[Briançon] La Frontière tue, La Police aussi !

873 visites
  • Rassemblement dimanche 13 aout à 15h au centre-ville de Montgenèvre !

    Une personne a été retrouvée morte lundi 7 aout sur un sentier entre Montgenèvre et Briançon. Il s’agit d’un « migrant », un jeune Guinéen sans carte d’identité en main. Il s’appelait Moussa. La énième personne à mourir dans ces montagnes ou plus de 10 cadavres ont déjà été recueillis depuis 2018, tués par une frontière raciste ou les routes carossables sont traversées quotidiennement par des voitures, des bus et des trains transportant des touristes, des marchandises et des militaires tandis que les personnes exilées sont obligées de passer à pied par les sentiers de montagne, échappant aux controles de la police française qui tente de bloquer leur parcours meme dans les bois à plus de 1800 métres d’altitude. Les poursuites, les embuscades, les violences et les refoulements sont quotidiens.
    Ce qui a tué une fois de plus, ce n’est pas la montagne, la neige ou le froid. Ce qui a tué, c’est le bras armé de l’état, qui, avec ses jeeps, ses drones et ses lunettes de vision nocturne, tente de protéger les intérets nationaux d’un état néocolonial et raciste, rétrécissant les mailles des frontières intérieures de l’Europe qui continuent de séparer, de réprimer et de tuer

    Rassemblons-nous dimanche pour faire acte de présence à Mongenèvre (ou la police aux frontières est basée), pour communiquer ce qu’il se passe dans ces montagnes et pour réaffirmer que personne ne doit mourir à la frontière.

Une personne exilée a été retrouvée morte lundi 7 aout à l’aube, dans la montagne non loin de Briançon, en tentant de traverser la frontière.

Ce décès survient après un weekend de mobilisation contre la frontière, ayant entrainé une forte présence policière dans la zone pour empecher toute tentative de passage solidaire (une dizaine de camions de policiers et de CRS, un canon à eau, un hélicoptère et plusieurs drones). Des forces de l’ordre ont aussi été déployées, comme à leur habitude, sur les chemins transfrontaliers pour traquer et arreter les personnes qui tentaient de passer la frontière.

Le controle accru de la frontière franco-italienne isole les personnes dans leur passage et les pousse à emprunter des chemins de plus en plus dangereux. Depuis 2018, au moins 10 personnes sont mortes à cette frontière, après s’etre perdues dans la montagne ou plus souvent, après avoir été poursuivies par les gendarmes. Dans la nuit de dimanche à lundi, la frontière a encore tué !

Le PassaMontagna est un camping itinérant qui a pour objectif de retraverser cette frontière de manière collective. Le dispositif policier dans la zone a de nouveau contraint les personnes à passer de nuit, parfoit de manière isolée, en prenant des chemins éloignés et dangereux ...

Notre colère est immense ! La frontière doit tomber !

PS : Un rassemblement a été appelé au Champ de Mars à Briancon ce mardi 8 aout à 18h30 !

L’ouverture d’un nouveau squat est également en cours à Briancon, un appel à soutien circule déjà n’hésitez pas à aller y donner main forte.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations / Sans-papiers » :

› Tous les articles "Migrations / Sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Répression policière » :

>Darmanin, elle est où l’enquête sur Briefcam ?

Le 14 novembre dernier sortait une enquête du site Disclose qui démontrait que depuis 2015 les keufs utilisent en secret un logiciel d’analyse d’images israélien de la société Briefcam qui permet notamment l’emploi de la reconnaissance faciale. Gérald le violeur, notre sinistre de l’intérieur,...

› Tous les articles "Répression policière"