Site collaboratif d’infos alternatives

Pourquoi flouter les visages des personnes prises en photo lors de manifestations, mêmes légales, ou d’événements publics lorsque ces photographies sont publiées sur le site de Rebellyon.info ?
Quelles en sont les causes et les conséquences ?

La cause principale du floutage des personnes sur les photographies est le gouvernement aujourd’hui extrêmement sécuritaire qui, grâce au fichage des gens (voire Edvige et autres fichiers de la DCRI), agit soit par prévention avec menaces et pressions pour « étouffer dans l’œuf » des conflits physiques ou intellectuels qui ne s’accorderaient pas avec SA vision de la société ; soit directement par répression (prison).

Ainsi il n’est pas nécessaire de donner des images supplémentaires à la DCRI qui lui permettrait un fichage plus facile et donc un usage répressif plus aisé. Il faut leur laisser un peu de travail, sinon ils ne seraient payés qu’à arrêter des gens et non plus à les surveiller…

Ces mêmes images peuvent aussi être utilisées comme preuves ou moyen de pression, en effet, même si l’image ne montre rien d’illégal ou une action en « flagrant délit », la simple présence en manifestation (ou à plusieurs) est suspecte et la DCRI peut donner comme preuve que vous étiez à telle manifestation, ou que l’on vous voit souvent à des actions sociales, etc. Surtout ne montrez pas que vous avez des idées trop souvent différentes de votre gouvernement.

Il faut bien sûr prendre en compte le support même de la publication Rebellyon.info est un site d’informations alternatif. C’est-à-dire qu’il a un statut déjà considéré comme différent de la normalité et donc du fonctionnement de la société actuelle. Ainsi, il y a un contexte politique à prendre en compte, qui peut ne pas plaire aux personnes concernées par la publication d’une photographie non floutée sur un site de média alternatif.

Cependant il faut aussi considérer la personne elle-même et sa vie privée. En effet, elle ne souhaite pas forcément que son entourage familial, amical ou professionnel soit au courant de ses actions (légales ou non) et préfère garder un certain anonymat pour des raisons diverses et variées (secrets personnels, raisons professionnelles, peur du regard des autres, etc.). Ceci est une question de moralité et de conscience personnelle.
On ne connait pas toujours les conditions de l’acte ou de la présence de la personne et cela peut être mal interprété et pris contre elle alors qu’elle pourrait se trouver dans cette situation par hasard, « par concours de circonstances », il peut y avoir des confusions lors d’événements se passant dans la rue.

Malheureusement, le floutage enlève en grande partie l’émotion d’une photographie et nuit gravement à son esthétique… Ce qui gâche le travail artistique de l’auteur.

Et bien sûr, le floutage supprime une partie de l’image et donc une partie de l’information, dans certains cas le visage est important car il correspond à une personne qui est connu pour certains actes déjà commis dans une direction politique précise et/ou pour ses opinions politiques ou personnelles, ou s’il est symbolique d’un groupe particulier. Mais les symboles peuvent rester suffisants pour ce qui est de l’information. En particulier sur Rebellyon.info qui ne fait pas dans le people…

Ainsi à chacun de faire ses choix en fonction de sa conscience, de ses principes et de ses priorités en prenant en compte chaque personne concernée malgré les contraintes que cela impose…

Nous devons aujourd’hui nous poser des questions pour chaque action, chaque parole (bientôt chaque pensée… ?) que nous voulons entreprendre même pour la simple publication d’une photographie informative ou artistique.

Est-ce normal/juste ? A qui la faute ?

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 5 janvier 2011 à 11:02, par floutezsousthegimp

    Vraisemblablement, la technique du barbouillage a été utilisée sur la photo de l’article. Il vaut mieux prendre une brosse plus grosse pour effacer les formes du visage.

    Un barbouillage : http://img812.imageshack.us/i/arton6098288111.jpg/
    Une pixelisation et un bruit piqué :
    http://img827.imageshack.us/i/arton6098288112.jpg/

  • Le 3 janvier 2011 à 15:17, par floutezsousgimp

    Bonjour,

    pour un floutage efficace avec GIMP (logiciel libre et gratuit) :
    choisissez le visage ;
    effectuez une sélection (elipse ou à main levée)
    utilisez l’outil "barbouillage" avec n’importe quelle brosse
    Barbouillez

    Vous pouvez également utilisez des filtres pour pixeliser, flouter (flous gaussien + cinétiques), et piquer (rajouter du bruit artificiel) vos images.

    Evitez les bandes noires sur les yeux et un flou simple automatique.

    Quand les photos ne sont pas artistiques, débrouillez vous pour éviter que l’on voit les visages.

  • Le 5 septembre 2010 à 11:51, par I

    http://cettesemaine.free.fr/spip/article.php3?id_article=3416

    Toronto (Canada) : la traque technologique des émeutiers du G20 de juin
    (Le 30 août 2010)

    D’autres émeutiers recherchés grâce à la technologie

    Agence QMI, 29/08/2010 16h08

    TORONTO - Incapable après deux mois d’enquête de retrouver tous les émeutiers du G20, la police de Toronto a maintenant recours à un logiciel de reconnaissance faciale dernier cri pour tenter de les épingler.

    Celui-ci passe au peigne fin 28 000 images, ont révélé dimanche les enquêteurs de l’unité d’enquête du G20.

    Les images proviennent de caméras en circuit fermé installées dans le centre-ville, 12 mètres au-dessus du sol, mais aussi des photographies prises par des particuliers et par des policiers habillés en civil. De plus, 500 à 600 vidéos ont été remises aux enquêteurs.

