (toutes à l’unanimité ou presque sauf la rétention des notes, une large majorité). Le reste des actions a été voté en bloc, sur un vote de principe, faute de temps.
Il faut savoir que l’université Lyon 1 est l’université « bonne élève », toujours en avance sur les réformes de démolition. Ci-dessous la motion et le communiqué de presse. Plutôt réjouissant.

Motion adoptée par l’assemblée générale des personnels et étudiants de l’université Lyon 1.

Revendications

Les personnels et étudiants de l’université Lyon 1 réunis en assemblée générale le jeudi 11/12/08 s’opposent à l’entreprise de démolition du service public d’éducation et de recherche menée en toute hâte par le gouvernement actuel.

Concernant la masterisation de la formation des enseignants, nous exigeons le maintien d’une véritable formation professionnelle en alternance, rémunérée, dans le cadre des IUFM. Nous exigeons le maintien du statut national des fonctionnaires et une augmentation du nombre de postes aux concours en cohérence avec les besoins. Nous exigeons le retrait du plan de « mastèrisation ».

Nous affirmons notre implication dans le mouvement de lutte dans les IUT contre les effets de la loi LRU. Nous exigeons le maintien du caractère national des diplômes, des programmes et du fléchage des moyens. Nous nous opposons au projet de décret sur le statut des enseignants-chercheurs qui applique et aggrave les dispositions de la loi LRU à travers l’individualisation et la gestion locale des carrières et la modulation des services. Nous exigeons le retrait de ce projet.

Nous dénonçons les mensonges du gouvernement à propos du budget, globalement en baisse, de la recherche et des universités. Nous exigeons le maintien des 900 emplois dont la disparition est annoncée. Nous nous opposons à la diminution du nombre des postes statutaires, et au développement des contrats précaires, aux chaires d’excellence pour les enseignants-chercheurs.

Pour le service public de l’enseignement et de la recherche, de la maternelle à l’université et aux organismes de recherche, nous exigeons le rétablissement et la création d’emplois de fonctionnaires (toutes catégories), un plan d’intégration des personnels précaires, le respect des statuts nationaux et une revalorisation salariale de tous les personnels. Nous sommes solidaires des luttes actuellement menées contre les réformes Darcos (suppression massive de postes, suppression des RASED, menaces sur les écoles maternelles, réforme du lycée ...).

Actions :

Afin de faire aboutir nos revendications, nous, personnels et étudiants de l’université Lyon 1 réunis en assemblée générale le jeudi 11/12/08, décidons des actions suivantes. Nous invitons l’ensemble des personnels et des étudiants à y participer :

- blocage du CA du 16 décembre (14h, Maison de l’Université) pour qu’il n’entérine pas le budget. RV à 13h30 devant la Maison de l’Université (bâtiment Domitien Debouzie) ;
- mettre en place une grève administrative (refus des expertises, refus de siéger dans les jurys, remise des copies corrigées au recteur ou au président sans communication à l’administration, …) ;
- empêcher l’envoi des maquettes des masters enseignement. Organiser des AG dans les UFR, des actions au CEVU, au CA ;
- refuser la tenue des groupes de travail sur la modulation des services ;
- se joindre à toutes les manifestations de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur et de la recherche ;
- demander aux organisations syndicales d’appeler à une grève générale ;
- organiser une campagne d’information auprès des étudiants en début de cours ;
- Continuer à faire signer les pétitions en cours ;
- opérer la liaison avec les autres universités de l’académie et nationales ;
- relayer auprès des médias les différentes actions ;


Communiqué de presse

L’assemblée générale des personnels et étudiants de Lyon 1 a rempli ce jeudi 11 décembre 2008 le plus grand Amphi du campus de la Doua. Cette assemblée qui s’est prononcée à l’unanimité contre la démolition du service public d’éducation et de recherche entreprise par le gouvernement actuel, a adopté à l’unanimité une plateforme revendicative portant sur la formation des enseignants, la situation des IUT, le statut de tous les salariés de l’enseignement supérieur et la recherche, le budget et les emplois. Elle s’est prononcée à une très forte majorité pour des moyens d’actions comme le blocage des instances de l’université et la rétention des notes.
L’assemblée a manifesté son souhait de convergences des luttes dans tous les secteurs pour s’opposer aux politiques délétères du gouvernement. La motion complète votée par cette assemblée est jointe à ce communiqué et accessible ici.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 14 décembre 2008 à 16:26

