Site collaboratif d’infos alternatives

Fukushima, les tromperies d’un désastre nucléaire prévisible - 7 avril

3 compléments

(Mise à jour le 7 avril)
Cet article est la suite, mise à jour, du compte rendu d’informations sur la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, actualisé depuis le 20 mars 2011.

Lyon n’est qu’à 25 km de la centrale nucléaire du Bugey, à 50km de celle de St Alban et de Malville (Superphénix en déconstruction...).

7 Avril 2011

État de la centrale nucléaire de Fukushima Daïchi

JPEG - 4.1 ko

- Le sel accumulé sur les barres de combustible fait obstruction entre le réacteur et l’eau qui est versée,

- L’eau injectée massivement fragilise les structures des réacteurs,

- Aussi, l’eau injectée crée de l’hydrogène et de l’oxygène, ce qui augmente les risques d’explosion.

- Les cachoteries du gouvernement japonais et de Tepco :

  • Du "matériel nucléaire" en provenance d’une piscine de combustible usagé (source majeure de contamination), est éparpillé sur le sol de la centrale suite à l’explosion du bâtiment 4, jusqu’à 2km à la ronde,
  • Les piscines sensées refroidir le combustible usagé ont toutes perdu leur système de refroidissement,
  • Les piscines de combustible usagé ont toutes perdues leur toit et exposent leur contenu radioactif.

Contrairement aux réacteurs en fusion, aucune piscine n’est équipée d’enceinte de confinement.

- Les ouvriers qui se sacrifient sur le site sont maltraités et méprisés par leur employeur, le propriétaire de la centrale Tepco :

  • Il y’a entre 500 à 600 travailleurs à Fukushima, ils sont très irradiés, contaminés et menacés de mort à court terme. De plus ils sont mal payés, mal logés (sur place) et nourris aux biscuits et au riz sec deux fois par jour,
  • Avant l’accident, une dose de radiation de 100 milliSieverts, sur deux ans, était la norme pour les ouvriers de la centrale. Depuis, cette limite a été montée à 250 millisieverts,
  • Encore une très forte suspicion de réaction en chaîne dans les réacteurs, avec dégagements de neutrons (effets particulièrement dangereux pour la santé), qui menace les travailleurs sur place.

Sources :
"U.S. Sees Array of New Threats at Japan’s Nuclear Plant" et « Las nuevas amenazas de Fukushima »

Dans la zone contaminée

JPEG - 6.1 ko

- A Tokyo, les résultats disponibles sur la radioactivité atmosphérique sont très inquiétants : les mesures signalent une valeur 100 000 fois supérieure à la normale (31 mars 2011)

Dans l’océan contaminé

- De l’eau radioactive a été rejetée tous les jours dans l’océan Pacifique à raison de 7000L/heure, depuis l’explosion d’hydrogène qui s’est produite sur un bâtiment à la mi-mars et son refroidissement par aspersion. La fuite a été bouchée le 5 avril, à l’aide de 6000L d’agents chimiques.

- Dans l’océan Pacifique, l’eau prélevée à proximité de la centrale contient du césium 137 et de l’ iode radioactive en quantité des millions de fois la normale. (6 avril 2011)

- Des mesures effectuées sur des anguilles de sable, au large de la préfecture d’Ibaraki ont révélé une contamination à l’iode radioactif.

- La pêche mondiale est menacée par l’accumulation chez les poissons prédateurs des particules radioactives à longue durée de vie.

Sources :
« Altos niveles de cesio 137 y yodo en el mar » (bas de page) et "El escape tóxico compromete el plan de refrigeración" et
"Fukushima, el estado de la cuestión" et
« Highly radioactive water leaking into sea stops »

Gouvernement japonais

JPEG - 5.3 ko

- Le gouvernement japonais cache les véritables prévisions météorologiques aux japonais.(souvenirs, souvenirs...)

