Joseph Benoît, le prolétaire de Lyon : 30 juillet 1830

3960 visites

Le 30 juillet 1830, Joseph Benoît crie « Vive la liberté ! vive la république » face aux baïonnettes et aux canons braqués sur la foule des canuts de la Guille, dans laquelle il est présent, il a 17 ans...

JPEG - 6.3 ko

Joseph Benoît, ce canut prolétaire, imperturbable partisan de Gracchus Baboeuf, avait écrit ses mémoires. Et c’est Maurice Moissonnier qui nous fit connaître ce grand nom du mouvement ouvrier lyonnais en transformant en livre le manuscrit de 426 pages trouvé à la bibliothèque municipale de Lyon à St Jean : « Joseph Benoît : confessions d’un prolétaire (Lyon, 1871) » (Editions Sociales, 1968).

C’est un insurgé pour le tarif des ouvriers en soie et bien sûr lors des révoltes des canuts. Ce canut fait partie du journal ouvrier l’Écho de la Fabrique, il est un des premiers mutuellistes avec Pierre Charnier, et le fondateur du premier club révolutionnaire de Lyon : la société des fleurs. En 1848 il est élu député ouvrier babouviste-communiste sur le 1er arrondissement de Lyon, mais cela ne l’empêchera pas au bout de trois années d’être carrément arrêté à l’assemblée nationale : on l’emmène du palais bourbon pour l’emprisonner. Il sera ensuite banni à s’exiler…

Joseph Benoît est né en 1812 au sein d’une famille paysanne à St Martin de Bavel, près de Virieu le Grand dans le Bugey. À ce moment-là, Napoléon auto-proclamé empereur est à son apogée avec ses volontés guerrières en annexant la majeure partie de l’Europe. Le père de Joseph Benoît refusant cette dictature veut éduquer son fils avec des idées plus égalitaires et, comme son instruction est assez sommaire à l’école du village avec des instituteurs itinérants, il l’emmène chez un de ses amis horloger à Genève, qui lui fait connaître les livres de Jean-Jacques Rousseau. En 1825, il poursuit ses études au collège épiscopal de Belley, mais refuse de faire sa première communion et se libère définitivement de la religion catholique.

À 16 ans, sa famille étant dans la dèche, il se rend à Lyon pour trouver du boulot. Il se fait embaucher dans une fabrique de tulle bobin. [1] D’abord brasse-roquets [2], il devient canut, c’est-à-dire artisan en soierie, énorme industrie toute en souplesse à Lyon et sa région et qui fait toute la richesse seulement des fabricants de soierie. [3]

Ayant très envie de faire passer ses idées contre l’exploitation de la classe ouvrière, il se consacre, en plus de son travail de canut, à la communication et aux médias de l’époque en écrivant dans de nombreux journaux comme la Fraternité, la Tribune Lyonnaise, le Tribun du Peuple... et bien entendu l’Écho de la Fabrique.

Après, en 1835, la Société des fleurs, dont chaque membre porte le nom d’une fleur ou d’une plante, qui se réunissait clandestinement dans les bois des monts d’Or ou sur les bords de la Saône, il fonde en 1838 toujours à Lyon la Société des égaux.

Joseph Benoît se marie en 1840 avec une fille qui a déjà un enfant, et qui est sur la même longueur d’onde sur ses idées.

La monarchie s’écroule en 1848 et la République est proclamée à Lyon le 28 février. Joseph Benoît fait partie de la commission municipale de la Croix-Rousse qui le délègue au comité municipal provisoire révolutionnaire. Il est désigné pour régler les différends entre patrons et ouvriers et est chargé de nourrir plus de 30 000 familles ouvrières installées dans les casernes. Comme conception du régime politique à mettre en place, c’est une république véritablement sociale à laquelle il aspire. C’est aussi à Lyon l’ardent désir des Voraces.

Joseph Benoît sera d’ailleurs élu comme député à l’Assemblée Constituante de 1848 aux côtés de Raspail, Proudhon, Jean-Louis Greppo sur Lyon, et Blanqui, Barbès, Louis Blanc qu’il fréquente sur Paris. Joseph Benoît est accueilli par une formidable ovation du peuple rassemblé place des Terreaux. Il est un des quatre députés qui refusent de voter les félicitations au gouvernement provisoire. Il vote contre l’instauration de l’état de siège en juin 1848, contre la fermeture des clubs, associations, pour la suppression de l’impôt sur le sel, pour le droit au travail, pour l’amnistie générale. Il vote contre la constitution de la république du 4 novembre 1848 qui amènera finalement très vite à Napoléon III.