    Bonjour Thomas,

    Je pense comme toi qu’il faut défendre les organisations syndicales indépendantes, c’est-à-dire celles qui refusent de siéger dans les conseils d’adminisrtation à l’université par exemple. C’est aussi pourquoi je pense que l’absence des bonnets de l’Unef ou de Sud a permis aux personnes présentes d’échanger, de se saisir de leur propre mouvement, et d’avoir le droit de voter (tout simplement, ce qui n’est pas le cas à Lyon 2 ou ailleurs où des prétendus « comités de mobilisation », élus par personne, autoproclamés, sans mandat, se coordonnent en « comité de ville », appellent à des « manifs sauvages », à des journées d’action bidons et des manifs sans grève, émiettées, établissement par établissement) ; alors que les travailleurs veulent l’unité pour bloquer le gouvernement.

    Pendant qu’en haut, la tête des organisations syndicales (lesquelles doivent être défendues contre ceux qui cherchent à les intégrer) aident le gouvernement, à la périphérie, d’autres forces éparpillent le mouvement pour impuissanter les travailleurs et les jeunes en lutte.

    Il n’empêche, le vent se lève.
    Et c’est le facteur déterminant. D’où l’importance des AG, des comités de grève élus, de la démocratie ouvrière dans les assemblées, et du contrôle du mouvement par ceux-là mêmes qui résistent.

    Vive la révolution,
    DN, militant AJR.

  • Le 14 décembre 2008 à 00:58

    L’assemblée Générale de l’UFR de mathématiques et de l’UFR
    d’informatique de l’Université Lyon 1 réunie le 11/12/08 a 12h30
    avant l’AG Générale de Lyon 1 a adopté les deux motions suivantes

    - L’Assemblée Générale de l’UFR de mathématiques et de l’UFR
    d’informatique demande le retrait du projet de décret modifiant
    le décret numéro 84-43 relatif au statut des enseignants chercheurs."

    Approuvé à l’unanimité moins 2 abstentions (0 contre)

    - L’UFR de mathématiques et de l’UFR d’informatique sont prêtes
    à retenir les notes des prochains examens, sans les transmettre à l’administration, dans le cadre d’une action collective des autres UFRs, et ce jusqu’au retrait du décret mentionné dans la motion
    précédente".

    Approuvé à l’unanimité (0 contre, 0 abstentions)

  • Le 13 décembre 2008 à 15:32

    Effectivement ni la FSE, ni SUD étudiant ni l’Unef n’étaient présents à l’AG (pour ce que j’en sais). Si tu y étais tu auras remarqué que les étudiant(e)s présent(e)s se sont majoritairement soit opposé(e)s à l’action rétention des notes (les corpos), soit abstenu(e)s. Heureusement qu’il y avait des étudiant(e)s d’IUT. A mon avis, ce n’est pas parce que l’Unef, la Fse ou Sud n’étaient pas là que l’assemblée a été "radicale" mais parce que les étudiants étaient très minoritaires par rapport aux personnels qui eux étaient vraiment en colère.
    Je crois pas que la disparition du syndicalisme étudiant à Lyon1 (mise à part la glorieuse et massive section cnt bien sûr) soit un signe de radicalisation des étudiants.

    Aussi à propos de « l’adresse aux organisations syndicales pour qu’elles appellent à la grève générale » tu présentes ça comme l’expression d’un volonté profonde de l’AG. Les faits c’est que cette revendication est issu d’une intervention et je suis quasiment sûr que la personne qui l’a faite est un éminent membre de l’avant garde éclairée du prolétariat mondial (je peux me tromper mais bon pour avoir l’idée de proposer comme action à une AG de s’adresser aux direction syndicales...). Les dernières revendications ont été votées sur le principe, sans débats (je l’ai déjà mis dans le chapeau).

    Peut-être que le vent se lève mais est-ce bien la tempête ?
    Ben on verra !

    Thomas (cnt sup/recherche)

  • Le 13 décembre 2008 à 10:52

    Quand les bonnets de l’UNEF, SUD et FSE ne sont pas là, l’exigence du RETRAIT l’emporte, tout comme l’adresse aux organisations syndicales pour qu’elles appellent à la grève générale et unie sur les revendications...

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

>Récit de stéphanois à Lyon pour l’Acte 26

Énorme mobilisation ce samedi 11 mai lors de l’Acte 26 des GJ à Lyon. Alors que la préfecture annonce quelque 2000 manifestants, l’équipe stéphanoise du Gueuloir en a compté entre 7 000 et 10 000. Récit en texte et en image publié sur le...

› Tous les articles "Salariat - précariat"