Contre la reconnaissance faciale

763 visites

Cet article affirme la nécessité d’une opposition ferme à la reconnaissance faciale que le gouvernement souhaite diffuser de plus en plus.
Il est tiré du dernier numéro des brèves du bistrot à télécharger en intégralité à la fin de l’article.

Il y a un an, en février 2019, le gouvernement en partenariat avec la ville de Nice expérimentait l’utilisation de la reconnaissance faciale pendant trois jours, pour le Carnaval de Nice. C’était la première tentative pour faire rentrer insidieusement cette technologie dans nos vies, sous couvert bien sûr de la lutte contre le terrorisme, et facilitée aussi par le zèle sécuritaire du maire de la ville, Christian Estrosi.

L’idée de l’installation de la reconnaissance faciale s’est depuis largement développée. Ainsi, deux lycées se sont portés volontaires pour l’installation de portiques aux entrées pouvant discriminer les personnes ayant le droit, ou non, de rentrer dans l’établissement. A Nice, malgré l’opposition formelle des élèves, parents d’élèves, et personnels du lycée, les portiques sont en place depuis la dernière rentrée scolaire. Ça coince encore, pour l’instant, dans l’autre lycée test à Marseille. La Quadrature du Net s’était opposée dès que le projet avait été rendu public, puis plus récemment c’est la CNIL qui s’est elle aussi dressée contre l’utilisation des données biométriques et le risque « d’aboutir à un phénomène d’accoutumance à ces dispositifs de captation qui permettent de reconnaître automatiquement une personne. Et donc de créer in fine un sentiment de surveillance généralisée qui pourrait mettre en doute la capacité d’aller et venir anonymement. »
Le gouvernement entend bien pour autant imposer la reconnaissance faciale de partout, et utilise pour cela une stratégie à deux volets. D’une part, il défend cette technologie par le chantage au terrorisme ; en ce moment, une vaste opération de légitimisation des caméras intelligentes est en cours, ces dernières constitueraient une arme nouvelle et particulièrement efficace pour empêcher des attentas ou en retrouver les auteurs a posteriori. C’est le sens de l’intervention de Castaner par exemple qui expliquait en octobre dernier que l’homme qui avait déposé le colis piégé rue Victor Hugo à Lyon aurait pu être retrouvé bien plus vite. Évidemment ça ne tient pas debout une minute. Techniquement d’abord ça ne fonctionne pas, plusieurs études américaines -pays précurseur dans la biométrie sécuritaire- montrent que la reconnaissance faciale n’est pas du tout au point et confond régulièrement des visages. Et puis surtout, on connaît trop bien l’entourloupe ; quelle mesure anti-terroriste n’a pas été utilisée par la suite dans d’autres cadres ? Il est évident que l’objectif est la généralisation de la surveillance biométrique en ce qu’elle facilite la répression de n’importe quel délit commis par une personne pas assez masquée mais aussi en ce qu’elle incite à l’auto-contrôle par son effet panoptique.

Nécessité de la reconnaissance faciale donc, mais d’autre part, ça tente de faire passer la pilule en expliquant, comme Cédric O le mois dernier, que tout cela devra être accompagné d’une « éthique » dans l’utilisation. Le secrétaire d’état au numérique et ses sbires comme Stéphane Séjourné, affirment ainsi que, dans le respect de la loi actuelle sur l’utilisation des données biométriques, la reconnaissance faciale ne pourra être utilisée qu’avec l’accord des personnes concernées. Comment demander leur consentement à toutes les personnes présentes dans une gare avant de les filmer ? Aucune réponse à ce sujet... On imagine bien sûr que les premières utilisations de la reconnaissance faciale seront réglementées assez étroitement et puis chaque gouvernement se succédant desserrera un peu plus la loi. Il n’est de toute façon pas question pour nous de présenter une bonne ou une mauvaise utilisation de cette technologie, mais bien de viser son interdiction.

Le train de la reconnaissance faciale est en marche, Castaner et sa clique annoncent 2020 comme une année test dans les gares, les aéroports mais aussi le lancement de ALICEM, une application qui permettra de se connecter aux services publics à l’aide de son smartphone et de la reconnaissance faciale. Dring dring, Black Mirror sonne à la porte. La Quadrature du net agit par toutes les voies légales possibles afin d’empêcher sa mise en place. Si toutefois la reconnaissance faciale s’impose, le masquage en manif deviendra d’une autant plus grande nécessité, et la motivation sera double pour mettre hors d’état de nuire les caméras. A Hong Kong ou au Liban, les manifestants ont massivement utilisés les lasers pour brouiller les caméras, plus largement de plus en plus de personnes, notamment en Russie, aux Etats Unis ou au Royaume-Uni planchent sur des vêtements, des types de maquillage ou des coupes de cheveux qui rendent inefficace cette technologie. On s’en rappellera.

- Retrouvez cet article et tous les autres dans le dernièr numéro des brèves du bistrot :

PDF - 867.4 ko

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Autorisation dérogatoire de sortie : ce qui change aujourd’hui !

Le ministe Douste Blazy vient de l’annoncer ce matin, l’autorisation dérogatoire change une nouvelle fois de forme... Désormais il faudra pouvoir prouver que cela fait minimum une semaine que l’on est pas sorti. Pour cela, une procédure stricte sera mise en place par la maréchaussée : vêtement...

>Comment contester une amende pour non respect du confinement ?

Le groupe facebook « Confinés mais pas isolés 35 » a mis en ligne un document PDF qui permet de contester une amende forfaitaire infligée pour non-respect des mesures de confinement. Nous vous le transmettons ici. Attention, si vous entendez contester une amende, il ne faut pas la régler ! Le...

› Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Vidéosurveillance » :

>Contre la reconnaissance faciale

Cet article affirme la nécessité d’une opposition ferme à la reconnaissance faciale que le gouvernement souhaite diffuser de plus en plus. Il est tiré du dernier numéro des brèves du bistrot à télécharger en intégralité à la fin de l’article.

› Tous les articles "Vidéosurveillance"

Derniers articles de la thématique « Fichage - ADN » :

>GendNotes ou le discret retour du fichage homosexuel en France

Quelle est cette application qui permettra aux gendarmes de ficher sur l’orientation sexuelle et autres informations sensibles ? Le 20 février 2020 est bien discrètement entré en application un décret, adopté par le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, qui...

› Tous les articles "Fichage - ADN"