L’Urbain Contemporain : quand les dégradations deviennent fashion

704 visites
1 complément

À l’heure où La Métropole de Lyon et sa presse soumise s’échinent à nous convaincre que les tags et graffitis sont des actes de dégradation, certains s’accommodent bizarrement des mêmes dégradations. C’est le cas de l’école de stylisme Esmod Lyon, ayant inauguré le 9 mai dernier ses nouveaux locaux dans l’ancien Musée des Télécoms, rue Burdeau dans le 1er.

Construit en 1928 lors de l’automatisation du réseau téléphonique lyonnais, le central des pentes de la Croix-Rousse accueille dès 1989 le Musée des Télécommunications. Vidé en 2002, pour des raisons de sécurité (les collections sont aujourd’hui hébergées en région parisienne, dans la Collection Historique Orange), le bâtiment fait l’objet de diverses visites et tentatives d’occupation, notamment fin 2007 durant le mouvement s’opposant à Loi LRU (aka Pécresse) : une initiative sauvagement réprimée par la police (Occupation de l’ancien musée des télécoms à Lyon ).
Mais l’immensité et le potentiel du lieu continuent de narguer les lyonnais.es honnêtes et responsables (14 années d’inoccupation alors qu’on nous répète qu’il n’y a aucun lieu pour loger les SDF !). D’autres visites informelles auront lieu, occupations ponctuelles… sans grand lendemain mais l’intérieur s’en verra largement décoré au gré du goût des divers occupant.e.s.

Ne rechignant pas devant ces quelques stigmates, l’archi ayant mené les travaux et la direction de Esmod ont “souhaité conserver le côté « brut » du lieu : des graffitis sur les murs, du béton au sol, des tuyaux apparents…, pour conforter l’esprit de création et développer l’inspiration de ses étudiants.”

JPEG - 1.3 Mo
JPEG - 88.8 ko

La brochure officielle de cette multinationale dans le domaine de la formation (“The International fashion design and business school since 1841”), présente dans 4 villes de France mais aussi au Japon, en Indonésie, en Malaisie, en Russie, en Chine, en Turquie, en Syrie, au Liban, aux Émirats Arabes Unis… mentionne :
“Des éléments de l’histoire du lieu ont été préservés : (…) plusieurs pans de murs conservent leurs graffitis, murs bruts, absence de faux plafonds, tuyaux apparents, béton sur le sol, un bâtiment inscrit dans l’Urbain Contemporain.”

JPEG - 3 Mo
JPEG - 2.8 Mo
JPEG - 106.2 ko

Préserver l’histoire du lieu, s’inscrire dans l’Urbain Contemporain : notre Gégé local a visiblement compris le message, n’hésitant pas à braver l’interdit (autorisé pour l’occasion !) en signant son nom de la pointe de la bombe de peinture lors de l’inauguration VIP.

JPEG - 31.4 ko
JPEG - 487.4 ko

Pour la route, cette video de communication assez insupportable qui permet toutefois une petite visite des lieux en compagnie du gratin (notre taggeur préféré en action, notre Louise-Perrin-Gilbert-Michel locale en flagrant délit elle-aussi le sourire au lèvres…). Urbain Contemporain quant tu nous gagnes…

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 31 mai 2016 à 00:41, par fleur

    ce que ce pur clip de propagande -de rire factices et triés sur le volet- ne montre pas c’est que notre gégé du collomb est sortit de son carrosse devant un BIENVENU AU BRONX et un DECINES TASISTANCE, tagués sur le trottoir !
    Après la fermeture des bains douches en début d’année et l’inauguration de cette nouvelle hipe et très chèros school, il nous sort dans les jours qui suivent sa dernière mégalomanie spéculative dans l’ancienne école des beaux arts : du 7000€/m² !!
    Au national comme au local, MARRE de cette politique anti démocratique et pour les riches ! pétition :
    https://www.change.org/p/claire-revol-lyon-ancienne-ecole-des-beaux-arts-non-un-autre-projet-pour-les-pentes

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info