L’Université Populaire de Lyon

1698 visites
1 complément

Le savoir n’est pas un objet réservé à une petite caste. C’est une jouissance qui peut être partagée et transmise. Et chacun a le droit d’y goûter à sa guise. Présentation de l’Université Populaire de Lyon.

Les Principes de l’Université Populaire de Lyon par Emmanuel Dockès et Philippe Corcuff

Pourquoi et comment une Université Populaire ?

L’Université Populaire de Lyon s’inspire de la tradition des Universités Populaires au XIXe siècle telle qu’elle a été réactivée par le philosophe Michel Onfray avec la création de l’Université Populaire de Caen en octobre 2002 (lien)

Le savoir n’est pas un objet réservé à une petite caste. C’est une jouissance qui peut être partagée et transmise. Et chacun a le droit d’y goûter à sa guise.

En pratique, cependant, l’accès à ce plaisir est souvent bien difficile. Les connaissances ne sont guère transmises qu’en des lieux à l’accès strictement réglementé et sur un mode hiérarchique. Dans ces écoles, ces universités, on se bat pour obtenir des « diplômes », ces indispensables sauf-conduits, sans lesquels il devient de plus en plus difficile d’échapper au chômage et à l’exclusion. Ces lieux d’enseignement subissent le carcan de leur fonction de gares de triage. Ils ne sont, ni ne peuvent être des espaces ouverts, où chacun pourrait venir, librement, s’enrichir. Les savoirs même qui y sont dispensés souffrent de cette pesanteur, et se recroquevillent autour de spécialités toujours plus pointues. De même que la division excessive du travail a fini par produire le travail à la chaîne, la spécialisation croissante des matières peut finir par générer une véritable perte du sens.

Ouvrir ne serait-ce qu’une petite fissure, dans ces cloisons qui isolent les citoyens et les connaissances, en profiter pour rapprocher les connaissances entre elles, telles sont les idées fondatrices de l’Université Populaire de Lyon.

D’elles sont issus quelques principes pratiques. Aucune barrière, d’âge ou de titres scolaires, ne sera opérée. La gratuité sera totale. Et aucun diplôme ne sera délivré. Quant au mode d’enseignement, l’Université populaire de Lyon se situera à la croisée de la rigueur de l’Université classique et de l’ouverture des « cafés philosophiques ». De l’Université classique, l’Université Populaire retient la rigueur des savoirs enseignés ainsi que la nécessité de la transmission d’un contenu intellectuel avant tout débat.

La culture et les savoirs ne peuvent se réduire à la pratique de la conversation. Mais l’Université Populaire retient des « cafés philosophiques » l’ouverture à tous les publics, l’interactivité et la pratique du dialogue, dans la logique d’une transmission critique et non unilatérale des questionnements et des connaissances. Le principe, est celui d’un cycle de cours, qui permet d’envisager une progression personnelle. Le cours est dispensé une fois par semaine ou toutes les deux semaines sur une séance de deux heures, par des enseignants bénévoles. La première heure est un exposé. La seconde heure est une discussion, un débat, où chacun pourra apporter ses connaissances, ses convictions. Cette organisation de départ pourra, bien entendu, être discutée et réformée par la suite, en fonction des désirs des participants.

Contact :

Pour contacter l’Université Populaire, s’adresser à Françoise Bressat, présidente de l’association Université Populaire de Lyon (uplyon(arobase)free.fr)

Réflexions sur les Universités Populaires :

* Intervention de Tanguy Wuillème aux entretiens de Cerisy (2009) sur les Universités Populaires : Historique lyonnais (1899-2008) (pdf)

* « L’alliance conflictuelle de l’universitaire et du populaire », entretien avec Philippe Corcuff (par Stéphane Le Lay),réalisé en octobre-novembre 2006 et publié dans la revue Agora – Débats/jeunesse (revue trimestrielle de l’Institut National de la Jeunesse et de l’Éducation Populaire), n°44, 2e trimestre 2007. lien .

