Banlieues, ça va chier ! bref retour sur les émeutes des banlieues de 1990-91

1059 visites

Bref retour sur les émeutes des banlieues de 1990-91, à Vaulx-en-Velin, à la Réunion, et encore ailleurs

Rien ne va plus, les jeux sont faits !

Cinq nuits d’émeutes à Vaulx-en-Velin ont fait voler en éclats ces 10 dernières années de pacification sociale menée par la maison de commerce Mitterrand, Marchais & Co. La palme d’or en revient au trèèès distinguééé boutiquier Pierre Joxe qui nous déclara sans rire et sous le serment de la bonne foi que : « le renforcement de la police, c’est ce que j’ai fait de plus utile depuis que je suis au gouvernement ».

La fête a duré du 6 au 10 octobre 1990, d’abord pour venger Thomas Claudio, « pare-choqué » par des flics, ensuite pour se venger soi-même et se servir sans servir. Des centaines d’émeutiers et des milliers de « mains innocentes » se sont offerts les plus fabuleuses soldes de leur vie, écrasant mieux que Mammouth les prix de la marchandise. Le Centre Commercial et l’Intermarché sont intégralement pillés puis incendiés. Des groupes organisés affrontent sans relâche les CRS, qui sous la pression ne doivent, à certains moments, leur salut qu’à la fuite ou à l’intervention des pacificateurs et autres pompiers sociaux. Des voitures sont brulées, d’autres tourbillonnent dans d’infernaux rodéos nocturnes. Ainsi donc, Vaulx-en-Velin, à la pointe de la réhabilitation sociale et citée comme exemple, n’a pas résisté au replâtrage et à la rénovation des empêcheurs de révolutionner en rond.
Et pourtant, tous les spécialistes du maintien de l’ordre bourgeois croyaient avoir accompli leur basse et méprisable besogne : des flics de tous poils quadrillant notre espace militarisé jusqu’au racket puant d’Harlem Désirant-la-paix-sociale qui n’ose plus montrer sa trogne de vautour dans nos ZUP de peur de se faire lyncher. Tout avait été prévu.

Mais, rien n’y fait !

Notre haine générée par ce système de merde est plus forte que tout. Partout, la bourgeoisie nous enferme dans son univers concentrationnaire. Des clapiers déshumanisés des banlieues où s’entasse le trop plein de bras inutiles, jusqu’aux hideux bagnes industriels où des millions de citoyens décervelés perdent leur vie à la gagner, ce système de mort nous condamne à végéter dans une misère sociale toujours plus pesante, toujours plus IN-humaine.

Enfermés comme des fauves dans nos murs de béton armé jusqu’aux dents, suintant l’ennui et la névrose. Rivés devant nos téléviseurs, étalant leur bêtise à la Sabatier, laveurs de cerveaux et anesthésieurs de nos révoltes. Spectateurs d’une vie irréelle, alors que notre propre existence n’a jamais cessé de nous échapper. Encadrés par une chiée d’éducateurs, de sociologues, de psychologues, d’assistants sociaux, d’urbanistes, d’architectes, de géomètres qui ont le trouillomètre à zéro devant nos accès de rage et notre refus viscéral de leur monde en carton-pâte. Cette vie est devenue IMPOSSIBLE !

Aux 4 points cardinaux de l’enfer capitaliste, la rage destructrice se répand comme une traînée de poudre. De Vaulx-en-Velin à la Réunion, d’Argenteuil à Sartrouville et aux manifs soi-disant lycéennes -raisonnables et responsables- qui dégénèrent en bastons si pas en pillages joyeux où tout le monde se sert allègrement, les enfants de la colère descendent de leurs banlieues pourries et menacent d’embraser Babylone, rayonnante d’éclats de lumières artificielles et regorgeant de ses marchandises putrides et faisandées.

Dans les semaines et les mois qui suivent l’explosion de Vaulx-en-Velin, on remet ça encore et toujours plus fort. Les lascars sortent de leurs trous à rats et de leurs caves pour déterrer la hache de guerre, pour reprendre les armes des jeunes Apaches du début du siècle, ces banlieusards relégués dans des dépotoirs aux portes de Paname-l’enfer. Quand le vin est tiré, il faut le boire. Et à force de bousiller cette société qui nous détruit, nous finirons ivres de joie. L’incendie social s’annonce gigantesque. Tous les spécialistes du maintien de l’ordre social en prennent pour leur grade. A l’initiative des lascars de Vaulx-en-Velin et des jeunes Apaches, un nouveau dialogue est inauguré avec les représentants du spectacle médiatique, qui à coups de photos et de vidéos balancent aux flics nos frères de luttes les plus acharnés : le cassage de gueule et de matériel de tout ce que la racaille journalistique dépêche sur le terrain.