- Le gouvernement japonais et la préfecture de Fukushima dissimulent les niveaux de contamination autour des écoles ; les citoyens s’organisent seuls pour mesurer la radioactivité dans les écoles et tenter de décontaminer.

- Les sud coréens apprennent dans les médias que leur voisin japonais a déversé 11500 tonnes d’eau radioactive dans l’océan, aucune mesure de protection n’a pu être prise ; la Corée est le plus proche voisin du Japon.

Sources :
"Latest on Citizen Monitoring" et http://english.chosun.com/site/data/html_dir/2011/04/05/2011040500500.html et Radioactive water leak into sea stops at Fukushima et « Govt holding radiation data back / IAEA gets info, but public doesn’t »

En France

JPEG - 9.4 ko

- Contamination de l’air : "ce qui était perçu comme un passage, ne l’est pas, ce qui se passe au Japon a, et aura, des répercussions sur ce qu’il en est en France",

- "Les risques liés à l’ingestion d’aliments contaminés sont certes très faibles mais si l’on tient compte de la durée possible de la contamination, de l’existence d’habitudes alimentaires particulières et de la vulnérabilité de certains groupes de populations (enfants, femmes enceints ou allaitant), on n’est plus dans le domaine du risque négligeable et il semble utile d’éviter des comportements à risque".

3 avril 2011

A la centrale de Fukushima Daiichi, les travailleurs sont exposés sans protection aux rayons gamma et aux salves de neutron. Dans les zones contaminées du Japon, les habitants s’auto-organisent pour pallier à l’irresponsabilité du gouvernement. En France, la CRIIRAD déconseille de boire l’eau de pluie et la radioactivité atmosphérique à Valence a été multipliée par 10 en une semaine.

Dans la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi
- Présent sur la centrale sinistrée, un travailleur signale qu’il n’existe pas ou peu de mesure de sécurité actuellement sur le site ; plus précisément, un journal asiatique fait remarquer qu’aucune mesure n’est prise pour protéger les travailleurs des salves de neutron et de l’exposition aux rayons gamma, qui créent d’intenses dommages au corps humain.

Sources :
"Worker slams Tepco safety steps", "What Caused the High Cl-38 Radioactivity in the Fukushima Daiichi Reactor #1 ?" .

Dans les zones contaminées

- Mer, air, sol, nappe phréatique, aliments, végétaux et animaux sont contaminés dans la préfecture de Fukushima.

- A 25 km de la centrale, dans la ville de Minamisoma, 50 000 habitants ont auto-évacué volontairement. 20 000 habitants vivent toujours sur place, dans des conditions très difficiles. Le maire de la ville demande de l’aide à la communauté internationale, le 25 mars 2011.

JPEG - 5.4 ko

Le Kyodonews reprend l’appel du maire dans son édition du 1er avril 2011 et évoque la famine dans cette ville.

Source :
("Mayor of Fukushima city in restricted area appeals to world over plight").

- A 65 km de la centrale, dans la ville de Fukushima, au vu des niveaux de la radioactivité sur certains bâtiments scolaires, les habitants demandent que des mesures de radioactivité soient effectuées dans toutes les écoles et demande au gouverneur que la rentrée scolaire soit reportée.

France :

- Il est préférable de ne pas utiliser l’eau de pluie collectée sur les toits comme source principale d’eau potable.

- Suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima, la radioactivité atmosphérique (iode 131) a été multipliée par 10 en une semaine, à Valence et à Romans.

P.-S.