Voir le Site Internet de L’Université Populaire de Lyon
Cours gratuits ouvert à tous, sur inscription préalable.
Horaires : 19h à 20h
Lycée la Martinière Diderot
41, cours Général Giraud
69001 Lyon

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 19 novembre 2010 à 18:51, par Yoan

    Il existe aussi l’université partagée de Lyon : Lyon Zéro, dont voici la description :

    L’idée qui a fait naître Lyon Zéro n’est pas de réformer le modèle universitaire classique, mais d’offrir un choix entre ce modèle et une université où l’apprentissage puisse se construire sur la mutualisation des capacités de chacun, où la motivation remplace la sanction, où la coopération remplace la sélection, où la diversité remplace la hiérarchie.

    A Lyon Zéro ce sont les participants eux-mêmes qui proposent et font vivre les ateliers. Le contenu et la forme de ces derniers pouvant grandement varier d’un thème à un autre, chaque groupe décide de son propre fonctionnement. Jonglage, biologie, méditation, économie... tous les sujets peuvent être abordés selon les envies de chacun. Pour s’inscrire il suffit d’être majeur, aucun diplôme ou concours n’est requis. Toutefois il est possible de participer librement aux ateliers dès l’âge de 16 ans afin que les plus jeunes puissent découvrir l’université ou tout simplement mieux préparer leurs futures orientations en abordant des domaines variés. Il n’y a pas de note à Lyon Zéro, mais des auto-évaluations individuelles et collectives peuvent être utilisées. Un diplôme annuel est délivré à chaque participant comprenant la liste des ateliers auxquels il aura participé. Les tâches quotidiennes sont quand à elles effectuées collectivement.

    Une assemblée collégiale de huit personnes tirées au sort est chargée du bon fonctionnement de l’université. Elle organise par exemple les rencontres, gère les inscriptions, représente l’université, etc. Les décisions collectives sont proposées, débattues et décidées lors de Conseils réunissant l’ensemble des participants inscrits. Le succès de l’université repose sur la motivation qui anime ses membres. Sachant que la motivation varie d’une personne à une autre, mais aussi dans le temps, nous réfléchissons ensemble continuellement à la lumière de nos expériences à l’amélioration du fonctionnement de Lyon Zéro. L’université étant un lieu de passage et de brassage, les nouveaux arrivants sont accueillis durant un temps de sensibilisation et de partage concernant le fonctionnement de l’université et leur implication au sein de celle-ci, en vue de transmettre et prolonger l’esprit initial. Souhaitant nous inscrire dans la pérennité, nous œuvrons pour que Lyon Zéro soit reconnue et soutenue (en étant par exemple accueillie dans les locaux d’une université existante). Enfin, nous désirons que ses participants bénéficient du statut étudiant et accèdent aux divers avantages qui lui sont rattaché (bourses, aide au logement, couverture santé, etc.), afin que ce lieu de partage ne soit pas réservé à quelques privilégiés qui auraient les moyens financiers et temporels d’y participer.

    *

    > Vous pouvez visiter cette page pour découvrir plus en détails cette initiative :
    http://lyonzero.blogspot.com/p/questions-frequentes.html

    > Et pour rejoindre Lyon Zéro - y compris comme simple sympathisant-e - il vous suffit d’envoyer un petit mot à : lyonzero ((a)) gmail.com

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Éducation - partage des savoirs » :

>Covid-19 dans l’éducation : cacophonie et mise en danger

Un ministre qui dit le matin que les écoles ne fermeront « jamais »… et un président de la République qui annonce le contraire le soir-même. C’est ce qu’il s’est passé le 12 mars. Et ça en dit long sur le degré d’impréparation des autorités administratives de l’Éducation nationale, avec ce que cela signifie...

› Tous les articles "Éducation - partage des savoirs"