L’ennemi est repéré : le journaliste n’a jamais été l’écho de nos combats, le porte-voix de nos revendications que cette société ne pourra jamais satisfaire, puisqu’il s’agit de passer sur le corps en décomposition de ce vieux monde dont les journaleux sont parmi les plus ardents défenseurs. Leur liberté d’expression et de désinformation se résume à travestir nos besoins fondamentalement humains pour les encadrer dans une contestation négociable, digne et responsable, pour les résumer à un simple cri désespéré dans le désert de cette non-vie planifiée.

Nos révoltes, nos haines, nos luttes ne peuvent être réduites à ce pillage médiatique, à ce cloisonnement du spectacle de 20 Heure. Fais gaffe à toi, journaleux de mes deux, ton rôle de flic est mis à jour, tes jours sont comptés, comme cette société que tu sers ! La chasse aux flics déguisés en journalistes, en photographes, en cameramen est ouverte, à chacun son trophée de guerre. Partout où tu te permets de fouiner, tu risques ta peau. Partout dans nos ghettos de mort ou dans nos luttes, tes collègues se font proprement tabassés et faucher leur matos. Ça s’appelle les risques du métier, et ton boulot méprisable en comportera de plus en plus, sois-en sûr.

Une simple étincelle suffit à embraser les citadelles du luxe. Les tambours de notre guerre que nos maîtres croyaient à tout jamais enfouis sous la chape de plomb de leur paix sociale se mettent à nouveau à raisonner. Leurs échos s’amplifient au loin annonçant la tempête salvatrice. Tous les ingrédients, tous les matériaux de base générés par ce système de misère sont à portée de nos mains pour que détonne aux oreilles frileuses des bourgeois abasourdis, la gigantesque explosion sociale des miséreux qui crient vengeance, qui hurlent leur haine sanguinaire. Nos ennemis ne savent plus où donner de la matraque. La tempête semble se calmer pour quelques temps ici, et c’est l’ouragan social qui balaye tout là-bas. Le Chaudron volcanique a fait exploser la Réunion les 24, 25 et 26 février, savourant une fête mille fois plus grandiose que Vaulx-en-Velin n’a pu en vivre. Des centres commerciaux, des super-hyper-marchés sont pillés puis incendiés dans cette banlieue pourrie où le luxe et la richesse côtoient des masses de « chômeurs et de déclassés », euphémisme socio-bourgeois pour dire les prolétaires. Des banques et des commissariats sont saccagés, des voitures et des barricades sont enflammées. A la Réunion, comme n’importe où, les mêmes causes produisent les mêmes effets. Des jeunes prolos sont entassés dans des cloaques-ghettos, des dépotoirs de bout du monde, suspendus à quelques minables allocs de chômage et autre RMI de survie (une des grandes victoires socialistes !).

Agitez ce mélange explosif et rien d’étonnant (détonnant !) que le tout vous saute en pleine gueule.

Car bien sûr, et Rocard le sinistre premier de classe l’a bien compris, la Réunion constitue un « problème social grave », d’autant plus qu’elle n’est pour les bourgeois pas assez rentable. Il n’est pas question de nous laisser embobiner par les conneries sur le « peuple créole » débitées par « le salaud lumineux » Vergès et sa maffia familiale. Ni d’ailleurs par le sous-spectacle de Télé Free-Dom dont le dirlo appelle au calme pendant les pillages et tente de canaliser les émeutiers avec son service d’ordre. Les bourgeois se reconnaissent partout dans ce monde, par leur manie de nous exploiter ou de nous laisser crever à petit feu dans la pire des misères. Notre problème, c’est notre survie dans cette jungle de richesse et nos moyens pour nous en sortir collectivement quand le pouvoir désire que chacun d’entre nous tire la couverture à soi de manière individuelle.

Ne vous étonnez donc pas, Messieurs les bourgeois, que nous n’en ayons rien à foutre de vos stages de formation, d’insertion et d’intégration sociale. De vos TIC, de vos TUC, de vos TOC, toute cette camelote de bazar destinée à nous faire prendre la tangente et à étouffer nos révoltes contre votre économie marchande, contre le marchandage de nos vies. Votre économie, c’est notre mort. Sa destruction, c’est notre vie. Il est clair que nous assumons complètement par le pillage massif et collectif la « destruction de l’outil de travail et la détérioration du tissu économique » (dixit la CFDT/Réunion). Aucune solidarité ne peut exister entre nous, les éternels dindons de leurs magouilles, et ces messieurs de la haute. Encore une fois, l’addition sera très lourde, les 3 jours d’émeutes qui ont fait pour plus de 350 millions de francs de dégâts à la Réunion, c’est de la peccadille par rapport à ce qui est encore à venir !