    Tout ce matériel est maintenant entre les mains d’un spécialiste en reconnaissance faciale de l’Association des banquiers canadiens, selon le sergent-détective Gary Giroux.

    La police de Toronto espère ainsi faire avancer son enquête et appréhender d’autres suspects en lien avec les manifestations qui ont mené à des actes de vandalisme, les 26 et 27 juin, dans la métropole canadienne.

    Près de 80% des images proviennent du public

    . On tente de mettre la main au collet des suspects qui ont brûlé quatre véhicules et fracassé plusieurs vitrines commerciales.

    Les policiers se sont concentrés pendant des semaines à l’identification des suspects les plus facilement reconnaissables grâce aux meilleures photos disponibles, a dit M. Giroux.

    « Nous en sommes maintenant à une étape représentant tout un défi, soit celui d’identifier les membres de la foule qui sont responsables des dommages matériels les plus importants. » Plusieurs étaient masqués, ce qui complique la tâche des forces de l’ordre.

    M. Giroux a indiqué qu’il n’avait « pas eu connaissance » que des policiers se faisaient passer pour des journalistes. Il a nié que la police ait utilisé des photographies prises par les suspects arrêtés, disant que « ce n’est pas le cas ».

    Après avoir été accusé d’entrave au travail d’un policier et de rassemblement illégal, le photographe du « National Post » Brett Gundlock a dit qu’une carte mémoire de son appareil ne lui avait pas été retournée. « J’étais en train de photographier les manifestations », a-t-il déclaré à l’Agence QMI.

    Des photographes de la police vêtus de façon décontractée ont pour leur part pris quelque 5600 photographies pendant les manifestations, a ajouté M. Giroux. « Certains ont été attaqués par des militants du Black Bloc, que ce soit verbalement ou avec des bâtons pour briser les caméras », a-t-il précisé. Selon lui, les photographes de la police n’ont pas été blessés, mais plusieurs caméras ont dû être réparées.

    Les services de police de Montréal et de New York, notamment, ont été mis à contribution pour retrouver des manifestants, incluant le partage d’information et la possibilité de procéder à des arrestations.

    Les manifestants arrêtés ne sont pas au bout de leurs peines

    Le policier vétéran à la tête de l’unité d’enquête qui traque « les manifestants les plus durs » du G20, promet que tous ceux qu’il intercepte feront face aux conséquences de leurs gestes.

    « Ces accusations vont coller à 100%, a déclaré le sergent-détective Gary Giroux, de la police de Toronto. Chaque accusation a fait l’objet d’une enquête fouillée et minutieuse, et les accusés seront poursuivis sans relâche. »

    Jusqu’ici, l’unité d’enquête a arrêté 20 personnes et déposé environ 60 accusations. Le sergent-détective prétend que chaque dossier est bien documenté, grâce à la quantité de photos et d’extraits vidéo qui ont été amassés comme preuve. « Je pourrais me présenter immédiatement au tribunal et démontrer la solidité de chacun », a-t-il dit.

    Les protestataires du Black Bloc, qui se sont débarrassés de leurs vêtements foncés et se sont mêlés à la foule, après avoir fracassé des vitrines et allumé des feux dans le centre-ville de Toronto, sont « les pires de tous », a ajouté Gary Giroux.

    Les photos et vidéos du Black Bloc sont si nettes que 70% des accusés passent aux aveux, selon le policier.

    « Les gens voient nos images et disent aussitôt “Ouais, c’est bien moi” », fait-il remarquer.

  • Le 29 juillet 2010 à 12:32, par lecteur

    Pour ce qui est du "déflouage" (dsl pour le néologisme) il est possible que lorsque le filtre utilisé est automatique. Deux cas rendent impossible d’enlever le floutage :

    - Simplification de la zone (changement réel des pixels) à condition de ne pas garder de fichier de "travail" (type .psd, quiocnservent une partie des infos) mais de passer en format .jpg (ne pas oublier d’effacer les métadonnées au passage, sécurité sécurité)

    - Modification manuelle : l’effet est appliqué en fonction d’un mouvement (déformation) décrit par la souris, auquel cas sans le tracé de ce mouvement il n’est pas possible de revenir en arrière (passage en jpg aussi donc)

  • Le 29 juillet 2010 à 10:50, par leelithe

    attention au floutage, parce qu’il est possible à l’aide de logiciel de l’inverser (déflouer).
    Selon moi on devrai plutôt découper les visages kite a coller une autre image par dessus et ainsi empêcher toutes tentative de récupération de l’image originale.

  • Le 30 août 2009 à 19:21

    Indépendamment du problème des photos, Bellaciao est un site qui censure allégrément. Un post qui ne leur convient pas et hop, ban IP !

  • Le 7 mars 2009 à 14:24, par Alfred

    Rappel salutaire !

    Sur BellaCiao, un site avec « social » dans son nom se fait régulièrement de la pub. Il propose au monde entier d’héberger toutes les images qu’on veut sur manifs, luttes, etc. Quand on les remercie au nom de la DCRI dont ils se montrent de si bons auxiliaires, paf ! Censure, étonnant, non ?

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Médias » :

La mairie de Lyon bloque un débat sur la démocratie

Alors que devait se tenir jeudi 9 mars un live Mediapart à Lyon sur la thématique "Réanimer la démocratie, changer de République ? " dans le cadre de la thématique "FORUM DEMOCRATIQUE" prévu depuis plusieurs mois (car validé par le conseil municipal du 10 octobre 2016...) ...... BINGO notre cher gégé...

> Tous les articles "Médias"

Derniers articles de la thématique « Informatique - Sécurité » :

> Tous les articles "Informatique - Sécurité"