Quand est-ce que des États, des groupes d’États ou d’autres structures vont apporter leur aide aux japonnais, à la hauteur des besoins ? Les associations et collectifs sont, semble t-il, débordés.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 12 avril 2011 à 13:54, par Boby

    L’accident de Fukushima vient d’être élevé au niveau le plus élevé (7) des accidents nucléaires, alors qu’il y quelques semaines, le gouvernement Japonais garantissait que la situation n’était pas si grave, et refusait de nombreuses aides. Ces mensonges coûtent et coûteront cher à tout le monde, pendant très longtemps. Merci au gouvernement Japonais et à Tepco pour notre planète, notre environnement, nos océans et notre santé !
    Pourquoi ne pas dire les choses clairement, directement, pour que chaque pays puisse prendre ses précautions ? Il faut arrêter de prendre les gens pour des cons ! Et faire croire aux Japonais qu’ils ne craignent rien c’est vraiment dégueulasse !

    Source : http://www.liberation.fr/monde/01012331184-au-japon-forte-replique-dans-la-prefecture-de-fukushima

  • Le 5 avril 2011 à 01:27, par Gaël

    "C’est ici que les sociétés de sous-traitance souvent détenues par des yakuzas, envoient leurs recruteurs à la recherche de travailleurs journaliers. Dans le cas de la centrale de Fukushima Daiichi, on expliquait à ces travailleurs pauvres qu’il s’agissait d’un emploi de "nettoyeurs". Puis envoyés à 200 km de Tokyo, ils réalisaient au dernier moment qu’il s’agissait de travailler au coeur d’un réacteur nucléaire. "

    http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/japon-les-clochards-du-nucleaire_978891.html

    "Jake Adelstein, spécialiste du crime organisé au Japon, rapporte que les yakuzas (la mafia japonaise) viennent en aide aux victimes du tsunami et du séisme, catastrophes qui ont pour le moment emportés plus de 20 000 personnes. Un fait divers que la police n’aimerait pas se savoir ébruité, l’info faisant tache d’huile…"

    "Bien évidemment, les japonais ne sont pas dupes, les fonds levés pour ces « actions humanitaires« proviennent d’ailleurs de rackets, de vols, et caetera.

    Selon Jake Adelstein, il s’agirait d’un accord tacite entre la police et les yakuzas, lesquels sont autorisés à venir en aide à la population, mais ne doivent en contre partie pas en faire la publicité. Un yakuza s’est d’ailleurs confié à l’un des magazines à la gloire de la mafia japonaise : “There are no yakuza or katagi (ordinary citizens) or gaijin (foreigners) in Japan right now. We are all Japanese. We all need to help each other.”."

    http://www.eteignezvotreordinateur.com/quand-les-yakuzas-viennent-en-aide-aux-sinistres/

  • Le 4 avril 2011 à 05:32, par Bq

    Au Japon, la sous traitance nucléaire est un modèle : 80 % des activités de maintenance sont sous traitées à des entreprises faisant très souvent parties de la pègre locale (Yakusas). Eux-mêmes recrutent dans la population la plus précaire : sans domicile fixe, chômeurs peu qualifiés... Ce modèle n’est pas nouveau.

    En France, EDF a déjà confié la maintenance des centrales et installations à des entreprises sous traitées.

    - Lire : http://voila-le-travail.fr/2011/04/03/nucleaire-quels-sont-les-risques-de-la-sous-tra

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Ecologie - nucléaire - alternatives » :

[Bure] Vagues de perquisitions en cours, appel à soutien partout en France

Depuis environ 6h20 du matin, ce mercredi 20 septembre, les flics sont en train de perquisitionner la Maison de Résistance à Bure, le terrain de la Gare de Luméville, ainsi que plusieurs domiciles situés à Commercy, Mandres, et un autre aux alentours de Verdun. Le site vmc.camp annonce un...

Le projet CONSILYON : une nouvelle vie pour nos bouteilles !

C’est le système de la surproduction capitaliste qui aggrave la misère. Enrayons ce mauvais système. C’est tout à fait clair dans l’exemple de la surproduction considérable du verre lors de la suppression de la consigne à partir des années 1960/70, alors que les bouteilles en verre peuvent être lavées et...

> Tous les articles "Ecologie - nucléaire - alternatives"