Le 17 mars, Rocard vient prendre le pouls de ce foyer de tensions et de troubles. Il ne peut que constater ce que n’importe quel gestionnaire du capital ferait à sa place : « si l’économie mondiale ralentit sa croissance, qu’est-ce que j’y peux ? » « Tout n’est pas forcément plus beau en métropole ». « Le problème du sous-développement se rencontre aussi dans les Yvelines, dans la ZUP du Val-Fouré à Mantes-la-Jolie ». « La Réunion ressemble fort à un phénomène de banlieue » (sic !). Alors que sa visite se veut un signe d’apaisement et de retour au calme, c’est tout le contraire qui se passe. Les émeutes et les pillages reprennent de plus belle. Rocard est obligé de cavaler à toute vitesse et sous la haute surveillance de centaines de CRS et de véhicules blindés.

Le Chaudron se réveille et explose toutes les nuits pendant plus d’une semaine de véritable guérilla sociale. Centres des impôts incendiés et déclarations de revenus brûlées, brigades de gendarmerie attaquées, voitures carbonisées, armurerie dévalisée. Plusieurs fusillades éclatent en divers endroits de l’île, des flics sont blessés par balles dans des embuscades. Les émeutes finissent par s’essouffler, bien que nos frères soient de plus en plus déterminés à en découdre. D’abord, par manque de combustible : il ne reste plus beaucoup de commerces à piller. Ensuite par la force de la répression qui s’accélère au fil des jours. Les CRS et les paras interviennent avec leurs blindés et lâchent leurs grenades offensives. Quant à leur justice, elle applique au mieux les sanctions pour que règne l’ordre et la sécurité des bonnes affaires.

Les affrontements durant cette dizaine de jours seront d’une telle ampleur, que même la bonne sœur des pauvres, Danielle Mitterrand, viendra égrener son chapelet d’appel au dialogue et de leçon de pacification puante.

La guerre sociale reste toujours notre mot d’ordre, là comme partout ailleurs. Il y a en France, 400 points sensibles, 400 raisons pour que les bourgeois ne dorment plus la nuit en tremblant de peur.
A Sartrouville, le meurtre d’un jeune par un vigile d’Euromarché enflamme la ZUP qui se fait aussi son Vaulx-en-Velin. A Mantes-la-Jolie, des lycéens font grève et foutent le feu à leur collège. A Vaulx-en-Velin, la terreur continue de régner pour les forces de l’ordre mercantile. Toutes les nuits, des voitures sont incendiées, et les rodéos se terminent souvent par des percutages de cages à poulets. Ce ne sont pas leur ministre de la ville, cet honorable poubelle publique Mr. Delebarre, leur Banlieues 89 et leurs gauchistes à la Roland Castro, pas même leur Bernard Tapie, leur Forum des Citoyens, leur Développement Social des Quartiers (DSQ), leurs plans d’aménagement foireux qui élimineront définitivement les contradictions existantes entre leurs intérêts et les nôtres.

Les fissures apparaissent de plus en plus nombreuses dans le fragile équilibre du consensus social tant nécessaire au sous-spectacle démocratique. Demain, ce seront des crevasses avant de devenir des gouffres. Leur société est malade, qu’elle crève ! Non, décidément, RIEN ne va plus pour eux. « La question sociale » réémerge enfin tous avec toujours plus de fureur et de véhémence. Tous leurs architectes, tous leurs urbanistes, tous les ravaleurs de façades de leur vieux monde en déglingue peuvent toujours repeindre en vert la grisaille de nos ghettos douloureux et planter quelques arbres plastifiés, quelques murs d’escalade en guise d’ersatz de vie, c’est le vert-de-gris de l’encasernement qui domine notre non-existence quotidienne que nous éclabousserons du rouge vif du sang des bourgeois !

P.-S.

Extrait de « Le Musicien Exécute le Requiem au 38 Spécial », N°24, 1 juin 1991.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>Panthéoniser les Manouchian, c’est les trahir

Juifs en déshérence, Arméniens orphelins du génocide, Italiens et Espagnols combattants antifascistes, nous savons ce que nous devons aux 23 fusillés de l’Affiche Rouge et à Olga Bancic, guillotinée en Allemagne. Le groupe a été traqué, arrêté et torturé par la police française avant d’être livré...

› Tous les articles "Mémoire"

Derniers articles de la thématique « Répression policière » :

› Tous les articles "Répression policière"

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"

Derniers articles de la thématique « Racismes / Colonialismes » :

› Tous les articles "Racismes / Colonialismes"