Communiqué de la FSE-Lyon suite au "saccage" de l’université lyon 2

1023 visites
Mouvement sur les retraites 2 compléments

Aujourd’hui, mercredi 03 novembre, nous avons pu recevoir par liste de diffusion générale un mail de la présidence (le troisième depuis la rentrée) dénonçant et voulant poursuivre en justice les « individus et organisations » ayant appelé à l’occupation.

Cette occupation est, rappelons le, une décision de l’Assemblée Générale de Bron, elle-même appelée par André Tiran par mail le mardi 02 novembre.

Dans ce mail, l’équipe présidentielle semble faire la description de l’Apocalypse, en décrivant le « saccage » commis lors de l’occupation de l’université.

Il n’y a pas eu de saccage de la faculté, mais des dégradations qui, bien sûr, ne servent pas notre lutte. Les exhiber, les grossir et les criminaliser, comme le font la présidence et le ministère, n’aboutira à rien.

Ces « dégradations », mineures, le sont d’autant plus au regard de l’état général du campus de Bron. En effet, l’université ne communique pas par mail les rapports de sécurité quant à l’état du campus, et de la présence, notamment, d’amiante, de plomb, et d’infrastructures dangereuses.

La présidence ne communique pas non plus et ne considère pas comme "dégradation" les inscriptions fascistes et les croix gammées taguées sur les locaux syndicaux et associatifs et aux abords du campus, découvertes à la rentrée.

De plus, les sources sont contradictoires sur la réalité des soi-disant « archives brûlées », celles-ci étant enfermées dans des secrétariats qui n’ont pas été forcés.

Ainsi, la présidence de Lyon 2 instrumentalise cet évènement pour mépriser les exigences des délégations d’étudiants qui étaient la levée intégrale du contrôle des présences, la suspension des contrôles continus pendant la durée du mouvement, ainsi que la banalisation des cours pendant les créneaux d’AG les jours de manifestation. La satisfaction de ces revendications permettrait aux étudiants de se mobiliser sans risquer une défaillance et constituerait une alternative à l’occupation et au blocage.

Nous rappelons à l’équipe présidentielle et à l’ensemble de la communauté universitaire que le chiffon rouge des « casseurs » agité pour briser les mouvements sociaux et les mobilisations collectives est déjà utilisé à ce jour par le gouvernement actuel.

Cette campagne médiatique ne déviera pas l’attention des étudiants des problèmes réels posés par les pouvoirs en place.

En particulier, les violations flagrantes aux droits démocratiques dont le gouvernement s’est rendu coupable ces dernières semaines sur notre agglomération ne seront pas oubliées.

Les casseurs, c’est d’abord ceux qui veulent condamner les travailleurs aux travaux forcés jusqu’à 67 ans ; ceux qui sont en train de réduire en poussière la Sécurité Sociale, c’est à dire le droit à la santé ; ceux qui
sont prêts à séquestrer des centaines de personnes sur une place publique, et à les trier en fonction de critères ethniques, sociaux et d’âge, comme cela s’est passé Place Bellecour, il y a deux semaines !

Il serait judicieux que la présidence de l’Université condamne ces casseurs là, plutôt que de faire appel à leur police - c’est-à-dire à leur police politique - pour régler des conflits internes à l’université.

Par ses mails quotidiens et la surmédiatisation, la présidence de Lyon 2 ne fait que confirmer quel parti elle adopte en ces temps de mobilisation nationale contre des réformes anti-populaires.

Elle fermait ainsi administrativement en octobre l’université alors que le mouvement subissait une répression hallucinante sur Lyon, elle diffame la mobilisation lycéenne, et enfin, menace de poursuites judiciaires des militants et des organisations étudiantes appelant à la mobilisation universitaire.

Ce n’est que le reflet d’une politique de la répression pour casser le mouvement social.

Enfin, nous demandons à l’équipe présidentielle des explications sur la communication faite suite au « saccage » de l’université. Elle qui se dit prompte à défendre l’image de l’université et s’assurer de son « rayonnement », fait des déclarations fracassantes dans la matinée au Monde, RTL et TF1, repris en choeur par Valérie Pécresse.

La rapidité avec laquelle celle-ci s’est saisie de cette soi-disant " affaire " montre toute la fébrilité du pouvoir, sa peur d’une mobilisation massive de la jeunesse !

En effet, comment peut-on croire une seconde que cette dernière, la bouchère en chef de l’université publique,
s’intéresse à l’état de nos locaux ? Sa seule hantise, c’est que nous prenions le chemin des rues !

Continuons à nous mobiliser et à nous réunir !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 6 novembre 2010 à 00:45, par chat

    Absolument d’accord avec Red !

    À Lyon II, beaucoup d’étudiants prétendument de gauche crachent leur venin sur les casseurs sans se demander une seconde si par hasard ce ne serait pas le capitalisme que les « casseurs » sont en train de casser... Par hasard, hein...

    En fait, ces jeunes, ils veulent l’Ordre.

    Deux exemples : les abribus cassés, vous savez, ceux avec la tête des deux cons de la matmut ? « oh mon dieu non c-pas-bien-de-casser ». Et après ils se disent de gauche...

    « Oh mon dieu des voitures brûlées ! » Ces objets individualistes par excellence, qui polluent, envahissent la vue, l’ouïe et l’odorat, et pour qui la terre entière a été tartinée de béton, ces pauv’ petits objets sans défense, non, quand même, vous ne pouvez pas vous attaquez à eux, ils ont un coeur, comme nous, qui fait vroum-vroum !
    Boum-boum, vroum-vroum, quelle différence ? Quelle poésie dans ces objets métalliques reproductibles à l’infini ! Et le béton ! Quelle poésie ! Méchants casseurs ! Inutiles casseurs ! Bouh, racailles ! Extrémistes !

  • Le 5 novembre 2010 à 23:22, par Red

    « Blablabla je suis du même avis pour la réforme blablabla je suis pas de droite blablabla casseurs blablabla censure gauchiste blablabla dégradations inexcusables... »

    Ouah, ils se sont passés le mot où c’est juste qu’ils manquent d’imagination ? J’ai l’impression d’entendre/lire les même choses dix fois par jour (20 en période d’AG).

    Alors, de une les gens qui sont vraiment mobilisés et qui sont vraiment « de gauche » savent que les vrais casseurs c’est l’état, ses forces de répression, ses institutions, et derrière la bourgeoisie ;
    De deux le fait que les médias sont des outils de désinformation et d’instrumentalisation c’est sûr, mais c’est une évidence qui n’excuse en rien le sabotage du mouvement étudiant par les directions des universités au niveau national (je ne suis d’ailleurs pas à Lyon et la situation est la même ailleurs).
    De trois, « on a raison de se révolter » comme disait un grand homme du siècle passé, qui avait aussi une phrase très juste incluant le terme « dîner de gala ».
    On ne va pas attendre l’autorisation des autorités pour s’organiser et combattre les réformes du gouvernement, ni accepter un cadre légaliste.
    Tant que la violence matérielle ou physique est soumise au politique, elle est légitimée par les impératifs du moment.

    Par solidarité nous pouvons le dire : face à la répression, nous sommes tous des « casseurs » !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mouvement sur les retraites » :

› Tous les articles "Mouvement sur les retraites"