Réélu comme député à l’assemblée nationale, il préconise un enseignement primaire gratuit et obligatoire. Mais il n’est suivi ni par les députés situés d’un côté, ni par ceux situés de l’autre côté. [4]

Napoléon III, voulant conserver le pouvoir à quelques mois de la fin de son mandat, organise le coup d’état du 2 décembre 1851 et fait arrêter trente-cinq députés. Joseph Benoît est arrêté en même temps qu’Eugène Sue, il est mis au secret pendant dix-sept jours, puis emprisonné à Sainte-Pélagie jusqu’au 10 janvier 1852. Il doit alors s’exiler. Il part en Belgique, puis en Suisse.

Il ne rentre en France qu’en 1865 et découvre une ville de Lyon transformée ; il a du mal à suivre la section locale de l’Internationale Ouvrière et s’oppose souvent à Bakounine... Son fils légitime, Émile, meurt à l’âge de 24 ans en août 1866. [5] Alors c’est tranquillement qu’il décide de terminer sa vie avec Marie, sa fille adoptive qui tient une petite papeterie au 3, cours Lafayette. Joseph Benoît meurt le 3 mars 1880, l’année où Jules Guesde reprend sa vieille revendication lyonnaise du tarif minimum pour les canuts pour laquelle il s’était tant battu.

P.-S.

Joseph Benoît fait partie des rares ouvriers du 19e siècle à avoir écrit ses mémoires.
Redemandons la réédition du livre « Confessions d’un prolétaire » de Maurice Moissonnier !

Notes

[1Le métier bobin, créé en 1820, permet la fabrication de tulle en douze mouvements par maille.

[2Le brasse-roquets c’est à Lyon l’apprenti canut, le coursier dans les pentes de la Croix-Rousse

[3Le fabricant de soierie ne fabrique rien, c’est juste celui qui donne les ordres ; il ne fait que passer les commandes aux canuts tout en fixant lui-même ce que le canut va gagner, c’est-à-dire le moins possible !

[4En février 1850, lors de la discussion sur la loi Falloux, Joseph Benoît dépose un amendement et monte à la tribune : « À partir du 1er janvier 1851, l’instruction primaire sera gratuite et obligatoire. Les enfants, empêchés par la distance de suivre les écoles du chef-lieu de la commune, et que les parents ne pourront entretenir à leur dépens, seront logés et nourris aux frais de l’État ou des départements. »

[5Joseph Benoît dira de son fils Émile : « Il avait un caractère plein de franchise, de grandeur et de noblesse »

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

› Tous les articles "Salariat - précariat"

Derniers articles de la thématique « Globalisation - capitalisme » :

>G7-EZ - C’est parti !!

En direct-live du contre sommet à Hendaye, des reporters des sites MUTU proposent chaque jour quelques nouvelles en photos et/ou récits du contre sommet. Premier Acte : G7-EZ c’est parti !

>C’est la catastrophe !

Le catastrophisme est une idéologie basée sur le fait qu’un terrible futur nous est promis si nous n’adaptons pas notre mode de vie actuel. Ce texte se propose d’en faire une critique.

› Tous les articles "Globalisation - capitalisme"

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>La tuerie d’immigrés italiens à Aigues-Mortes le 19 août 1893

« Ritals en eaux mortes » bande dessinée d’OLT (qui participe à l’Éphéméride anarchiste). Les travers racistes ne sont pas d’aujourd’hui. Les politicards xénophobes de tout bord devraient s’informer sur les évènements racistes occultés de notre histoire qui risquent vite de se transformer en tragédies...

>Autriche 1918-1938 : des Conseils à l’Anschluss

Ou comment la social-démocratie n’a pas stoppé le fascisme. Dans l’entre-deux guerres, l’Autriche est le seul pays où la Social-démocratie avait des armes pour s’opposer à l’extrême-droite. Elle aura été plus habile pour briser le mouvement...

› Tous les articles "Mémoire"