De la répression policière à la terreur d’État

824 visites
1 complément

Le mouvement contre la réforme des retraites a pris à Lyon, à la fin du mois d’octobre, une ampleur sans précédent, entre blocage économique des grévistes et manifestations lycéennes. Face à ce phénomène, aux liens se tissant entre les différents acteurs de cette lutte et aux destructions matérielles qu’occasionnèrent les manifestation en centre ville (les fameux « casseurs » des journaux télévisés), la préfecture et l’État ont répondu avec un déploiement policier inégalé : 800 CRS et gardes mobiles, BAC, blindés de la police avec lance à eau, hélicoptère, GIPN, etc.. (Texte extrait de l’Égalité économique et sociale, feuille locale de la CGA-Lyon)

Il ne s’agit plus là de faire face à ce que la police appelle de la « casse » en niant ainsi la dimension politique des actes - à ne pas donner la parole aux « casseurs » il est facile pour les médias de nier l’aspect politique de cette casse – mais bien d’orchestrer une répression totale et impitoyable sur les contestataire, une véritable terreur d’Etat, dont le but est avant tout de stopper net le mouvement. La meilleur preuve de cette évolution reste l’enfermement jeudi 21/11, pendant plusieurs heures, de plus de 600 personnes sur la place Bellecour, transformé en prison à ciel ouvert, où pleuvait lacrymo et lance à eau, sans possibilité de répit ou de sortie. Notons que cet « emprisonnement à ciel ouvert » fut occulté par les médias dont les caméras se trouvait pourtant sur place.

Le bilan de ces jours de lutte a de quoi faire peur : plus de 300 arrestations en moins de deux semaines et des dizaines de blessés. Depuis, les condamnations pleuvent : prison pour beaucoup, dommage & intérêt pour les policiers, amendes, etc... Les condamnation les plus absurdes se succèdent : un jeune homme pour avoir jeté un sac de feuille morte sur un policier, un autre, étudiant, prendra 6 mois ferme car il est considéré comme un « authentique casseur », la police ayant retrouvé dans sa poche un tract de « conseil en manifestation » (tracts diffusés en début de manifestation, la CGA en a diffusé de semblables), pour comble un refus de prélèvement ADN augmentera sa peine de 2 mois ferme. La volonté de faire des exemples en brisant des vies est évidente.

D’autre procès sont encore à venir, dont celui de trois compagnons libertaires et antifascistes, poursuivis pour avoir voulu soutenir les piquet de grève alors qu’une manifestation fasciste menaçait les grévistes (nous vous tiendrons au courant d’un prochain rassemblement de soutien).

Pendant ce temps la préfecture ment sciemment sur l’action de la police, repris en chœur par les mass médias. Elle nie les blessés, parfois graves (fractures multiples, asphyxie, crise d’angoisse, etc), pourtant nombreux dans les hôpitaux où la police n’a pu que les voir passer.

Face à cette répression nos deux armes sont la solidarité face à la machine judiciaire et l’information face aux mensonges médiatiques. Soutenir les nombreux inculpés, par notre présence lors des procès ou par notre soutien financier (voir les contacts de la caisse de solidarité) et continuer à diffuser l’information sur ce qui c’est réellement passé à lyon, loin des caricatures médiatiques de la presse bourgeoise. Mais aussi poursuivre la lutte, au delà de la simple réforme des retraites, sous les nombreuses formes que celle-ci prendra pas la suite, prouver que nos luttes ne peuvent être abattus par la répression policière et judiciaire.

La solidarité et l’information sont des armes, nos armes !

JPEG - 324.4 ko

P.-S.

Coordination des Groupes Anarchistes
c/o La plume noire, 6 rue burdeau, 69001 Lyon
Permanences tous les samedi 15h-19h
Émission Idées Noires, tous les mercredis 20h-21h
- Vous pouvez recevoir les informations de la CGA-Lyon en vous inscrivant sur notre liste de diffusion

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 17 novembre 2010 à 12:53, par etudiant

    Très bon article...
    La terreur d’état est la suite logique des choses.
    Il ne faut pas oublier que Sarko lorsqu’il était sinistre de l’intérieur, a organisé la fusion des services de renseignements, pour former la DCRI.
    Maintenant qu’il est président, ce service est sous la direction de hortefeux ( donc de sarko...)
    Il a lui même mis en place ce service, choisi les différentes têtes pensantes qui forment maintenant une véritable police politique à ses services...

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CGA - Coordination de Groupes Anarchistes » :

› Tous les articles "CGA - Coordination de Groupes Anarchistes"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Déclaration des 66 Anarchistes au Tribunal de Lyon le 19 janvier 1883

Le 8 janvier 1883, à Lyon, débute le procès dit "des 66". Il est reproché aux accusés « d’avoir (...) été affiliés ou fait acte d’affiliation à une société internationale, ayant pour but de provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion,...

>La presse lyonnaise et les anarchistes : le procès des 66 de 1883

Synthèse du mémoire de maîtrise de Laurent Gallet, publiée dans les Mélanges d’Histoire Libertaire n°2 proposée par le Centre de Documentation Libertaire de Lyon, à lire en complément de la « déclaration des 66 anarchistes » faite lors de ce procès à Lyon le 19 janvier...

› Tous les articles "Répression - prisons"