Site collaboratif d’infos alternatives

« J’avais 17 ans quand tout à commencé » - Cinq ans de révolution syrienne

Entretien du site « Lundi matin » avec un exilé syrien. Depuis ses 17 ans, en 2011, il a participé au soulèvement contre le régime à Deir ez-Zor, avant de devoir fuir son pays en 2015. Il raconte la rue du Cinéma Fouad lorsque, lycéen, il se jette dans la révolution avec ses amis, dès les premières manifestations. Mais aussi la transformation de la révolution en conflit armé, la naissance de l’Armée Syrienne Libre, l’arrivée du Jabbat al-Nosra, et l’installation de l’État Islamique. Ou comment ceux qui ont initié la révolution, en ont été écartés et se retrouvent aujourd’hui exilés en Europe.

Depuis une semaine, le monde braque subitement ses yeux sur Alep. Nous assistons impuissants à la chute des territoires libérés de la ville, mètre carré par mètre carré. Dans les médias, chaque nouveau commentateur contredit le précédent, les "civils" sont bloqués tantôt par les rebelles, tantôt par le régime. Le summum de la confusion consistant à présenter les Alépins comme une population inerte qui par milliers rejoindrait les zones du régime. Simultanément, l’humanitarisme européen met en scène son engagement du côté de la « vie humaine », et nous informe qu’il serait de bon ton désormais de « sauver Alep ». À l’horreur des massacres et à l’abjection de tant de lâcheté, s’ajoutent les discours et manoeuvres qui ne visent qu’à enterrer cinq années de révolution en Syrie, pour en réécrire l’histoire. (…)

Qu’est ce qui a déclenché les premières manifestations en Syrie, et ce basculement général ?

On voyait ce qu’il se passait en Égypte, en Tunisie, en Libye, à la télé. D’ailleurs avant qu’il se passe quoi que se soit à Deir ez-Zor il y avait des gens qui se faisaient arrêter parce qu’ils mettaient Al-Jazeera (qui était pro-révolutionnaire à ce moment là) dans leurs maisons ou leurs cafés. Mais à Deir ez-Zor, nous étions très coupés des autres régions, du fait de l’absence de technologies et de moyens quand bien même Deir ez-Zor produit 70 % du pétrole syrien !
Donc, on était pas très influencé par les informations, tout le monde n’ avait pas l’électricité, et les gens ne regardent pas trop la télé, ce sont surtout les vieux qui la regardent. Personne n’est sorti dans la rue grâce à la télé. Par contre, on avait internet. (…)

Raconte alors comment vous vous êtes organisés pour les premières manifestations ?

J’avais 17 ans quand tout a commencé. Quand on sortait en manif on ne le disait pas à nos familles car elles auraient eu peur que l’on soit arrêté ou tué. On faisait les manifs après l’école, le soir.
Dans la première où je suis allé, nous étions trente personnes. Au début il y avait peu de gens puis nous avons été des milliers. Un des premiers slogans était « celui qui ne participe pas n’a pas d’honneur ».

Pour s’organiser, on se parlait par téléphone sans dire directement les choses. Je vais vous raconter une manif du début qu’on a fait dans notre rue. On avait prévu ça entre lycéens à l’école. Nous nous sommes mis d’accord à plusieurs que nous dirions à nos parents que nous avions des cours particuliers. Les gens avec qui je me suis organisé à l’école étaient des gens que j’avais déjà vu à des manifs, c’est ça qui a aidé à reconnaître nos alliés. Nous avons donc fait une réunion à peu et chaque personne à cette réunion avait des amis qui connaissaient des gens. Chaque personne amenait donc sa bande de potes. En gros on a organisé cette manif entre nous. On avait déterminé un lieu de rendez-vous, et avant la fin des cours on est parti de l’école et nous sommes allés voir des amis dans une autre école pour leur dire « ce soir il y a manif ». C’était la première fois qu’il y avait une manif dans cette rue parce que dedans il y a un commissariat, un bâtiment de la sécurité militaire, une académie de police, un bureau de recrutement et un centre d’entraînement de l’armée. On pensait que personne n’allait venir à notre manif. A ce moment là, il y avait déjà eu des morts, il n’y avait pas encore de combats mais la police tirait sur les manifestants. (…)

La suite à lire sur : https://lundi.am/J-avais-17-ans-quand-tout-a-commence-Cinq-ans-de-revolution-syrienne

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

> Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"